écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Le Courrier, un quotidien dépourvu de toute éthique ?

.

11 mars 2013

Mise au point adressée le 11 mars 2013 au quotidien genevois Le Courrier par l’Institut International pour la Paix, la Justice et les Droits de l’Homme (IIPJHR) et le Collectif des Syriens en Suisse (CSS) au sujet de la conférence « Syrie : Ce que les médias ne vous disent pas », qui s’est tenue à la Maison des associations le vendredi 1er mars 2013 (*)

Votre journal, daté du 1er et 2 mars, a publié sous le titre « Entrisme d’extrême droite à la Maison des associations ? » des propos dépourvus de toute responsabilité éthique professionnelle et de connaissance juridique, ce qui accuse nos deux organisations organisatrices de la conférence, à savoir :
l’IIPJHR, organisation ayant le statut consultatif auprès de l’ECOSOC de l’ONU et le CSS (Collectif des Syriens de Suisse) - qui regroupe des médecins, juristes fonctionnaires, employés et hommes d’affaires de toutes sensibilités politiques et horizons sociales - qui vous demandent de faire la mise au point suivante :

1. La conférence sur la Syrie, contrairement à ce que mentionne le journaliste, n’était pas parrainée par des mouvements d’extrême droite, mais par nos deux organisations inscrites clairement sur l’affiche ainsi que sur l’invitation.

L’honnêteté professionnelle requière de rapporter l’information de deux sources contradictoires notamment des parties concernées en l’occurrence les organisateurs, ce qui n’a pas été fait.

Voici ce que disait notre affiche.
L’Institut International pour la Paix, la Justice et les Droits de l’Homme IIPJHR en collaboration avec le Collectif des Syriens de Suisse CSS vous convie à la conférence : SYRIE, CE QUE LES MEDIAS NE VOUS DISENT PAS qui aura lieu le vendredi 1 mars 2013 à 19h00 à la Maison des Associations (Salle Gandhi), Rue des Savoises 15, 1205 Genève - avec le témoignage des journalistes Anastasia POPOVA, et Bahar KIMYONGUR, militant aux droits de l’homme.

2. Votre journaliste a fait l’amalgame entre les organisateurs de cette conférence et des « militants antifascistes » et on ne sait quels autres « membres d’extrême droite ».

Or les deux groupes extrémistes [mentionnés par le journaliste] n’avaient rien à voir avec la conférence et le thème : La Syrie - Ce que les médias ne vous disent pas.

Votre journaliste, qui s’est donné la peine de faire une apparition fugace, n’a même pas estimé intéressant de savoir ce qu’il y était dit à cette conférence. Il a par contre évoqué auparavant l’ « occupation » de la Maison des Associations et les menaces au cas où cette conférence aurait eu lieu, de manière à semer le doute dans l’esprit du public ; tout en oubliant que nous sommes dans un Etat de droit et que l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui garanti la liberté d’opinion et de l’expression, stipule dans son paragraphe 3 ce qui suit :

L’exercice des libertés prévues au paragraphe 2 du présent article comporte des devoirs spéciaux et des responsabilités spéciales.
Il peut en conséquence être soumis à certaines restrictions qui doivent toutefois être expressément fixées par la loi et qui sont nécessaires :
a) Au respect des droits ou de la réputation d’autrui ;
b) A la sauvegarde de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé ou de la moralité publiques.

Ce paragraphe, d’un article fondamental de la Charte des droits de l’homme et d’une vie démocratique d’une société civilisée, a été bafoué par le journaliste du Courrier et par des agitateurs [qui se proclament antifascistes] voulant empêcher les honnêtes journalistes et conférenciers invités à la conférence de s’exprimer.

Nous vous prions de publier cette mise au point en vertu du droit de réponse.

Avec nos salutations les meilleures.
M. Numan Baltaci, pour l’IIPJHD
Dr. Costantin Sayegh, pour le Collectif des Syriens de Suisse
Genève, 11 mars 2013


Voir la vidéo (au début) qui montre les fameux « antifascistes », dont certains masquent leurs visages, que le journaliste du Le Courrier (tendance socialiste) semble considérer curieusement comme des militants légitimes ; alors qu’ils s’étaient rendus là expressément pour délégitimer une conférence légale, semer le trouble, tenter de faire peur, en criant des slogans aberrants, de manière à dissuader les gens de s’y rendre.

titre documents joints

 

Le Courrier, 01.03.2013

(PDF - 111.3 ko)
 

 

Le Courrier, 02.03.2013

(PDF - 81.7 ko)
 

 

Mise au point adressée au Courrier, 08.03.2013

(PDF - 138.6 ko)