écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Guido Olimpio, journaliste au Corriere della Sera, condamné pour diffamation
Youssef Nada et Ali Ghaleb Himmat obtiennent justice

Guido Olimpio, a été définitivement condamné, le 6 décembre 2011, pour diffamation à l’égard de M. Youssef Nada et M. Ali Ghaleb Himmat par la Cour d’Appel de Milan.


Youssef Nada

Guido Olimpio, auteur de l’article « Le Hamas perd la moitié de son trésor », publié le 20 octobre 1997 dans le Corriere Economia, supplément du Corriere della Sera, rapportait, sans aucun scrupule, des informations totalement inventées, émanant, semble-t-il, des services de renseignement du Mossad. Cela de manière à associer les banquiers M. Youssef Nada [1] et M. Ali Ghaleb Immat au terrorisme et à détruire leur réputation.

Guido Olimpio
Guido Olimpio est condamné à devoir verser à M. Youssef Nada et M. Ali Ghaleb Himmat, soit à chacun des lésés, 40’000 Euros, ainsi qu’à assumer tous les frais d’une procédure qui a débuté en 1997, soit plus de 120’000 euros. [2]

Nous reviendrons sur cette affaire qui montre le rôle ignoble de certains journalistes... [3] qui ne sont pas que cela...

.

titre documents joints

 

Extrait du jugement de la Cour d’appel contre Guido Olimpio

(PDF - 44.2 ko)
 

Silvia Cattori



[1Voir notamment à ce sujet :
- « L’incroyable histoire de Youssef Nada », par Silvia Cattori, 13 juin 2008.
- « Youssef Nada : “Pour nous, le mal est déjà fait” », par Silvia Cattori, 23 octobre 2008.
- « “Au nom de l’homme”, un film d’Andrea Canetta », par Silvia Cattori, 26 février 2009.
- « Dick Marty demande la levée des sanctions contre Youssef Nada », par Silvia Cattori, 5 juillet 2009.
- « Nous avons toujours cru en l’innocence de M. Youssef Nada », par Silvia Cattori, 24 septembre 2009.

[2Voir en pièce jointe l’extrait du jugement que nous avons reçu le 18 janvier 2012

[3Voir :
- « L’ennemi inventé », par Silvia Cattori, 13 novembre 2008.
- « Les injustices subies par Youssef Nada : Un cas d’école », par Silvia Cattori, 18 janvier 2010