écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Hassan Rouhani, président de la République islamique d’Iran
Pourquoi l’Iran recherche un engagement constructif

.

23 septembre 2013

Il y a trois mois, ma plate-forme "de prudence et d’espoir" a gagné un large soutien populaire. Les Iraniens ont embrassé mon approche des affaires nationales et internationales, car ils l’attendaient depuis longtemps. Je m’engage à remplir mes promesses à mon peuple, y compris celle de m’engager dans une interaction constructive avec le monde.

Le monde a changé. La politique internationale n’est plus un jeu à somme nulle, mais un espace multidimensionnel où la coopération et la concurrence se produisent souvent simultanément. Fini l’âge des vendettas. Les dirigeants du monde devraient conduire à transformer les menaces en opportunités.

La communauté internationale est confrontée à de nombreux défis dans ce nouveau monde - le terrorisme, l’extrémisme, les ingérences militaires étrangères, le trafic de drogue, la cybercriminalité et la concurrence des cultures - le tout dans un cadre qui a mis l’accent sur la puissance dure et l’utilisation de la force brute.

Nous devons prêter attention à la complexité des questions à portée de main pour les résoudre. Entrer dans ma définition d’un engagement constructif. Dans un monde où la politique mondiale n’est plus un jeu à somme nulle, il est - ou devrait être - contre-intuitif de rechercher ses propres intérêts, sans tenir compte des intérêts des autres. Une approche constructive de la diplomatie ne signifie pas renoncer à ses droits. Cela signifie s’engager avec ses propres homologues, sur la base d’un pied d’égalité et de respect mutuel, de s’attaquer aux problèmes communs et d’atteindre des objectifs communs. En d’autres termes, les résultats gagnant-gagnant ne sont pas seulement favorables mais également réalisables. Une mentalité de guerre froide à somme nulle conduit à la perte pour tout le monde.

Malheureusement, l’unilatéralisme continue souvent à éclipser les approches constructives. La sécurité est poursuivie au détriment de l’insécurité des autres, avec des conséquences désastreuses. Plus d’une décennie et deux guerres après le onze septembre, al-Qaïda et d’autres activistes extrémistes continuent à faire des ravages. La Syrie - un joyau de la civilisation - est devenue le théâtre de violences déchirantes, y compris des attaques d’armes chimiques, que nous condamnons fermement. En Irak, dix ans après l’invasion menée par les Américains, des dizaines de personnes perdent encore leur vie en raison de violences tous les jours. L’Afghanistan perdure de manière similaire, un bain de sang endémique.

L’approche unilatérale, qui glorifie la force brute et engendre la violence, est clairement incapable de résoudre les problèmes auxquels nous faisons face, comme le terrorisme et l’extrémisme. Je dis tout cela parce que personne n’est à l’abri de la violence alimentée par les extrémistes, même en pensant qu’elle fait rage à des milliers de kilomètres de là. Les Américains se sont réveillés face à cette réalité il y a douze ans.

Mon approche de la politique étrangère cherche à résoudre ces problèmes en s’attaquant à leurs causes profondes. Nous devons travailler ensemble pour mettre fin aux rivalités malsaines et aux interférences qui alimentent la violence et nous séparent. Nous devons également prêter attention à la question de l’identité comme un facteur clé de tension au sein - et au-delà - du Moyen-Orient.

À leur base, les combats pernicieux en Irak, en Afghanistan et en Syrie sont liés à la nature de l’identité de ces pays et de leurs rôles en résultant dans notre région et dans le monde. La centralité de l’identité s’étend au cas de notre programme d’énergie nucléaire pacifique. Pour nous, la maîtrise du cycle du combustible nucléaire et la production d’énergie nucléaire est autant déterminée par la diversification de nos sources d’énergie que - pour les Iraniens en tant que nation - notre demande de dignité et de respect et de notre place en résultant dans le monde. Sans comprendre le rôle de l’identité, de nombreux problèmes auxquels nous faisons face ne seront pas résolus.

Je m’engage à faire face à nos défis communs via une approche à deux volets.

Premièrement, nous devons travailler la main dans la main pour travailler de façon constructive vers un dialogue national, que ce soit en Syrie ou à Bahreïn. Nous devons créer une atmosphère où les peuples de la région puissent décider de leur propre destin. Dans ce cadre, je vous annonce la volonté de mon gouvernement d’aider à faciliter le dialogue entre le gouvernement syrien et l’opposition.

Deuxièmement, nous devons aborder les injustices, et les rivalités globales au sens large qui alimentent la violence et les tensions. Un aspect clé de mon engagement à l’interaction constructive suppose un effort sincère pour s’engager avec les pays voisins et d’autres pays pour identifier et sécuriser des solutions gagnant-gagnant.

Nous et nos homologues internationaux avons passé beaucoup de temps - peut-être trop de temps – à discuter de ce que nous ne voulons pas plutôt que ce que nous voudrions. Ce n’est pas propre aux relations internationales de l’Iran. Dans un contexte où une grande partie de la politique étrangère est déterminée directement par la politique intérieure, en se concentrant sur ce que l’on ne veut pas, c’est un moyen facile pour des énigmes difficiles pour de nombreux dirigeants du monde. Exprimer ce que l’on veut nécessite plus de courage.

Après dix ans de va et vient, ce que toutes les parties ne veulent pas par rapport à notre dossier nucléaire est clair. La même dynamique est évidente dans les approches rivales concernant la Syrie.

Cette approche peut être utile pour les efforts visant à prévenir des conflits rampant de s’embraser. Mais pour aller au-delà des impasses, que ce soit en ce qui concerne la Syrie, le programme nucléaire de mon pays ou de ses relations avec les États-Unis, nous devons viser plus haut. Plutôt que de se concentrer sur la façon d’empêcher la situation de s’aggraver, nous devons penser - et parler - sur la façon d’améliorer les choses. Pour ce faire, nous devons tous avoir le courage de commencer à transmettre ce que nous voulons - de manière claire, concise et sincère - et le sauvegarder avec la volonté politique de prendre les mesures nécessaires. C’est l’essence même de ma démarche d’une interaction constructive.

Alors que je pars pour New York pour l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU, j’exhorte mes collègues à saisir l’occasion offerte par la récente élection de l’Iran. Je les exhorte à tirer le meilleur parti du mandat d’un engagement prudent que mon peuple m’a donné et pour répondre véritablement aux efforts de mon gouvernement de s’engager dans un dialogue constructif. Surtout, je les invite à regarder au-delà des pins et à être assez courageux pour me dire ce qu’ils voient - si ce n’est pour leurs intérêts nationaux, alors pour l’amour de leur héritage, et de nos enfants et des générations futures.

Hassan Rouhani président de la République islamique d’Iran
The Washington Post, 20 Septembre 2013