écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Boycottage culturel contre l’Apartheid israélien
Leonard Cohen persona non grata à Ramallah

.

13 juillet 2009

Leonard Cohen ne jouera pas à Ramallah !

Communiqué de presse du PACBI

Le PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel) a été encouragé par les efforts inlassables des militants du mouvements BDS (Boycott Divestment and Sanctions) aux Etats-Unis et au Royaume-Uni dans l’organisation de manifestations et de piquets devant les spectacles de Leonard Cohen, avant son concert prévu à Tel-Aviv cet été. L’appel, « Ne joue pas en Israël ! » a été lancé fort et clair.

Après avoir épuisé toutes les tentatives pour convaincre Cohen d’appliquer ses principes humanistes déclarés et de garder une cohérence morale en refusant d’encourager l’apartheid israélien et de blanchir ses crimes, nous avons demandé à tous les partisans d’une paix juste dans notre région de boycotter Cohen, ses CD et ses concerts et d’organiser des protestations à chacune de ses apparitions.

Dans une lettre ouverte à Cohen en Mai, nous l’avons mis en garde en disant que nous considérerons ses spectacles en Israël comme une forme de complicité dans les graves violations du droit international, et nous lui avons rappelé que, en violant l’appel palestinien au boycott contre Israël, il remettait en mémoire le sale souvenir des artistes qui ont violé l’appel au boycott contre l’apartheid en Afrique du Sud et avaient tenu à se produire à Sun City, s’attirant la condamnation et le dégoût de toutes les personnes de conscience partout dans le monde [1].

Nous sommes maintenant heureux d’annoncer que nous avons reçu la confirmation de « l’Organisation des Prisonniers Palestiniens » qu’aucun concert ne sera organisé pour Leonard Cohen à Ramallah.

Un fort consensus s’est dégagé entre toutes les parties concernées disant que Cohen n’est pas le bienvenu à Ramallah, tant qu’il maintiendra son projet de concert à Tel Aviv, même s’il a été affirmé que Cohen dédierait son concert en Palestine à la cause des prisonniers palestiniens.

Ramallah ne recevra pas Cohen tant qu’il aura l’intention de blanchir le régime israélien d’apartheid colonial en se produisant en Israël.

PACBI a toujours rejeté toute tentative visant à « l’équilibre » des concerts ou autres événements artistiques en Israël — actes conscients de complicité dans la violation du droit international et des droits de l’homme par Israël — avec l’organisation d’événements annexes dans les territoires palestiniens occupés.

Ces tentatives de « parité » non seulement et de façon tout-à-fait immorale assimilent l’oppresseur avec les opprimés, en prenant une position neutre sur l’oppression (ce qui revient à prendre le parti de l’oppresseur, comme l’a dit Desmond Tutu), mais cela représente aussi une insulte pour le peuple palestinien, en partant du principe que nous sommes assez naïfs pour accepter cette symbolique des spectacles de « solidarité » qui sont exclusivement destinés à couvrir des actes graves de collusion dans le blanchiment des crimes d’Israël.

Ceux qui sont sincèrement intéressés à défendre les droits des Palestiniens et à prendre une position morale et courageuse contre l’occupation et l’apartheid israéliens ne doivent pas se produire en Israël, un point c’est tout.

C’est le minimum de solidarité exigé par la société civile palestinienne.

Nous pensons que c’est une occasion de réaffirmer notre position énoncée pour la première fois il y a deux ans par rapport aux visites dans les territoires palestiniens occupés par des artistes, des artistes interprètes ou exécutants, et des universitaires qui souhaitent afficher leur solidarité avec les Palestiniens, mais tout d’abord en participant en Israël à des événements artistiques ou universitaires.

Comme nous l’avions souligné alors, les Palestiniens ont toujours accueilli chaleureusement les visites de solidarité des visiteurs internationaux, mais la plupart des Palestiniens croient fermement que de telles visites de solidarité ne doivent pas être utilisées comme une occasion d’organiser des spectacles, des projections de films ou des expositions ou donner des conférences dans des universités en Israël.

En aucune façon ces visites ne doivent servir à collaborer avec les institutions politiques, culturelles ou des établissements d’enseignement en Israël, ni à participer à des activités parrainées ou soutenues — directement ou indirectement — par le gouvernement israélien ou l’une de ses institutions [2].

Les motivations de l’équipe de Cohen ne sont sans doute pas si innocentes. Nous croyons que le but visé par Cohen en se produisant devant les Palestiniens est une tentative pour désamorcer la mauvaise publicité et les protestations organisées par les militants du mouvement BDS lors des spectacles dans plusieurs villes.

Les gestionnaires de la tournée de Cohen ont probablement estimé que l’ajout, à la dernière minute, d’un concert à Ramallah, pourrait désamorcer les protestations et l’appel du PACBI au boycott de la visite de Cohen. Bien que ce soit le reflet de l’effet positif produit par l’appel au boycott, il met en évidence également que le concert à Tel-Aviv est toujours à l’agenda du tour.

Plus de manifestations et plus de publicité pour le boycott sont nécessaires, et c’est pour cette raison que les manifestations et les piquets devant les spectacles à Londres, Liverpool et ailleurs sont les bienvenus.

Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI)
Ramallah, Palestine occupée, le 12 juillet 2009
http://www.PACBI.org

Traduction : Info-Palestine.net (13.07.2009)
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=6950

Texte original en anglais (12.07.2009) :
http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=1039



[1Voir : “Lettre ouverte à Leonard Cohen”, PACBI, 16 mai 2009.
Voir également la vidéo de la manifestation du 2 juillet 2009, devant l’ O2 World à Berlin, appellant Leonard Cohen à ne pas jouer en Israël.


Toutes les versions de cet article :
- Leonard Cohen is not Playing in Ramallah!