écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Télévision publique et devoir d’informer
Les dérives de M. Rochebin

.

Mme Romaine Jean.
Rédactrice en chef.

Chère Madame,

Le sujet sur le mouvement Hamas, présenté ce soir 9 janvier 2009 sur la TSR, par M. Darius Rochebin, n’a strictement rien à voir avec une information équilibrée et honnête.

D’une part, le montage du film censé présenter le Hamas était scandaleusement biaisé et plein d’omissions ; une sorte de résumé de la propagande israélienne (1). Pour ne citer qu’un exemple : en présentant le Hamas comme putchiste M. Darius Rochebin ne disait pas un mot du fait que les forces de sécurité du Fatah, dirigées par Mohamed Dahlan, et formées avec l’aide de la CIA, s’apprêtaient à déclencher un putsch contre le gouvernement élu du Hamas quand celui-ci a décidé de les prendre de vitesse. Bien d’autres omissions ou contre vérités pourraient être citées.

D’autre part, M. Rochebin s’est, à nouveau, montré totalement partisan en désignant une fois de plus le Hamas comme un « mouvement terroriste ». Il a fallu que M. Antoine Sfeir, (2) qu’il interrogeait, lui rappelle qu’il faut faire un tout petit peu attention à l’usage de ce vocabulaire ; que les résistants français contre les nazis étaient qualifiés par ceux-ci de « terroristes », et que plusieurs dirigeants israéliens eux-mêmes avaient commencé leur carrière politique comme membres de groupes qui fomentaient des attentats terroristes (comme l’Irgoun) !

Combien de temps encore devra-t-on supporter que M. Rochebin présente les évènements de Palestine et de Gaza avec un parti pris aussi flagrant en faveur d’Israël et un tel mépris de l’élémentaire rigueur professionnelle à laquelle il devrait s’astreindre dans sa fonction de journaliste d’une chaîne publique d’information ?

Avec ma considération distinguée.

Silvia Cattori
Le 9 janvier 2009.

Notes.

(1) Le genre de montage qui ressemble à ce que les officines de propagande israéliennes à Jérusalem Ouest distribuent aux journalistes étrangers.

(2) M. Sfeir n’est pourtant pas considéré comme un journaliste objectif par toute personne bien informée. Il fait partie de ces Arabes très sollicités par les médias occidentaux car ils disent ce que ces derniers aiment entendre. C’est dire !