écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Interview de Jean-Loup Izambert par Louis Dalmas
Les filières terroristes de Paris et les dirigeants politiques français

Dans son livre "Crimes sans Châtiment", Jean-Loup Izambert met à jour tout un système de complicités entre les dirigeants politiques français et des groupes islamistes criminels. De 1990 à 2012, de l’Algérie à la Syrie,
la confrérie des Frères musulmans reçoit le soutien de Paris dans
ses coups d’État contre les pays du Bassin méditerranéen.

17 mars 2013

Q : En juin 2012 vous annonciez la parution prochaine de votre
ouvrage sous le titre provisoire de “La ligne jaune”. Le titre a
changé depuis. Pourquoi ?

Jean-Loup Izambert : D’abord, il m’a fallu près d’une année avant de trouver
un éditeur libre et indépendant digne de ce nom sur la vingtaine qui ont reçu
mon manuscrit. [1] Pendant ce temps, l’évolution de la situation
internationale a montré que les dirigeants occidentaux ne se contentaient pas
de franchir la ligne jaune entre la guerre et la paix.

Le fait est acquis qu’ils déclenchent des conflits en bafouant la souveraineté
des peuples, en piétinant la Charte des Nations Unies, ses résolutions comme
les conventions internationales. Les guerres ouvertes contre la Libye puis
contre la République arabe syrienne font suite à celles déjà enclenchées dans
des conditions similaires contre l’Afghanistan, l’Irak, la République fédérative
de Yougoslavie et plusieurs pays d’Afrique dont la Côte d’Ivoire ou le Mali.
Elles témoignent de la volonté des dirigeants des mêmes pays occidentaux –
USA, Angleterre et France en principal – de passer outre le droit international
pour piller les richesses des peuples, contrôler les grands axes de
communication qu’ils jalonnent et y installer des régimes militaro-financiers.
Ils bénéficient dans ces nouvelles guerres coloniales du soutien peu flatteur
des dictatures pétro-religieuses du golfe Persique et de l’intervention du
Fonds monétaire international. L’embargo contre la République islamique
d’Iran afin d’empêcher son développement et d’y provoquer des troubles en
est un autre exemple. Ces crimes sont prémédités, planifiés, discutés entre
princes et sont le fait des mêmes Etats, tous membres de l’OTAN. Autre
élément important : ils sont restés sans châtiment, sans réplique, tant sur le
terrain politique, diplomatique, économique que militaire, du moins pour le
moment.

L’Eurasie, bloc de paix contre les guerres étasuniennes

Q : Quels éléments pourraient changer le cours des choses ?

Jean-Loup Izambert : Trois facteurs sont à prendre en compte. D’abord, l’Eurasie émerge et
s’organise politiquement, économiquement, financièrement et militairement
avec ses partenaires sous l’impulsion de Moscou et de Pékin. La première
puissance mondiale est en cours de constitution sur la base des idéaux de
paix, de progrès économique et social et d’anti-impérialisme. Cet aspect est
évoqué dans le livre au travers de l’intervention du politologue Alain de
Benoist.

Cela signifie que dans le temps, de gré ou de force, toutes les bases militaires
étasuniennes installées dans des pays de l’Eurasie devront disparaître pour
céder la place aux forces de la paix. Ce mouvement est à prolonger sur la
petite Europe de Maastricht et le bassin Méditerranéen.

Pour sa part, le politologue camerounais Jean-Paul Pougala situe bien les
enjeux sur les vraies raisons de la guerre contre la Libye. Ensuite, les
principaux acteurs de l’Eurasie commencent à parler d’une seule voix dans les
instances internationales. Ainsi, sans le veto commun de la Fédération de
Russie et de la République Populaire de Chine au Conseil de sécurité de
l’ONU, rejoints aujourd’hui par de nombreux autres pays au sein des Nations
Unies, nous connaîtrions actuellement un conflit militaire majeur. Il ne faut
pas oublier qu’après “l’expérience” diplomatique malheureuse avec la Libye,
la Fédé-ration de Russie a clairement mis en garde les gouvernements
bellicistes contre tout nouvel acte de guerre contre la République arabe
syrienne, Ceux qui, comme les Etats-Unis, la France, la Turquie de l’islamiste
Erdogan et son partenaire Israël ont jugé bon de soutenir les gangs criminels
islamistes de la nébuleuse des Frères musulmans ont pris une lourde
responsabilité. Enfin, troisième facteur et non des moindres, ces Etats ont
semé le ferment de la haine à leur encontre.

Q. : C’est-à-dire ?

Jean-Loup Izambert : Croyez-vous que les enfants palestiniens qui ont vu leurs familles
assassinées par l’armée de l’Etat raciste et terroriste d’Israël qui viole depuis
des décennies les résolutions de l’ONU vont se contenter longtemps de la
“guerre des pierres “ contre l’agresseur ? Croyez-vous que les Libyens qui ont
vu les leurs mourir sous les bombes à uranium de l’OTAN ou assassinés par
des bandes islamistes armées par la France vont rester les bras croisés
devant le massacre et l’occupation de leur pays ? Croyez-vous que les Syriens
vont mourir en silence dans les lâches attentats suicides de gangs islamistes
armés par l’Occident et la Turquie sans réagir ? Si vous regardez la carte des
conflits dans les pays arabes depuis les années 90, vous constaterez que la
France a toujours protégé et armé des mouvements permettant de provoquer
leur déstabilisation. J’en fais la démonstration en prenant pour exemple les
relations entre dirigeants français et ceux de plusieurs organisations proches
des Frères musulmans. Quand les peuples vont avoir conscience de ces faits,
ce qui commence à se produire en Tunisie ou en Egypte, et qu’ils se seront
débarrassés des pouvoirs installés par la Sainte-Alliance Washington-Londres-
Paris, les Français pourront toujours essayer d’exporter du camembert au
Qatar.

L’Elysée, “carrefour” du grand banditisme

Q : Vous mettez en cause les dirigeants français, Nicolas Sarkozy et
François Hollande, et des dirigeants du renseignement français en
contact avec des organisations proches de groupes terroristes…

Jean-Loup Izambert : Je ne les mets pas en cause. Je les accuse de couvrir soit des criminels
associés à des groupes extrémistes islamistes, soit de soutenir des
organisations qui sont liées à ces groupes et de pactiser avec des dictatures
comme celles du Qatar, de l’Arabie saoudite ou du Bahreïn.

Q : Dans votre livre vous montrez comment se fabriquent des
“oppositions” et vous citez les cas de plusieurs dirigeants
d’organisations islamistes bénéficiant du soutien des dirigeants
français dans les guerres contre la Libye et la Syrie. Pouvez-vous
nous rappeler quelques exemples ?

Jean-Loup Izambert : Sans entrer dans les détails, concernant Nicolas Sarkozy, celui-ci a été
quatre fois ministre dans quatre gouvernements UMP dont deux fois ministre
de l’Intérieur avant d’être élu Président de la République en 2007. Comme je
le démontre, alors qu’il occupait ces fonctions, des ministères à la présidence,
il ne pouvait ignorer que des membres de l’organisation islamiste tunisienne
Ennahda recherchés par Interpol pour des actes criminels étaient en France
depuis le début des années quatre-vingt-dix.

Certains des membres d’Ennahda auraient du reste été retournés et sont
aujourd’hui dans les rangs du pouvoir tunisien pour orienter sa politique
étrangère, économique, financière et militaire en faveur des puissances
coloniales. Par ailleurs Sarkozy a été le promoteur de l’intervention militaire
contre le peuple libyen et l’initiateur de relations privilégiées avec les
putschistes islamistes. A ce titre, comme Président de la République française
et chef des armées, il est responsable de la violation des résolutions de l’ONU
dans ce conflit et responsable de crime contre l’humanité du fait de
l’utilisation d’armes à uranium par les armées de l’OTAN.

Q : Et aujourd’hui, concernant François Hollande ?

Jean-Loup Izambert : Les Français qui ont voté pour lui découvrent qu’en réalité il poursuit la
même politique que son prédécesseur de l’UMP. Je ne reviendrai pas ici sur
les données concernant l’aggravation de la crise que je développe dans mon
livre. Depuis 1981, à chaque fois que les socialistes ont été au pouvoir, ils ont
administré les affaires de l’Etat comme des compteurs de petits pois, sans
jamais rien remettre en cause de l’organisation et de la gestion de l’Etat au
profit des transnationales de la finance et de l’armement. C’est le propre de
tous les partis réformistes sur tous les continents : gérer le capitalisme quand
celui-ci est en difficulté. Or, le terrorisme n’est rien d’autre que l’expression
du capitalisme en crise qui ne peut plus supporter la moindre parcelle de
démocratie, le moindre obstacle à sa survie.

Aussi, je pense que le ministre de l’Intérieur du gouvernement Ayrault,
Manuel Valls, devrait se montrer plus humble lorsqu’il accuse la droite d’être
“responsable du retour du terrorisme” comme il l’a fait lors d’une séance à
l’Assemblée nationale à la mi-novembre 2012. Qu’il commence par nettoyer
son écurie ! Comme je le rapporte dans mon enquête en posant des
questions, des ministres de l’Intérieur socialistes ont, avec des dirigeants du
renseignement français, couvert des individus, membres d’une organisation
islamiste, recherchés par Interpol pour des actes criminels et association à
une organisation extrémiste terroriste.

L’Elysée est devenu une sorte de “carrefour” du grand banditisme où le “Tout-
Paris” de la Françafrique croise les pires dictateurs de la planète – du Qatar,
de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, – et les représentants de groupes criminels
comme le Conseil national de transition libyen ou le Conseil national syrien.
Ces gens là sont les financiers et les organisateurs de groupes qui se livrent
au crime organisé à grande échelle, trafic de drogues compris. Il est
particulièrement grave de voir les dirigeants français et de l’OTAN leur donner
caution, les financer et les armer.

Les administrateurs de la mort sont à Paris

Q : Mais aujourd’hui les choses n’ont-elles pas un peu changé avec
le nouveau gouvernement ?

Jean-Loup Izambert : Non, bien au contraire, les guerres contre la Syrie et le Mali en
témoignent, elles se poursuivent comme sous la présidence de “Sarkozy
l’Américain”. Il ne faut pas s’en étonner puisque lors de la passation de
pouvoir, le 17 mai 2012, entre le ministre des Affaires étrangères du
gouvernement Fillon, Alain Juppé, et celui du gouvernement Ayrault, Laurent
Fabius, ce dernier a déclaré à son prédécesseur : “Sur les questions
majeures, je sais que nous nous retrouverons”.

Le président François Hollande et son ministre des Affaires étrangères,
Laurent Fabius, apportent leur soutien direct à une association comme les
“Amis de la Syrie”. Celle-ci regroupe en réalité des représentants de
mouvements islamistes sunnites (Arabie saoudite, Qatar, Turquie, Tunisie,
Maroc), des dirigeants des États-Unis, de l’Union européenne et des
représentants d’officines liées aux services occidentaux, tels ceux du Conseil
national syrien (CNS). Cette dernière organisation n’est rien d’autre que
l’administrateur de la mort que sèment les milices islamistes en Syrie contre
les symboles du panarabisme comme contre toute personne ne partageant
pas leur religion.

Encore une fois, l’organisation des Frères musulmans est au coeur de cette
guerre. Je rappelle du reste dans mon livre que cette organisation n’a pas
hésité à commettre des crimes odieux à plusieurs reprises contre des civils
syriens, cela bien avant de recevoir le soutien direct de Paris dans sa nouvelle
tentative de putsch. Toute l’histoire des Frères musulmans en Syrie n’est que
crimes, sabotages et assassinats. Ce sont ces gens là que Paris soutient
aujourd’hui. Du reste, plusieurs des dirigeants de “l’opposition” criminelle
syrienne vivent en Ile-de-France et sont, pour certains d’entre eux, en
contact de longue date avec des agents de la CIA, du MI6 et de la DGSE.
Cela étant dit, la détérioration des relations entre l’armée française et le
pouvoir politique, aggravée sous Sarkozy ne fait que s’accentuer. Les
militaires français n’ont pas vocation à servir de milice privée à “Monsieur
Total” ou à “Monsieur Areva”, et encore moins à “Monsieur Esso”. C’est
pourtant ce qu’ils font au Mali ou, pire, en Afghanis-tan. Comme vous pourrez
le lire dans “Crimes sans châtiment”, sous l’administration de l’OTAN, les
soldats français de la force d’occupation servent en réalité de bouclier au
commerce international de la drogue et des armes de la CIA avec des chefs
de guerre islamistes.

François Hollande devra assumer les conséquences de ses guerres

Q. : Vous affirmez que le gouvernement français arme les gangs
criminels en Syrie. Mais sur quelle situation peut déboucher cette
nouvelle violation de l’ONU et du droit international ?

Jean-Loup Izambert : Le président français, son Premier ministre et le ministre de la Défense,
Jean-Yves Le Drian, ont fait le choix d’envoyer des agents de la DGSE,
notamment au Liban puis en Turquie, aux côtés d’agents du MI6 anglais et de
la CIA étasunienne pour armer ces groupes assassins. Je rapporte sur ce
point des éléments en provenance de différentes sources. Le scénario est à
peu près similaire à celui contre la Libye. Face à de tels faits, répétés, il est
indéniable que le gouvernement français cherche la guerre, une guerre dont
il semble croire, bien naïvement, pouvoir rester à l’abri. Le président français,
les ministres des Affaires étrangères et de la Défense du gouvernement
Ayrault devront assumer les conséquences de leurs guerres. Car à partir du
moment où vous prenez la responsabilité de protéger des éléments criminels
et où vous armez des groupes terroristes en violation du droit international
pour semer la mort dans d’autres pays, cela signifie que vous ne pouvez plus
être considéré comme un partenaire loyal mais comme un ennemi avec lequel
la neutralité n’est plus politiquement praticable. Vous devez alors assumer
toutes les conséquences de la guerre, à savoir être vous-même la cible
d’actes de guerre. Ce serait même justice que la violence tourne contre la
violence politique, économique, diplomatique et militaire des gouvernements
qui agissent de concert avec Paris, de Washington à Doha en passant par
Londres, Ankara et Tel Aviv.

Q. : Comment avez-vous travaillé pour mener cette enquête ?

Jean-Loup Izambert : C’est une enquête sur le long terme – une vingtaine d’années –
commencée dans les années 90 jusqu’à nos jours. Il était nécessaire de
remonter dans le temps pour analyser l’évolution des relations entre Paris et
des groupes criminels islamistes, mettre en évidence que les gouvernements
de la France en crise ont besoin du terrorisme et de la violence. J’ai donc
mené plusieurs enquêtes sur le terrain entre les années quatre-vingt dix et
2000. Puis je suis revenu sur les principaux protagonistes par périodes en
ciblant mes recherches sur le Maghreb, principalement le Maroc et la Tunisie.
Ce choix tient au fait que les islamistes y avaient tenté plusieurs coups d’Etat
dans les années 90 afin d’y implanter le premier Etat islamiste du Maghreb.
La stratégie de la terreur adoptée depuis par les Frères musulmans dans tous
les autres pays repose sur le même plan présenté et expliqué dans mon livre.
Des dirigeants d’associations, des confrères journalistes d’investigation, des
spécialistes comme Abdallah Amami, des universitaires comme Moncef
Ouannes, Jean-Paul Pougala ou le philosophe Alain de Benoist, des
professionnels du renseignement, tel Yves Bonnet, ancien dirigeant de la DST,
d’Interpol ou d’autres services, y compris militaires, interviennent au fil des
pages ou apportent leur expérience, leurs avis et des informations précieuses
sur les événements en cours. Leur travail important, leurs réflexions, leurs
études prolongent mon enquête de terrain. Maintenant, nous allons placer le
livre au coeur du débat politique car la crise économique est le terreau de la
criminalisation de la vie politique. Mes confrères Richard Labévière avec “Les
dollars de la terreur” [2] et Michel Collon avec “Libye, OTAN et
médiamensonges” [3] ont déjà produit deux contributions importantes et
documentées sur les relations entre pouvoir politique occidental et groupes
terroristes islamistes et la mise en scène qui les accompagne. J’y ajoute
aujourd’hui, de manière ciblée, le volet français.


Jean-Loup Izambert : Premier journaliste à dénoncer l’implication de
quarante banques européennes dans le plus grand krach boursier de la place
de Genève, il publie “Le krach des 40 banques” (1998). Son livre “Le Crédit
Agricole horslaloi ?”(2001),momentanément interdit de publicité et de vente
en France, est traduit et édité en Fédé- ration de Russie, puis devient le sujet
d’un film réalisé par RTR Planeta, première chaîne de télévision de l’Etat
russe. Au lendemain de la failli- te du groupe Crédit Lyonnais, il cible les
liaisons entre dirigeants de banques, pouvoir politique et magistrature dans
“Crédit Lyonnais, la mascarade” (2003). Il est l’auteur de la première enquête
journalis- tique sur le fonctionnement de l’ONU, “ONU, violations humaines”
(2003). La guerre contre la Yougoslavie puis contre l’Irak le condui- sent à
enquêter sur les dessous de la politique internationale et à écrire “Faut-il
brûler l’ONU ?” (2004). Après “Les Démons du Crédit Agricole” (2005), il
poursuit ses recherches dans le monde financier avec “Pourquoi la crise ?”
(2009). “Crimes sans châtiment”, publié par les Editions 20 Coeurs, est
l’aboutissement de vingt années d’en- quêtes sur les relations entre
dirigeants français et membres de réseaux criminels islamistes

Interview de Jean-Loup Izambert par Louis Dalmas (B.I. Infos, no. 185, mars 2013).



[1Il s’agit des Editions 20 coeurs, Paris, www.20coeurs.fr

[2“Les dollars de la terreur”, par Richard Labévière, Ed. Grasset.

[3“Libye, OTAN et médiamensonges”, par Michel Collon, Ed.
Investig’Action et Couleur livres,www.michelcollon.info