écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Des Forces de sécurité palestiniennes au service d’Israël
Sattar Kassem : Tuer pour gagner son pain

M. Sattar Kassem, Professeur de Sciences politiques à l’Université Al Najah, à Naplouse, dénonce la brutale répression mise en œuvre en Cisjordanie, pour la sécurité et le bien-être d’Israël, par les Forces de sécurité palestiniennes entraînées par le Lieutenant General Keith Dayton, coordinateur de sécurité états-unien pour Israël et l’Autorité palestinienne.

13 juin 2009

Forces de sécurité palestiniennes
Obama est venu, Obama est parti, et le thème reste toujours le même, du sang contre du pain comme solution miracle au problème palestinien : vous, Palestiniens, devez respecter les exigences de la sécurité israélienne comme Israël le juge opportun si vous voulez conserver un fragile salaire à la fin du mois.

Pour le simple maintien de son salaire, un Palestinien doit arrêter son compatriote palestinien ou le tuer.

Tuez votre frère palestinien ou votre sœur palestinienne pour être sûr de recevoir un morceau de pain le lendemain.

La politique des Etats-Unis envers les Palestiniens est l’une des plus cruelles et impitoyables de l’histoire de l’humanité. Elle consiste, au travers des régimes arabes à la botte des Américains, à recruter des Palestiniens, à les entraîner, et à les équiper d’armes meurtrières pour combattre ces Palestiniens qui cherchent à recouvrer leur propre liberté et à libérer leurs terres occupées. Les États-Unis prétendent être le champion des droits de l’homme et de la liberté au moment même où ils perpètrent des pogroms et des massacres de masse, directement ou indirectement, en Palestine, en Irak, en Afghanistan et au Pakistan.

Keith Dayton est le tueur et le vampire américain qui est en train d’orchestrer et d’exécuter les atrocités américaines en Cisjordanie. Il est désigné comme le coordinateur américain de sécurité entre les Palestiniens et les Israéliens, mais il est en fait un affreux et misérable monstre qui cherche à démanteler la société palestinienne en suscitant des dissensions et de violents combats entre factions, comme un moyen de liquider les droits nationaux inaliénables des Palestiniens. Il s’est employé à acheter la loyauté et la coopération de certains Palestiniens qui cherchent toujours à faire monter la tension dans la société palestinienne.

Dayton est l’homme qui a travaillé jour et nuit dans l’intérêt de la sécurité et du bien-être d’Israël, et qui a fidèlement servi l’objectif sioniste d’expulser indirectement les Palestiniens de leur patrie.

Tant de Palestiniens en ont eu tellement assez des tensions et des querelles internes qu’ils ont décidé que leur pays n’était plus leur pays. Au fil des années, les mesures de répression israéliennes ont échoué à parvenir à un aussi sombre et amer résultat, mais Dayton, avec l’aide de ses marionnettes palestiniennes, a obtenu des succès.

Les États-Unis ont alloué à ce jour près de 161 millions de dollars pour mettre sur pied les Forces de sécurité palestiniennes qui assurent les besoins de la sécurité d’Israël, au détriment de la sécurité des Palestiniens.

C’est une épouvantable et inhumaine calamité que des Palestiniens soient entraînés et formés à arrêter et tuer des Palestiniens dans l’illusion qu’il s’agit là de la meilleure façon de construire un Etat palestinien. Tout ce qu’en retirent ces Palestiniens fourvoyés et inconscients, ce sont quelques centaines de dollars qui ne suffisent même pas à assurer leurs dépenses mensuelles.

Dayton a entraîné des Palestiniens en Jordanie et à Jéricho. Lors d’une conférence donnée dans un centre pour la paix au Proche-Orient, il a déclaré que ces individus étaient examinés avant d’être recrutés par la sécurité américaine, la sécurité israélienne (Shin Bet) et les services de renseignements jordaniens. (Il a utilisé le verbe « to vet » [comme pour l’examen d’un animal par un vétérinaire (ndt)] au lieu du verbe « to examine », ce qui est une indication de l’avilissement de ces recrues).

Dans son discours, il a précisé que la mise sur pied de ces forces visait deux objectifs : la lutte contre les gangs criminels et la lutte contre le Hamas. Nous, en Cisjordanie, nous n’avons pas vu de réel effort contre les gangs, mais nous avons vu un usage bien réel d’armes à feu contre le Hamas. Dayton a clairement indiqué que, pour les Américains, le principe qui sous-tend la construction des forces palestiniennes est la lutte contre le Hamas. Et il a été très clair devant le Congrès américain lorsqu’il a dit que ces forces ne représentaient aucune menace pour la sécurité d’Israël. Il a demandé au Congrès une rallonge de 59 millions de dollars. Ce Monsieur Dayton a également construit un centre d’entraînement à Jéricho, dans la vallée du Jourdain, pouvant accueillir 700 recrues à la fois.

Il a également été précisé que tout arrangement sécuritaire ou financier qui n’aurait pas été effectué sous le contrôle du Dr Salam Fayyad ne serait pas accepté. Les six Palestiniens tués en Cisjordanie [1] ont suscité la jubilation des Américains qui se sont félicités de ce soi-disant succès de Dayton.

Les Américains trouvent facile de mettre les Palestiniens à genoux pour un morceau de pain. Cela ne leur coûte pas grand chose, et il y a assez de collaborateurs palestiniens prêts à vendre leur pays et leur peuple pour quelques sous ou pour une nuit agréable dans un bordel en Israël ou en Europe.

Je n’appartiens pas au Hamas, mais les forces de Dayton ont démoli ma voiture en 2007, brûlé ma voiture en 2009, et conspiré pour m’emprisonner sur des allégations criminelles en 2009. J’ai été jeté en prison avec des criminels pendant trois nuits sous l’allégation d’avoir déformé l’image d’une personne signalée pour avoir tiré sur ma voiture en 2007, et l’image d’une personne accusée d’avoir tiré sur une personnalité religieuse éminente à Naplouse.

Voilà le Dayton civilisé que nous avons comme représentant de la première démocratie du monde. Au diable la démocratie et, quoi qu’ils fassent, il y a des Palestiniens courageux et dévoués qui ne trahiront jamais leur pays, et qui sont prêts à faire les sacrifices nécessaires pour sa libération.

Sattar Kassem
Le 8 juin 2009

Traduit de l’anglais par JPH (13.06.2009)

Article original en anglais (08.06.2009) :
http://www.silviacattori.net/article849.html



[1Voir : « Police raid sparks West Bank clash », Al Jazeera.net, 1er juin 2009.
Traduction de l’article en français.


Toutes les versions de cet article :
- Sattar Kassem: Blood for Bread