écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Crimes commis par les forces sous mandat de l’ONU en Libye
Syrte, ville fantôme

De terribles massacres ont été commis contre les "loyalistes", en fait contre des Libyens ordinaires, par des "rebelles" encadrés par l’OTAN, pendant sept mois.

28 octobre 2011 | - : OTAN Crimes de guerre Libye


Syrte, aujourd’hui

La petite ville ancienne de Syrte, si belle et brillante et forte de ses 80’000 âmes, n’est plus qu’un lieu désolé, avec quelques rescapés errants, et dont les maisons encore debout ont été sauvagement pillées par les « rebelles »


Syrte, avant l’invasion barbare


Où sont aujourd’hui les représentants de l’ONU, de l’Union européenne, de tous les pays qui ont appuyé l’intervention en Libye, sous le prétexte de « protéger les civils » ?

Où sont les signataires de l’« Appel urgent pour arrêter les atrocités en Libye » lancé le 21 février 2011 en invoquant la « responsabilité de protéger » [1] ?

On ne les entend plus. Pas un seul des signataires de cet appel n’a réagi aux crimes perpétrés durant ces sept mois par les soi-disant « libérateurs ». Aucun d’eux n’a élevé la voix pour condamner les crimes commis lors du siège de Syrte. Honte à eux.

Face aux images et vidéos rendues publiques qui témoignent d’exactions insoutenables commises au nom d’une intervention pour « protéger les civils », nous ne pouvons pas rester silencieux.

Il est du devoir de chacun de nous d’exhorter les gouvernements et les ONG qui ont appelé les Nations Unies et la communauté internationale à intervenir sur la base de chiffres mensongers — en février 2011 ils avaient avancé le chiffre de 6’000 morts à Benghazi alors qu’il y en avait eu tout au plus 300 —, à arrêter les massacres et atrocités perpétrés contre leur propre peuple par les forces du CNT soutenues par l’OTAN.

Silvia Cattori