écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Un article de Jean-Pierre Dubois
Ahmad Sa’adat condamné à 30 ans d’emprisonnement en Israël

Depuis dix ans, Ahmad Sa’adat, Secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et député au Conseil législatif palestinien, est détenu en prison. Ce qui lui est arrivé mérite d’être relaté. C’est un symbole de la désastreuse coopération que l’Autorité palestinienne et ses services secrets entretiennent avec les gouvernements américains et britanniques.

29 janvier 2012

PRISON PALESTINIENNE

Le 15 janvier 2002, sous la pression des gouvernements américain et britannique, l’Autorité palestinienne - présidée par Yasser Arafat - accepte d’arrêter Ahmad Sa’adat sous prétexte qu’il aurait été l’instigateur de l’attentat qui a tué le ministre israélien du tourisme, Rehavam Ze’evi, le 17 octobre 2001.

Bien que la Haute Cour de l’Autorité palestinienne n’ait retenu aucune charge contre lui et ait ordonné sa libération, à la demande du gouvernement israélien, Ahmad Sa’adat est maintenu en détention dans la prison palestinienne de Jericho, sous la supervision de gardes américains et britanniques !


Prison palestinienne de Jericho

Ahmad Sa’adat est rejoint par quatre de ses camarades du FPLP. Ces derniers, bien que civils, ont été jugés par un tribunal militaire palestinien ainsi que l’exigeaient les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Les quatre accusés n’ont pu ni contacter d’avocat ni se défendre valablement, au cours d’un procès qui dura, en tout et pour tout, deux heures.

PRISONS ISRAELIENNES

Le 14 mars 2006, l’armée israélienne donne l’assaut à la prison de Jericho et s’emparent des prisonniers palestiniens, dont Ahmad Sa’adat. Avertis, les gardiens américains et britanniques s’étaient éclipsés.


Ahmad Sa’adat prisonnier de l’armée d’occupation

En novembre 2007, Ahmad Sa’adat est traduit devant un tribunal militaire israélien.

Il est accusé d’une longue liste d’« infractions à la sécurité », toutes de nature politique : être membre d’une organisation interdite, travailler dans une organisation interdite, et « incitation » parce que, dans un discours, il avait condamné le meurtre par l’armée israélienne de son prédécesseur à la direction du FPLP, Abu Ali Mustafa.

Ce dernier avait été assassiné à son domicile de Ramallah d’un missile lancé depuis un hélicoptère israélien.

Ahmad Sa’adat refuse de coopérer avec le tribunal, soulignant que ce dernier est illégitime, car issu d’une occupation militaire illégale. Le 25 décembre 2008, il est condamné à 30 ans d’emprisonnement.

Depuis le 16 mars 2009, Ahmad Sa’adat a été placé en isolement et transféré de prison en prison. Il est actuellement détenu à la prison Ramon, dans le désert du Naqab. En juin 2009, il observe une grève de la faim durant 9 jours pour protester contre son transfert en quartier de haute sécurité.

En septembre 2011, les détenus affiliés au FPLP lancent une autre grève de la faim pour protester contre l’aggravation des conditions de détention. Ils sont rejoints par les prisonniers d’autres organisations.


Palestine : Manifestation pour exiger la libération de Ahmad Sa’adat

Le Croissant-Rouge palestinien déclare dans un communiqué de presse : les conditions imposées aux Palestiniens dans les prisons israéliennes sont « cruelles et dégradantes ».

Le FPLP a publié un communiqué citant un haut responsable du mouvement qui disait que le gouvernement israélien est tenu pour entièrement responsable de la vie de leur dirigeant.

Le sort de Ahmad Sa’adat indiffère la presse française, tout comme celui des milliers de prisonniers politiques palestiniens encore internés dans les geoles de l’État d’Israël.

Il est donc nécessaire de développer une campagne d’opinion pour faire connaître leur existence et exiger leur libération.

Site Internet The campaign to free Ahmad Sa’adat :
http://www.freeahmadsaadat.org/index.html

Jean-Pierre Dubois
lepetitblanquiste.hautetfort.com, 27 janvier 2012.