écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

L’ONG Avaaz veut manipuler les sit-in contre le quatrième mandat ?

Les tentatives de récupération et de manipulation des manifestations contre le quatrième mandat du président Bouteflika risquent de peser lourdement sur l’Algérie.

8 mars 2014 | - : Rôle des ONG Algérie

Selon des sources sûres, l’organisation non gouvernementale Avaaz, qui signifie voix dans plusieurs langues parlées en Asie, serait entrée en contact avec des manifestants anti-Bouteflika pour tenter de les « aider » à sa manière, bien entendu.

Cette ONG utilise des procédés qui nous rappellent ceux d’autres organisations du même type (Otpor, Canvas…). Elle fait la promotion d’un modèle de lutte et de mobilisation axé sur l’outil internet et sur les réseaux sociaux qui permettent à des milliers d’efforts individuels, aussi petits soient-ils, de se combiner rapidement pour devenir une puissante force collective.

Sur son site, cette organisation se présente comme « un mouvement supranational qui est plus démocratique et qui pourrait être plus efficace que l’ONU ». Ses actions n’ont pas de frontières. Ce « mouvement » en ligne peut alors agir, comme on le précise sur son site, comme un « mégaphone » pour attirer l’attention sur de nouveaux enjeux, comme un « paratonnerre » pour canaliser des préoccupations publiques éparses autour d’une campagne spécifique et ciblée, comme un « camion de pompiers » pour envoyer une réponse efficace en réaction à une crise soudaine et comme une « cellule souche » du plaidoyer citoyen, capable de se développer et prendre la forme la plus adaptée pour répondre à une situation urgente.

Des ONG comme Avaaz agissent en signant des pétitions, en finançant des encarts dans les médias, en envoyant des messages et des appels téléphoniques aux dirigeants, en organisant des manifestations et des événements pour faire en sorte que l’opinion et les valeurs des citoyens du monde influent sur les décisions qui nous concernent tous. Cette ONG se targue de disposer actuellement de 20 millions de membres, dont 85 000 en Algérie. Vrai ? Faux ? L’organisation a été créée en 2007. Par qui ? Mystère et boule de gomme ! Sur son site, on ne trouve aucune trace de ses fondateurs.

Quant au financement, elle affirme se suffire des seules cotisations de ses membres dont le montant reste inconnu. Ainsi, la vigilance doit être de mise. Car si les manifestations contre le quatrième mandat sont largement justifiées, il n’en demeure pas moins qu’il faut s’attendre à des tentatives d’infiltration et de manipulation des organisations de ce genre. Il est donc impératif et nécessaire que ces mouvements de protestation soient encadrés par les partis structurés et opposés à la réélection programmée du président sortant. Et ce n’est pas les partis opposés à ce mandat de trop, voire dangereux, pour la stabilité du pays qui manquent. Il y a d’ailleurs un front des boycotteurs qui a annoncé hier des actions sur le terrain. L’idéal serait donc d’aller vers des actions structurées et coordonnées pour éloigner le spectre de la manipulation par des forces étrangères.

Sonia B.
8 MARS 2014