écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Par Roseline Letteron
La torture en Pologne, « c’est-à-dire nulle part »

Deux arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme condamnent la Pologne pour son rôle dans les détentions secrètes et les actes de torture de la CIA.

Le 24 juillet 2014, la Cour européenne des droits de l’homme a rendu deux arrêts Al Nashiri et Abu Zubaydah condamnant très sévèrement la Pologne pour avoir abrité sur son territoire des « sites noirs » de la CIA permettant de détenir sans aucun fondement juridique et de torturer des personnes considérées comme terroristes par les autorités américaines.

La Cour va même plus loin en estimant que les autorités polonaises sont complices de ces programmes qui concernent ceux que les juristes américains appellent pudiquement les « High Value Detainees » (HVD). En effet, la Pologne a non seulement donné son consentement à de telles pratiques mais elle les a également facilitées (« acquiescence and connivence« ). En d’autres termes, la Pologne s’est comportée non pas comme un allié passif mais comme un allié actif des États-Unis. Le seul problème est que ce pays est partie à la Convention européenne des droits de l’homme, dont elle doit respecter les dispositions, notamment celles qui interdisent les tortures et les traitement inhumains ou dégradants (art. 3).

Les deux requérants, qui obtiennent chacun une réparation équitable de 100 000 €, sont actuellement détenus à Guantanamo. Abou Zybaydah est un apatride d’origine palestinienne né en Arabie Saoudite. Il est soupçonné d’être membre d’Al Qaida et d’avoir participé à plusieurs attentats terroristes, dont ceux du 11 Septembre 2001. Al Nashiri est un Saoudien d’origine yéménite soupçonné quant à lui d’avoir participé aux attentats dirigés contre l’USS Cole en 2000 et le pétrolier français MV Limbourg en 2002. Aucun d’entre eux n’a jamais été mis en examen ni fait l’objet d’une procédure judiciaire, et tous deux ont été transférés vers un site secret situé en Pologne en décembre 2002, site sur lequel ils sont restés jusqu’en septembre 2003, et où ils ont subi interrogatoires et tortures.

La question de la preuve

La première question à laquelle était confrontée la Cour européenne des droits de l’homme est celle de la preuve des tortures dont les deux requérants affirment avoir été victimes sur le territoire polonais.

Dans un premier temps, la Cour s’assure de l’existence de « sites noirs » en Pologne et utilise tous les instruments à sa disposition : enquêtes internationales diligentées par l’ONU, le Conseil de l’Europe, mais aussi par des ONG comme Human Rights Watch ou Amnesty International. À cela s’ajoute le rapport du Comité international de la Croix Rouge sur les traitement des « High Value Detainees », rapport fondé sur les interrogatoires de quatorze détenus, dont les deux requérants. Enfin, la Cour a entendu différents experts et s’appuie sur des documents élaborés par la CIA elle même, déclassifiés depuis 2009.

Il lui faut ensuite considérer la situation personnelle des deux requérants. Conformément à sa jurisprudence constante, la Cour utilise le système anglo-saxon selon lequel les faits doivent être établis « au-delà du doute raisonnable ». Certes, la Cour ne saurait se substituer aux autorités des États parties à la Convention européenne qui sont seuls compétentes pour mettre en œuvre les enquêtes indispensables. Il lui appartient en revanche, aux termes de l’article 19 de la Convention, de s’assurer que ces États ont fait le nécessaire pour que les personnes qui sont sur leur territoire bénéficient des droits garantis par la Convention européenne, en l’espèce évidemment le droit de ne pas être torturé ni soumis à des traitements inhumains ou dégradants.

La Cour va donc contrôler, en quelque sorte, la manière dont l’État concerné coopère avec elle, par exemple lui transmet les documents pertinents pour l’appréciation des faits et des explications claires de nature à expliquer son attitude (par exemple : CEDH, GC, 18 septembre 2009 Varnava et a. c. Turquie, CEDH, 18 décembre 2012, Asiakhanova et a. c. Russie). En l’espèce, la Cour observe qu’elle ne dispose pas du témoignage direct des requérants, tous deux détenus à Guantanamo.

Manque de coopération et obstruction

Surtout, elle dénonce avec force le « manque de coopération » dont la Pologne a fait preuve sur ces questions. Dès 2006, le Secrétaire général du Conseil de l’Europe avait, sur le fondement de l’article 52 de la Convention, initié une enquête sur les « sites noirs », les États étant tenus de donner « toutes les explications requises sur la manière dont leur droit interne assure l’application effective de toutes les dispositions de la Convention ». À l’époque, la Pologne avait opposé un « démenti formel » aux allégations selon lesquelles elle abriterait de tels sites sur son territoire. Par la suite, elle avait fait preuve d’un manque de coopération manifeste lorsque différentes enquêtes internationales s’étaient penchées sur cette question, en particulier celles menées par le sénateur suisse Dick Marty, intervenant à la demande de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Quant à l’enquête pénale engagée en 2008 par les juges polonais, elle n’a abouti à aucun résultat tangible.

La Cour prend donc note d’une attitude polonaise inacceptable pour un pays membre du Conseil de l’Europe, attitude qui se traduit par des refus de coopération réitérés non seulement avec la Cour mais aussi avec les autres institutions du Conseil de l’Europe. La Pologne a donc violé l’article 38 de la Convention européenne qui impose aux États de procurer à la Cour « toutes facilités nécessaires » pour l’établissement des faits.

Violation de l’article 3

De ce refus de coopération, et des éléments de preuve réunis par ailleurs, la Cour déduit que les allégations des requérants sont « suffisamment convaincantes ». Elle condamne la Pologne pour violation de l’article 3 de la Convention.

Cette violation est d’abord d’ordre procédural, puisque l’enquête pénale diligentée en Pologne n’a été ni « prompte », ni « approfondie », ni « effective », trois conditions figurant déjà dans l’arrêt El Masri c. Ex- République yougoslave de Macédoine du 13 décembre 2012.

La violation de l’article 3 est également matérielle, et la Cour analyse les traitements dont les requérants ont été victimes en Pologne pour les qualifier de tortures. S’il est vrai que ces faits sont de la responsabilité de la CIA et que les autorités polonaises n’y ont pas directement participé, elles sont néanmoins coupables de n’avoir rien fait pour les empêcher. C’est donc « l’acquiescence et la connivence » qui entrainent la violation de l’article 3 par les autorités polonaises.

À cette violation de l’article 5 s’ajoutent d’autres atteintes aux droits garantis par la Convention, droit à la sûreté (art. 5), droit au respect de la vie privée et familiale (art. 8), droit à un juste procès puisque la Pologne ne pouvait ignorer que les requérants étaient détenus sans aucune intervention judiciaire (art. 6). Dans le cas particulier de M. Al Nashiri, le Protocole n°6 à la Convention est également violé, car les autorités polonaises ont permis à la CIA de déférer le requérant à une Commission militaire et l’a exposé à un risque sérieux d’être condamné à mort.

« La Pologne, c’est-à-dire nulle part »

Ces deux arrêts rendus par la Cour européenne se caractérisent par leur grande sévérité. Il est vrai que cette connivence avec la CIA conduit les autorités polonaises à des pratiques bien éloignées des standards européens en matière de droits de l’homme et que la Cour européenne a voulu rappeler l’existence de tels standards. Il n’en demeure pas moins que les auteurs principaux de ces atteintes aux droits de l’homme demeurent les États-Unis, inaccessibles pour la Cour européenne des droits de l’homme. Car ce sont eux, finalement, qui ont décidé de pratiquer la torture hors du territoire américain, en Pologne, « c’est-à-dire nulle part », pour reprendre la formule du Père Ubu.

Par Roseline Letteron - 27 juillet 2014