écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Un texte bouleversant de Bahar Kimyongür
Les terroristes de l’ASL torturent l’homme « jaune » d’Alep

Abdoulhamid Mamoun était la mascotte d’Alep. Toujours vêtu de jaune, le vieillard est connu de toute la Syrie. Se faire prendre en photo avec lui était une véritable attraction pour les touristes qui visitaient la grande ville du Nord. La semaine dernière, l’homme jaune a eu le malheur de tomber entre les mains des terroristes préférés de l’Occident.

13 mars 2013

Les miliciens de l’Armée syrienne libre (ASL) l’ont torturé en pleine rue, lui arrachant les poils des moustaches et lui assénant des coups au visage. Ils l’ont forcé à insulter le président syrien, sa famille, à dire son amour pour l’ASL et son aversion envers les alaouites. Ainsi donc, la barbarie terroriste n’aura épargné aucun monument en Syrie, pas même un vieillard devenu légende.

Un terroriste : Tiens prends ça dans la gueule bâtard. Tu es pour qui ?

L’homme jaune : L’armée syrienne libre.
- Aimes-tu l’ASL ?
- Beaucoup.
- Bachar El Assad ?
- Je l’insulte.
- Dis-le encore. Tu ne l’aimes plus ?
- Jamais. Il m’a détruit. Il m’a jeté en prison près de cent fois.
- Pourquoi portes-tu toujours des vêtements jaunes ?
- Je ne m’habille qu’en jaune.
- Je t’ai demandé pourquoi.
- Parce que je vis dans la pauvreté et la simplicité. Parce que les gens qui se prennent en photo avec moi me donnent 100 livres.
- Que ressens-tu quand les gens se font tuer ?
- Qui se fait tuer ?
- Quand je te donne une gifle, comment la ressens-tu ?
- Je m’incline avec respect.
- Incline-toi devant mes chaussures, bâtard.
- C’est comme vous le dites.
- Eh toi l’homme jaune. T’es qu’un vieux maquereau. Ce qu’on te fait là, ce n’est encore rien. Attends-voir quand nous serons dans notre école. Je vais te donner une bonne leçon. Je vais te montrer. Ris, ouvre ta gueule. Aboie !

L’homme jaune s’exécute. Les terroristes l’embarquent ensuite dans une voiture :

Un des terroristes : Comment te sens-tu ?
Un autre terroriste : Prenez une photo de moi avec lui.
Le terroriste qui tient la caméra : « Avant de te tourner, tiens, prends-ça. Tiens prends ça. Et encore ça. (Le vieillard reçoit une volée de gifles NDT). Es-tu heureux d’être avec nous, l’Armée syrienne libre ? »

L’homme jaune : Je m’incline devant vous.
- Aimes-tu l’ASL ?
- Oui.
- Depuis quand voulais-tu que l’ASL entre dans Alep ?
- Depuis longtemps.
- Depuis quand exactement ?
- Depuis le début.
- Depuis les années 1980 ?
- Oui.
- Donne-nous ta carte d’identité, tes affaires et ton téléphone portable.
- Quel est ton nom ?
- Abdoulhamid Mamoun.
- Parle plus fort.
- Approche ta moustache. Tends ta moustache vers moi. Des moustaches de chat. Des moustaches de chien. Passe-moi ta carte d’identité et tes affaires.
- Arrache-toi la moustache.
- Attends, je vais le frapper ce bâtard.

L’un de ses tortionnaire lui crache à la figure et l’insulte.

- Es-tu sunnite ?
- Oui.
- Es-tu sunnite ?
- Les alaouites, tu les aime ou tu les détestes ?
- Je les déteste.
- Tu les détestes ? Sale menteur !
- C’est quoi ces pilules ?
- C’est pour ma tension artérielle.
- Aimes-tu Assad ?
- Je b… sa sœur.
- Crie plus fort !
- Je b… la ch… de sa sœur.
- Qui ?
- Assad.
- Aimes-tu Bachar el Assad ?
- Je b… sa femme.
- Plus fort !
- Dis encore je b… la femme de Bachar.
- C’est quoi ça.
- Des pilules pour ma tension.

Les terroristes le sortent de la voiture.

- Firas.
- Ce gars est une merde. C’est le plus gros maquereau d’Alep.
- Prends-moi en photo avec lui quand je lui arrache la moustache. (Ils lui tirent les poils de la moustache)
- Tu ris bâtard ? Comment te sens-tu en compagnie de l’Armée syrienne libre.
- Je suis heureux.
- Tu es heureux ?

Coup de crosse de kalachnikov. Insultes. Rouée de coups et volée de gifles. Un terroriste lui arrache une mèche de cheveux…

Bahar Kimyongür
13 mars 2013

Source et traduction : Bahar Kimyongür