écrits politiques
English    Français    Italiano    Español    Deutsch    العربية    русский    Português
Communiqué du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine
Libye : L’Union Africaine ne souhaite pas reconnaître le Conseil national de transition (CNT)

Les puissances occidentales –notamment la France et la Grande Bretagne - ont torpillé toutes les initiatives de paix de l’Union africaine. Depuis mars 2011 elles ont systématiquement sapé les efforts de l’Union Africaine (UA) qui voulait que l’on trouve une solution pacifique et que l’on résolve la crise libyenne par la voie diplomatique, pour éviter l’intervention de l’OTAN et la perte de davantage de vies humaines. Les dirigeants sud-africains demandent maintenant à la Cour pénale internationale (CPI) d’ouvrir une enquête sur les responsables de l’OTAN pour "possibles crimes contre l’humanité durant les opérations aériennes en Libye". L’UA affirme dans un Communiqué son refus de reconnaître le CNT. (Silvia Cattori)


26 août 2011

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA).

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a clôturé vendredi après-midi à Addis-Abeba sa réunion d’une journée sur la situation en Libye sans reconnaître le Conseil national de transition (CNT), annonce un communiqué publié dans la capitale éthiopienne.

Le CSP a demandé l’arrêt immédiat des combats, la fin complète des hostilités et la formation d’un gouvernement de transition.

"Le Conseil encourage tous les Libyens à former un gouvernement de transition, incluant toutes les parties, qui sera le bienvenu pour occuper le siège de la Libye au sein de l’UA", indique le communiqué.

Cette réunion a été l’occasion d’un débat houleux du fait des divergences entre ses membres sur la crise en Libye.

Elle s’est déroulée en présence des chefs d’Etat de Djibouti, de l’Ouganda et de l’Afrique du Sud, des représentants de l’ONU et de la Commission de l’UA, entre autre.

"Les pays qui ont reconnu le CNT l’ont fait sur la base de leur politique souveraine et de leurs intérêts", a déclaré à la presse le président sud-africain, Jacob Zuma.

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA).
26 août 2011