écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Courrier de lecteur
Le parti pris de Rony Brauman en faveur d’une intervention en Syrie a choqué

Un citoyen français exprime son indignation après avoir entendu l’ "humanitaire" Rony Brauman, ancien président de Médecins Sans Frontières (MSF) et actuellement membre de son conseil de surveillance, prendre le parti de la rébellion, la présenter comme étant victime de l’attaque chimique qu’elle aurait plus vraisemblablement perpétrée (*), et appeler à frapper la Syrie loyale à Assad. (**)

23 octobre 2013 | - : Syrie Ingérence Rôle des ONG

Lettre adressée à Rony Brauman le 4 septembre 2013 par M. Gaston Pellet, restée sans réponse (et donc considérée par lui comme lettre ouverte)

Monsieur Rony Brauman

Je vous ai écouté ce matin, invité par France Inter sur la Syrie.

Quelle déception M. Brauman. Je vous ai toujours considéré comme quelqu’un qui sait faire honnêtement la part des choses, en particulier sur le problème israélien, mais dans cette discussion vos positions se sont révélées d’un illogisme surprenant.

La seule question qui devrait être débattue parce qu’elle est le point de départ imposé à toute prise de position, c’est : « Qui a utilisé les armes chimiques ? » Si l’on ne pose pas cette question (1), si l’on en esquive la réponse, on n’a aucune crédibilité.

Or, c’est précisément ce que vous avez fait ce matin.

Peut-on imaginer une intervention militaire qui punirait la victime ? Ce serait pourtant le cas s’il s’avérait que ce sont les « rebelles » qui sont responsables ; et même si cette preuve était rapportée, elle serait rejetée par les « Occidentaux ». On bute sur cet obstacle absolu… mais pas vous. Vous commencez par rappeler les mensonges préparatoires aux guerres (Irak, Kosovo) pour, sans la moindre logique, déclarer textuellement :
« … je comprends ce doute mais je considère néanmoins qu’il faut y aller [en Syrie]… en raison du saut qualitatif » !

C’est vraiment un comble !

Pourrait-on être pour la peine de mort sans se soucier de la possibilité de l’erreur judiciaire irréversible ? Vous n’êtes donc pas horrifié à l’idée qu’on risque ainsi d’être dans le même cas de figure en Syrie ?

C’est véritablement insupportable.

Que faire et que dire pour vous convaincre de revenir à plus de raison...

Très cordialement.

Gaston PELLET

(1) A noter que le journaliste, M. Cohen, s’est empressé de glisser sur la question des preuves…

Voir à ce sujet :

(*) L’enquête sur les armes chimiques par deux reporters du Monde en Syrie : Une scandaleuse manipulation
http://www.silviacattori.net/article4498.html

(**) Médecins Sans Frontières : Une branche médicale de la machine de guerre en Syrie.
http://www.silviacattori.net/article4977.html