écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Un parlementaire irakien s’exprime
L’horreur des prisons secrètes irakiennes

C’est le règne de la peur et de la terreur en Irak. Depuis 2003, au moins 380’000 femmes, hommes, enfants, ont été brutalement arrachés à leurs foyers pour être enfermés dans des centres de détentions et de tortures. Selon l’ONU, 50’000 personnes seraient actuellement encore détenues par les forces d’occupation et leurs collaborateurs irakiens. Mais ce chiffre pourrait être infiniment plus important. Dans un contexte de haine ethnique croissante, les prisons secrètes sont devenues légion et les humiliations et les tortures une institution.

9 novembre 2008 | - : Post 9/11 Irak Crimes de guerre

Mohammed Al-Dainy un parlementaire de Bagdad, est de père sunnite et de mère chiite ; il refuse toutefois de se définir autrement que par son "appartenance à l’Irak". Il est venu le 30 octobre à Genève, avec le journaliste Ali Wajeeh de la chaîne TV Al-Sharquiyya [1], pour dire aux instances internationales qu’il est urgent d’envoyer des gens enquêter dans les nombreuses prisons secrètes irakiennes.

Depuis 2006, M. Al-Dainy a pu établir l’existence de 426 lieux de détention secrets et rassembler quantité de documents, dont certains filmés. Il n’a pu visiter que treize de ces prisons effrayantes. Mais il en existerais beaucoup d’autres. Le gouvernement irakien cache la vérité sur le nombre de ces lieux de détentions et de torture car il ne reconnait l’existence que de 27 prisons secrètes administrées par les forces du Pentagone.

M. Al-Dainy a apporté des procès verbaux d’actes de tortures et de viols ; il a apporté les preuves d’exécutions extrajudiciaires, ainsi que des certificats de décès de prisonniers morts sous les tortures.

« Ceux qui demandent à visiter des prisons secrètes dont ils auraient connaissance ne peuvent le faire sans l’autorisation du gouvernement », explique Al-Dainy. « Cela donne ainsi le temps aux autorités de déplacer les détenus avant la visite. Nous sommes constamment confrontés à ce dilemme. Raison pour laquelle nous faisons appel à une autorité internationale qui impose ses propres conditions ».

A la question de savoir comment M. Al-Dainy est parvenu à collecter des documents « ultra-confidentiels » et à filmer à l’intérieur des prisons, il a répondu qu’il a bénéficié de son « statut de parlementaire » et qu’il était de son devoir de se rendre sur ces lieux lorsqu’il en a eu connaissance ! Il a également pu, parfois, profiter de la désorganisation qui règne pour entrer dans des prisons et filmer.

« Dans certaines cellules, nous avons compté 200 personnes ; dans d’autres jusqu’à 700. Femmes, vieillards, enfants et hommes sont mélangés », a-t-il raconté. « Parmi les treize lieux que j’ai visités, trois étaient sous administration mixte américaine et irakienne. Il s’agit de Al Dial, Al Karmiya et Sahat Al Usur ».

Le journaliste Ali Wajeeh, directeur de l’information d’Al-Sharquiyya, a évoqué lui l’assassinat de quatre confrères, il y a deux semaines. "Ils ont été enlevés, torturés et exécutés alors qu’ils préparaient une série d’émissions à partir des documents et des vidéos fournis par M. Al-Dayni".

Depuis 2003, 461 journalistes ont été tués en Irak. Plus de mille autres ont quitté le pays.

Qui sont les tueurs ? Il y a actuellement en Irak 160’000 mercenaires qui abusent de leur pouvoir et se servent de leurs armes pour terroriser et tuer les civils. « Ils sont venus en Irak en disant qu’ils allaient protéger les droits de l’Homme. Or le remède s’avère pire que le mal. Et de cela, l’ONU ne dit rien. »

M. Al-Dainy a confié nombre de documents à l’ONG arabe Al-Karama. « Parmi tous ces documents il faudra faire un tri », commente le responsable Rachid Al-Mesli. « Et, ensuite, il faudrait aller sur place pour recouper toutes les informations, vérifier la véracité de chaque document. Nous ne sommes pas structurés pour remplir cette mission. C’est pourquoi il faut absolument instaurer un tribunal international, comme le demande M. Al-Dainy, et nommer une commission pour faire ce travail. »

Les deux témoins irakiens ont appelé les Nations Unies à ouvrir une enquête internationale pour l’assassinat de deux députés, la nomination d’un rapporteur spécial pour l’Irak, et la mise en place d’un Tribunal international pour juger urgemment les crimes les plus graves.

Nous avons écouté le poignant témoignage de M. Al-Dainy et du journaliste Ali Wajeeh avec un sentiment d’effroi.

Nous avons pensé avec colère à ces pro-israéliens - prétendus défenseurs des droits humains comme Bernard Kouchner - qui ont voulu, soutenu cette guerre contre l’Irak, un pays qui tenait tête à Israël, pour que celui-ci, après sa totale destruction et son démembrement par les forces occupantes, puisse continuer de régner en maitre dans cette région.

Silvia Cattori

Propos recueillis lors de la conférence qui s’est tenue au Club suisse de la presse le jeudi 30 octobre 2008.



[1A l’invitation de l’ONG ALKARAMA for Human Rights . Voir :
http://en.alkarama.org/index.php?option=com_content&task=view&id=150&Itemid=1