écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Par Celine Hagbard
Les mensonges d’Israël à des fins de guerre cela suffit !

Les prétendus enlèvement et meurtre de trois colons israéliens, en juin dernier, furent la raison invoquée pour justifier l’escalade d’Israël contre le gouvernement Hamas dans la Bande de Gaza sous occupation israélienne. Mais de nouvelles preuves indiquent que le Hamas n’était pas du tout responsable des meurtres, selon des journalistes qui ont discuté avec la police israélienne.

28 juillet 2014 | - : Gaza Israël Crimes de guerre

La chronologie des événements, en tenant compte du fait que les raids israéliens en Cisjordanie et les tirs sur les pêcheurs de Gaza sont quotidiens depuis des années, a commencé avec la disparition de trois jeunes israéliens d’une colonie construite sur la terre palestinienne, en Cisjordanie , le 12 juin.

Pendant les trois semaines suivantes, les forces israéliennes se sont déchaînées dans toute la Cisjordanie , enlevant des députés, des hommes politiques et pratiquement toute personne qui avait été associée publiquement au parti politique Hamas (un parti politique palestinien dont la branche armée, par le passé, a revendiqué la responsabilité d’attaques contre des soldats et des civils israéliens), mettant plus de 900 personnes en garde à vue. Les responsables du Hamas ont nié avec véhémence tout lien avec la disparition des colons. Des responsables palestiniens ont qualifié la campagne de rafles de violation du droit international.

Il faut noter que les raids contre les responsables Hamas sont intervenus un mois après que l’Autorité palestinienne a annoncé la formation d’un gouvernement d’union qui comprenait à la fois le parti Hamas plus militant et le parti Fateh, qui a longtemps agi comme le bras du gouvernement israélien d’occupation en Cisjordanie . Les officiels israéliens se sont alarmés de ce développement car il représentait une unification entre des factions palestiniennes qui avaient été longtemps divisées. Le gouvernement US avait même annoncé qu’il envisageait de travailler avec le gouvernement d’union, sonnant l’alarme parmi les responsables israéliens qui avaient tenté de discréditer les efforts palestiniens.

Après la découverte des corps des trois colons le 30 juin, le Premier ministre israélien Netanyahou avait déclaré sans équivoque : "Ils ont été enlevés et assassinés de sang froid par des animaux à forme humaine. Le Hamas est responsable, et le Hamas paiera" pour leur disparition. Il n’a cependant apporté aucun élément de preuve pour étayer cette affirmation. Six semaines plus tard, après l’enlèvement et les interrogatoires sous la torture de centaines de Palestiniens de Cisjordanie , il n’y a toujours aucune preuve de la participation du Hamas -ni même de l’implication d’un Palestinien - dans la mort des trois jeunes gens.

En effet, vendredi 25 juillet, le journaliste de la BBC Jon Donnison a publié sur twitter une série de déclarations d’une conversation qu’il a eue avec le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld.

Donnison écrit, "Mickey Rosenfeld, de la police israélienne, me raconte que les hommes qui ont tué les 3 adolescents israéliens faisaient partie d’une cellule solitaire, affiliée au Hamas mais ne fonctionnant pas sous la direction... Il semble contredire la ligne du gouvernement Netanyahou."

Il écrit également, "Le porte-parole de la police israélienne Mickey Rosenfeld a aussi dit que si le kidnapping avait été ordonné par la direction du Hamas, ils l’auraient su à l’avance."

En plus d’impliquer qu’Israël a des taupes au sein de la direction du parti Hamas, cette déclaration remet également en question la justification invoquée pour l’offensive d’Israël sur Gaza, qui a déjà fait plus de 1000 morts.

Ce n’est pas la première fois que des responsables israéliens admettent qu’ils ne croient pas que le Hamas ait commandité la disparition et la mort des adolescents. Le 15 juin, Sheera Frenkel, de BuzzFeed, rapportait, "Le kidnapping des trois adolescents israéliens est vraisemblablement l’œuvre d’un petit groupe de militants, sans ordre direct du Hamas, de ISIS ou de tout autre groupe terroriste régional, ont dit des officiels israéliens et palestiniens dimanche. ’Ce que nous savons, c’est que c’est sûrement une action opportuniste. Les hommes derrière peuvent avoir des liens avec un groupe terroriste plus important, mais l’action n’a pas les caractéristiques d’une opération complexe bien planifiée,’ a dit à BuzzFeed un officier israélien basé en Cisjordanie . ’C’est encore plus difficile de les trouver si le renseignement n’a pas une piste à flairer."

La plupart des analystes connaissant bien la question disent que l’offensive israélienne en cours à Gaza n’a rien à voir avec les trois jeunes (ni l’augmentation subséquente du lancement de roquettes par la résistance palestinienne qui ont suivi les raids israéliens et les enlèvements de 800 personnes affiliées au Hamas en Cisjordanie ), mais a été conçu pour défier le gouvernement d’unité de l’Autorité palestinienne et avait été planifié depuis des mois.

Par Celine Hagbard

(1) On peut retrouver la série de tweets (en anglais) de Jon Donnison sur Mondoweiss.net, "Claim that Hamas killed 3 teens is turning out to be the WMD of Gaza onslaught", 26 juillet 2014.