écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Alep. Une ville assoiffée

Depuis le 2 juin 2014, une ville entière est privée d’eau… Ce n’était ni le carême ni le ramadan… Une ville martyre, oubliée, vivant dans l’indifférence du monde… Une ville qui n’a pas choisi son sort mais le subit … La ville et ses habitants, plus de deux millions de personnes sont en manque… en manque d’eau…

9 juillet 2014 | - : Syrie Terrorisme

Cette eau qui arrive de l’Euphrate nous manque. Nous sommes punis pour je ne sais quel crime qu’on aurait commis. On ne peut pas punir tout un peuple…On ne peut pas se taire … Il est révoltant de voir les enfants et les vieux, qui dans les rues d’Alep attendent devant le robinet d’un puits pour remplir un bidon ou une bouteille. Ce n’est pas possible qu’en ce troisième millénaire, toute une ville soit privée d’eau. Nous, les Maristes Bleus, avons lancé plusieurs appels pour dénoncer ce crime contre l’humanité… Nous faisons notre possible pour fournir de l’eau à tous ceux qui nous le demandent mais la situation est devenue intenable.

Au moment où j’écris cette lettre, le Muezzin annonce la fin d’une journée de jeûne pour les musulmans. Il fait chaud, …Presque 40 degrés… L’occupation principale de beaucoup de personnes aujourd’hui aura été de trouver de l’eau… C’est une honte… Beaucoup d’amis de l’étranger veulent savoir qui en est le responsable… Il importe peu de le savoir. L’essentiel, c’est que toute la population souffre. Il y a trois ans, quand la guerre éclata à Alep, c’était Ramadan, le ramadan du déplacement… L’année passée, le Ramadan était celui du blocus et ce Ramadan est celui de la coupure de l’eau… Que va – t-on encore subir ? Pourquoi doit- on encore subir ? Les gens sont fatigués, Ils n’en peuvent plus… C’est vrai qu’ils patientent, qu’ils espèrent, qu’ils attendent, mais patienter pourquoi ? Espérer qui et attendre quoi ?

Je vous propose de vivre cette expérience pour un, deux, trois jours, pour une semaine, pour un mois… Faites cette expérience de privation… Imaginez qu’on déverse l’eau potable, l’eau domestique dans le petit ruisseau qui passe dans votre ville et qu’elle n’arrive pas jusqu’à chez vous…

Imaginez que pour remplir deux bidons d’eau, il vous faut au moins une heure de temps… Imaginez que l’eau que vous venez de remplir peut vous causer des maladies, un empoisonnement, et parfois une hospitalisation…

Et comme la coupure d’eau ne suffit pas, il faut y ajouter l’électricité… Une ou deux heures par jour. Là aussi, je vous invite à en faire l’expérience… Un jour sans électricité, sans frigo, sans machine à laver, sans tv. Sans, sans et sans…

Alep, la ville oubliée, c’est notre ville à nous… Une ville qui souffre… Je pense à S. : un universitaire qui dort avec un de ses enfants sur le lieu de son travail alors que le reste de la famille de 8 personnes vit dans une carcasse d’autobus. Je pense à G. qui, pour un trajet de 30 minutes, a mis plus de onze heures pour arriver chez nous. Je pense à S., ce chauffeur, père de 4 enfants dont deux sont handicapés et qui vivent avec deux autres familles dans un sous-sol…

Malheureusement beaucoup d’Alépins ont quitté la ville… et cet été encore plus… Aller chercher ailleurs, à l’intérieur même de la Syrie ou à l’extérieur, une vie digne plus apte à être appelée humaine ! … Alep, redeviendra-t-elle ce qu’elle était… Où trouver les signes d’apaisement ? Comment se fera une éventuelle réconciliation, sur quelle base… quand on a vu sa maison, le fruit de toute une vie, détruite par un bombardement ou par un mortier, ou bien quand on a vu un des siens mort ou grièvement blessé…

Quand on vit à Alep, on est surpris par le retour au pays d’un ami et l’on est très vite déçu de savoir qu’il vient pour régler ses affaires et quitter définitivement. Quand on vit à Alep, on est déchiré par plein de questions : faut-il attendre pour quitter ou faut-il le faire tout de suite ? Faut-il installer un générateur ou attendre que le courant soit rétabli ? Faut-il faire sortir les enfants malgré la peur d’un mortier ou de quelque balle perdue, ou les garder à la maison ? Quelle activité lancer, pour qui, pourquoi ? Avec qui et au nom de quoi ?

Et puis, il y a cette menace qui nous vient d’ailleurs, de ces fanatiques, de ceux qui ne connaissent pas le tissu social syrien…Ils sont là aux portes de la ville pour faire régner une terreur… Ils sont là pour imposer une loi au nom d’une religion avec laquelle beaucoup de leurs coreligionnaires ne s’identifient pas… Eux, ils tuent, ils interdisent, ils empêchent de déclarer librement sa foi… On leur paye le tribut « la jizya » impôt auquel sont soumis les non-musulmans ou on abandonne tout et on va ailleurs…

A l’exemple du F. Emili Turu, notre Supérieur General, nous adhérons à l’appel d’Andrea Riccardi, fondateur de la communauté Sant ‘ Egidio
« Sauvons Alep ».
http://champagnat.org/400.php?a=6&n=3312
http://www.santegidio.org/pageID/64/langID/it/itemID/12827/L_appel_d_Andrea_Riccardi_pour_Alep.html

Vivre à Alep, c’est un compromis d’engagement et d’espérance, c’est une lutte intérieure pour ne pas baisser les mains et tout laisser tomber, c’est une volonté de dire non à l’engrenage de la guerre et de la violence, c’est un regard sur la misère d’autrui pour se lancer à son secours…

Nous, les Maristes Bleus, avons choisi d’avoir ce regard, nous avons choisi de prendre des initiatives, nous avons choisi de ne pas nous laisser paralyser par la peur…, nous avons choisi d’être une lueur d’Esperance pour toutes ces personnes déplacées, démunies, et blessées et un recours pour tous ceux qui n’ont plus rien.

Nos activités continuent…Les enfants des deux projets : « Je veux Apprendre » et « Apprendre à grandir », ont eu droit à deux semaines d’activités d’été avec pour thème : « La terre du Bonheur ».

Les jeunes de Skill School ont un programme quotidien avec pour thème « Masarat » ou « parcours »…
Les jeunes dames ont repris le projet « Tawasol »…
Le MIT a repris ses conférences et ses sessions de formation…
Toutes les activités de secours continuent… La distribution régulière mensuelle des différents paniers alimentaires, la distribution des repas chauds, des vêtements, etc…
Le projet « civils blessés de guerre » a encore sauvé plusieurs personnes blessées grièvement par les tirs de mortiers.

Je termine avec les mots du Pape François lors de l’angélus de dimanche passé : « QUE DE MAL FAIT L’INDIFFÉRENCE HUMAINE ENVERS CEUX QUI SONT DANS LE BESOIN ! ET PLUS ENCORE L’INDIFFÉRENCE DES CHRÉTIENS. »

Lettre d’Alep No 18 (7 juillet 2014)
Pour les Maristes Bleus
F.Georges Sabe

Mise en ligne par Arrrêt su Info le 09/07/2014