écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Roger Waters (Pink Floyd) interdit de conférence à New York

Le lobby pro israélien fait annuler la conférence que Roger Waters devait donner le 30 avril au YMCA à New York. Waters est un des rares musiciens à oser exprimer publiquement son soutien aux Palestiniens spoliés et maintenus sous occupation militaire par l’Etat d’Israël. [SC]


5 avril 2013

La YMCA de la 92ème rue à Manhattan (92Y) a annulé une manifestation avec Roger Waters, l’ancien bassiste/chanteur du Pink Floyd, suite à des pressions émanant de membres de la communauté juive du fait des critiques que le rocker formule contre Israël depuis des années.

« Il est absolument scandaleux que des fonds de la communauté juive aillent aider Roger Waters à diffuser son message antisémite », a affirmé Richard Allen, l’organisation militante juive JCC Watch, dans une déclaration faite le 3 avril avant l’annulation par la 92Y. Il a poursuivi en disant que les donateurs « contribuent à offrir à Waters les installations, le marketing et la respectabilité, ce qui lui permet de tromper encore plus de gens avec des mensonges anti-Israël. »

Waters, qui devait s’exprimer au centre culturel juif sur sa carrière longue et bien remplie de musicien, a affirmé par le passé qu’il voudrait voir Israël boycotté par les musiciens en soutien au mouvement international de solidarité avec la Palestine. Waters a récemment exhorté les musiciens à s’associer avec lui pour une initiative de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël qualifié de « régime d’apartheid » qui opprime la Palestine et qui, en dépit des pourparlers de paix avec les Palestiniens, ne veut pas la paix en réalité.

Le musicien âgé de 69 ans s’est félicité de la décision de Stevie Wonder de ne pas participer à un gala pour les amis de l’armée israélienne, indiquant qu’il avait envoyé une lettre à Wonder pour l’exhorter à annuler sa participation qui aurait été comparable à « jouer au bal de la police de Johannesburg le lendemain du massacre de Sharpeville en 1960. »

Kevin Rutherford, Radio.com (USA)
4 avril 2013