écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Par Olivier Renault
Ukraine : La barbarie arrive de l’Ouest

Vendredi 2 mai, les anti-Russes, des groupes fanatisés par le gouvernement de Kiev via l’UE et les États-Unis, soutenant les slogans ouvertement nazis du parti Svoboda, ont mis le feu à la Maison des Syndicats d’Odessa où des pro-Russes s’étaient retranchés après une course poursuite dans les rues.

La confrontation violente dans la rue avait déjà fait quatre morts et 15 blessés. Cernés par les flammes, 46 personnes soutenant la fédéralisation avec la Russie sont décédés brûlées vives.

Une femme enceinte qui avait survécu au feu a été étranglée. Ceux qui ont pu sauter des fenêtres ont été tabassés. Les responsables se trouvent du côté de l’Ouest, qui par son aide financière (comme le Fonds monétaire international avec Christine Lagarde qui vient d’accorder à Kiev 17 milliards d’euros), son soutien politique, médiatique, au gouvernement de transition de Kiev, ont poussé des jeunes gens (de jeunes femmes) à remplir des cocktails Molotov et à tuer. Ioulia Timochenko, soutenue par Berlin, les États-Unis et l’OTAN, a félicité les incendiaires.

Il n’y a pas de mots pour définir cette tragédie. Les Russes, mais aussi la population occidentale et ukrainienne, ceux qui ont encore un sens de la réflexion, sont très choqués par de tels actes de barbarie. Dans la nuit de vendredi à samedi, des troupes soutenant le gouvernement de Kiev ont tiré sur des pro-Russes qui tentaient de les empêcher d’avancer en faisant une chaîne humaine. 10 personnes ont été fusillées. Parmi ces troupes portant l’uniforme ukrainien, des miliciens étrangers ont été localisés.

Même Bild parle dans son édition du 4 mai dans ses colonnes de l’intervention de la CIA et du FBI en Ukraine pour tuer dans l’œuf les manifestations pro-Russes. « Les fascistes de l’OTAN » comme les nomme le directeur du magazine Compact, Jürgen Elsässer, sont avec les États-Unis, l’Allemagne et la France, coupables de soutenir ces massacres.

Militaires occidentaux en Ukraine

« Le gouvernement ukrainien de transition est conseillé par des douzaines d’agents secrets appartenant à la CIA et au FBI. La mission de ces agents est claire. Ils doivent réduire à néant toutes formes pro-Russes se trouvant dans la partie Est de l’Ukraine » écrit Bild. Selon le tabloïd allemand,ces agents ne seraient pas directement impliqués sur le terrain à l’Est du pays, ce qui est faux car un colonel de la Bundeswehr, employé comme espion, a été capturé avec 4 soldats de la Bundeswehr et d’autres soldats étrangers par les pro-Russes avant d’être libérés ce week-end. Ces soldats capturés rappellent l’armée secrète de l’OTAN, Gladio. C’est le cas du colonel, Axel Schneider, qui avait pour mission de sonder le niveau de combativité des recrues, de former militairement à l’attaque les troupes armées de Kiev tout comme l’armée ukrainienne. Dans un reportage de la radio bavaroise réalisé le 23 avril 2014, deux jours avant son arrestation par les pro-Russes, on entend le colonel expliquer sa mission qui est notamment de faire en sorte que les troupes armées et soldats ukrainiens s’identifient avec leur pays contre la Russie. Le colonel, en mission dans l’Est de l’Ukraine, confirme n’avoir pas vu d’agents russes ou des troupes russes pour pousser la population à une escalade du conflit. Dans l’entretien, le colonel de la Bundeswehr parle d’une mission diplomatique. Le colonel était en mission dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L’OSCE, qui a logiquement pour but de favoriser le dialogue, doit, entre autres, veiller à la non-intervention dans les affaires intérieures, au règlement pacifique des différends, au non-recours à la menace ou à l’emploi de la force. Le fait que cet officier de l’armée ait eu une mission de diplomate avec d’autres soldats étrangers montre l’énormité du scandale. Dans ce document, nous voyons la carte d’identité militaire du colonel de la Bundeswehr et d’un soldat danois. Un Polonais et un Tchèque se trouvaient avec eux. Peter Gauweiler, le vice-président de la CSU, dénonce l’emploi de soldats de la Bundeswehr sous des vêtements civils : « Cela ne sert pas les intérêts de l’Allemagne », a-t-il indiqué.

Washington-Berlin-OTAN-coupables

Le gouvernement provisoire de Kiev soutenu par l’OTAN a lancé des formations armées et para-militaires dans l’Est de l’Ukraine. Dans une intervention télévisée, Ioulia Timochenko a remercié les incendiaires de la Maison des syndicats d’Odessa pour leur action criminelle et rajoute qu’elle souhaite interdire toutes les manifestations à venir : « Je tiens à remercier tous ceux qui se sont rendus à Odessa pour combattre pour notre Ukraine. Je voudrais dire qu’à l’avenir, toutes les actions militaires auront lieu contre les réunions importantes de personnes ».

C’est Ioulia Timochenko qui avait déclaré dans une conversation téléphonique du 18 mars 2014 : « Je suis moi même capable de prendre une mitrailleuse et de tirer dans la tête de ce saligaud de Poutine. Nous devons prendre les armes et tuer ces Russes avec leurs chefs. Je vais employer mes relations pour mettre la Russie à feu et à sang ». L’OTAN, François Hollande avec son « conseiller » BHL devenu silencieux, Angela Merkel, soutiennent Iulia Timochenko. Même le boxeur Vladimir Klitschko, qui a disparu des médias, avec son parti UDAR, est financé par Berlin. La barbarie vient de l’Ouest et menace la paix en Europe.

Olivier Renault
La Voix de la Russie, 5 mai 2014