écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Silence complice
Gaza : « Sortir le drapeau blanc ne suffira pas »

Pourquoi, durant ces longs mois où l’on voit la population de Gaza s’enfoncer dans l’horreur, et ses malades et blessés mourir dans leur sang, faute de médicaments, il n’y a pas de mobilisation internationale pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être ? Pourquoi nos pays n’appellent-ils pas à la raison le premier responsable de cette catastrophe organisée : l’Etat d’Israël ?

18 janvier 2008 | - : Gaza Israël Rôle des médias Palestine


Bande de Gaza, janvier 2008 (IMEMC)

Gaza est injustement emprisonnée par Israël, constamment soumise par ce dernier aux tirs de missiles, réduite à la faim.

Dans quelle prison a-t-on jamais vu les geôliers couper l’eau, couper l’électricité, priver les prisonniers de nourriture, interdire à ceux qui souffrent de blessures et de graves maladies, d’aller se faire soigner ?

Israël assassine chaque jour des Palestiniens – résistants et simples habitants - avec une extraordinaire sauvagerie. Nous sommes nombreux à être saisis de vertige face à tant d’indifférence et de cruauté.

Nos autorités sont parfaitement informées par leurs représentants diplomatiques des exactions commises par l’armée israélienne et de la gravité de la situation ! Pourquoi demeurent-elles silencieuses ? Ont-elles peur d’Israël ?

Plus le temps passe, plus la santé de la population, enfermée dans ce ghetto qu’est devenu Gaza, est menacée et, surtout, la santé des enfants –qui constituent la moitié de la population- soumis à la malnutrition, risque d’être compromise de façon irréversible.

L’étranglement économique de Gaza par les Etats-Unis et l’Union européenne, sous la pression d’Israël, a reçu également l’assentiment de ces Palestiniens « modérés »qui collaborent avec l’occupant pour servir leurs intérêts personnels : Mahmoud Abbas et Salam Fayyad,

« Modérés » ou « collaborateurs » ?

Ces "modérés" ont la faveur de l’Occident parce qu’ils travaillent la main dans la main avec Israël pour liquider, non seulement les cadres du mouvement Hamas, les résistants, mais également tout Palestinien ordinaire qui les soutiens.

Nous sommes là face à une catastrophe humaine organisée ; décidée dans les plus hautes instances.

La « communauté internationale », à laquelle chacun de nous appartient, doit répondre de « crime d’indifférence », de crime pour avoir puni ce peuple, pour l’avoir laissé livré aux violences de l’armée israélienne.

Cette catastrophe organisée peut perdurer grâce également à la complicité de médias qui ne montrent pas l’étendue de l’oppression israélienne à Gaza.

La vie des gens, déjà atroce, a été rendue encore plus terrible dès septembre 2007, quand Israël a fermé toutes les entrées et sorties de Gaza, interdisant les rares camions qui pouvaient encore transporter un peu de farine, de riz, et quelques médicaments.

Voici ce que nous disait déjà, en novembre 2007, une mère palestinienne.

- Je ne sais pas ou on va ! Les Israéliens nous affament, empêchent les produits de nos paysans de sortir. Nous sommes enfermés. Tout est très cher. La majorité des gens est sans travail et souffre du manque d’argent. C’est le malheur. Il n’y a plus rien ; certains produits ont disparu des rayons. Et maintenant les Israéliens font entrer leurs fruits, légumes, produits laitiers qu’ils nous vendent à des prix exorbitants.

- Et les pays arabes, ai-je demandé, ils n’arrivent pas à vous aider ?

-Les pays arabes collaborent avec Abou Mazen (Mahmoud Abbas) et Israël. Mazen ne nous donne rien. Il ne donne qu’à ceux qui sont membres de son parti. Il encourage Israël à nous maintenir enfermés pour nous affamer. Il attend que nous soyons mis à genoux. Les Israéliens ont annoncé qu’ils préparent une grande opération militaire contre Gaza. Le pire viendra dans les jours prochains.

- Quand vous entendez M. Bush et M. Sarkozy mobiliser la communauté internationale au sujet du Darfour que ressentez-vous ?

-J’éprouve une immense douleur, surtout en pensant aux enfants et aux malades qui meurent ici faute de soins suffisants. Quand j’ai entendu Moussa, (le chef de la Ligue arabe ndt) dire qu’il va envoyer 250 000 dollars pour aider le Darfour, j’ai pleuré. Nous qui sommes ses frères et sœurs, et alors que la situation ici est vraiment affreuse, pourquoi nous ignore-t-il ? Ici, rien ne rentre, rien ne sort. Les pauvres ne peuvent pas se nourrir normalement. Tout est à plus du triple du prix normal et rares sont les gens qui ont un salaire. L’UNWRA distribue des coupons tous les deux mois. La portion du mois dernier n’a pas été distribuée.

- Le mouvement Hamas ne vous aide-t-il pas ?

-Ils n’ont rien. Je pense que, même si les autorités du Hamas se disaient vaincues, même si elles sortaient le drapeau blanc et suppliaient le monde de nous aider, même là, rien ne changerait : Israël ne cessera jamais de nous martyriser.

Sortir le drapeau blanc ne suffira pas. Les Israéliens vont encore et encore continuer d’exiger de nous autre chose. Les gens du gouvernement Hamas sont privés de toute aide. Ils ne peuvent rien faire, eux aussi sont victimes de notre emprisonnement.

Même l’aide financière versée par l’Iran en 2006 pour des raisons humanitaires [1] et par d’autres pays, pour soulager nos souffrances, a été séquestrée par l’Egypte à la demande d’Israël.
Israël nous maintient suspendus à une corde !

Il suffirait que les grandes puissances exigent d’Israël de relâcher la corde sur laquelle il tire pour que Gaza puisse respirer. Il suffirait de couper cette corde !

Silvia Cattori



[1L’Iran a versé en avril 2006 50 millions de dollars, suite à la décision américano-européenne de suspendre toute aide aux autorités élues démocratiquement du Hamas


Toutes les versions de cet article :
- Gaza: "No bastará con sacar la bandera blanca"