écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Palestine
Gaza : L’armée israélienne bombarde un peuple captif

Douze Palestiniens sont tombés en martyrs et 20 autres ont été blessés, la plupart des combattants, depuis vendredi après-midi lors d’une série de raids intensifs israéliens sur la bande de Gaza.

10 mars 2012

Cette escalade de violence —la plus meurtrière depuis la fin octobre 2011— a suivi l’assassinat ciblé du secrétaire général des Comités de résistance populaire (CRP), Zouheir al-Qaïssi, et d’un autre cadre du mouvement, Mahmoud Hanani, tués vendredi après-midi par un raid israélien qui a visé leur voiture à l’ouest de la ville de Gaza.

Un second raid, sur l’est de la ville de Gaza, a tué trois combattants des Brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique.
Sept autres membres des Brigades al-Qods, dont deux commandants locaux, sont tombés en martyrs ultérieurement dans des frappes aériennes sionistes—l’une en plein centre de la ville de Gaza—, selon le Jihad islamique.

Au moins 20 Gazaouis, dont un journaliste de l’agence de presse palestinienne Ma’an, ont été blessés par les raids aériens qui se sont succédés sans interruption toute la nuit de vendredi à samedi, selon les services d’urgence de Gaza.

Les CRP, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, un groupe lié au mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas, et les Brigades al-Qods du Jihad islamique ont revendiqué des tirs contre les territoires occupés par Israël vendredi. Ces dernières se sont attribué 44 tirs.

La branche armée des CRP, les Brigades Al-Nasser Salaheddine, ont menacé Israël d’une "riposte foudroyante" après la mort de leur chef.

L’armée de l’occupation israélienne a reconnu qu’un appareil avait visé "un important responsable, Zouheir al-Qaïssi, et un de ses collaborateurs, Mahmoud Hanani".

Le précédent secrétaire général des CRP, Kamal al-Nayrab, a été tué le 19 août par une frappe israélienne à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec l’Égypte.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur du Hamas a qualifié "l’escalade sioniste de crime injustifié visant à déstabiliser la situation sécuritaire à Gaza et empêcher les efforts de réconciliation (interpalestinienne)". De son côté, la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a "salué les martyrs Zouheir al-Qaïssi et Mahmoud Hanani, jurant que leur sang n’aura pas été versé en vain".

À Ramallah (Cisjordanie), le porte-parole du président Abbas, Nabil Abou Roudeina, a condamné "la dernière escalade israélienne qui crée une atmosphère négative et va conduire à un nouveau cycle de violences dans la région".

En première riposte à l’agression sanguinaire sioniste, les combattants palestiniens ont tiré des roquettes sur le secteur d’Eshkol (sud des territoires occupés par Israël), blessant au moins quatre Israéliens, dont un grièvement, selon les services de secours israéliens.

Selon l’armée de l’occupation, une quarantaine de roquettes et d’obus "de toutes sortes se sont abattus vendredi sur le territoire israélien en provenance de l’enclave palestinienne contre le territoire israélien".

Al-Manar , 10 mars 2012.