écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Ces gangs terroristes que Laurent Fabius et François Hollande légitiment
Nous n’avons plus de mots...

Ces images sont terrifiantes mais nous ne pouvons pas nous en détourner. Elles nous disent la frayeur de patriotes syriens brutalisés, massacrés, exécutés, par les groupes armés dhjiadistes qui veulent prendre le pouvoir en Syrie par la force. Ces images appellent les journalistes et les politiciens qui persistent à qualifier ces terroristes de "révotionnaires, de résistants, d’opposants", à à cesser de soutenir l’insoutenable !

Mise à jour - 28 février 2013

Fin février 2013 des Syriens, qui refusent toute ingérence étrangère et le soutien apporté aux opposants armés, nous ont informé que Youtube venait de retirer les vidéos montrant les crimes commis depuis 2011 par les combattants de l’ASL en Syrie qu’ils s’apprêtaient à envoyer à la « Commission internationale d’enquête qui suit la situation des droits de l’homme en Syrie » et à la procureure suisse Carla del Ponte.

Il convient de préciser que cette soi-disant « Commission internationale d’enquête » est loin d’être indépendante, comme le prévoit la résolution S-17/1 du Conseil. Bien au contraire elle est apparue partiale et de parti pris depuis son premier rapport. Ses membres sont considérés comme des faux témoins par l’ONG "Union des Juristes Arabes" - qui a dénoncé ce rapport devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève - .- [28 février 2013]


Nous nous excusons auprès de nos lecteurs. La vidéo, que nous avions mise en ligne le 1er août 2012, a été retirée par Youtube

Nous n’avons plus de mots ; que larmes de désespoir.

Ce sont ces unités armées si peu rassurantes - que les Syriens en leur grande majorité tiennent en horreur - que Laurent Fabius, François Hollande, tout comme l’ensemble de la presse traditionnelle, légitiment en les présentant, depuis le début des troubles en Syrie, comme appartenant à une « Armée syrienne libre » pro démocratie.

La Suisse, pays neutre, vient d’apporter une contribution à la coalition internationale, engagée à déstabiliser la Syrie et à renverser son gouvernement en violation du droit international, en finançant des rencontres devant préparer les « représentants » d’une pseudo « opposition » syrienne à prendre le pouvoir [1]. [1er août 2012]

Silvia Cattori