écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Arrestations et détentions arbitraires
Israël emprisonne les enfants palestiniens et le monde se tait.

Mahmoud Aboudra est le quatrième enfant de Leila. Il a à peine quatorze ans. Il vient d’être emprisonné par les soldats israéliens. Je dois à sa mère de m’avoir accueillie en décembre 2003 en ce jour où, effrayée par la vue de soldats en position de tir, j’ai frappé à sa porte.

6 avril 2005 | - : Israël Palestine


Arrestation de Mahmoud Aboudra (Alaa Badarneh)

Auprès de cette famille palestinienne si spontanément généreuse, j’ai trouvé le plus tendre et chaleureux des refuges.

La nuit, réunis dans une seule pièce, nous restions de longues heures, suspendus, à écouter, à identifier d’où venaient les bruits de moteurs, les cris des mères à qui les soldats venaient enlever un fils, un mari, apeurés à l’idée qu’ils fassent sauter la serrure, abattent la mince paroi, et ne viennent rompre, brutalement, cette petite intimité qui nous attachait de manière si intense les uns aux autres.

Les enfants racontaient, à voix basse, des épisodes de leur triste vécu. Ils riaient nerveusement en me disant comment les soldats israéliens avaient assassiné leur père sur le devant de leur maison ; comment les soldats étaient arrivés avec chars et bulldozers, les avaient sommés de sortir, avaient détruit leur foyer et tout ce qu’ils possédaient ; comment en quelques minutes ils se sont retrouvés à la rue, sans abri, sans un crayon ni rien.

Mahmoud, qui avait alors 12 ans, savait reconnaître les tirs et dire avec précision quel type d’armes les soldats venaient d’utiliser, à quelle distance ils se trouvaient. Sans doute pour se montrer plus fort qu’il n’était et rassurer ses frères, il disait ne pas avoir peur.

Aujourd’hui Mahmoud est emprisonné. Il y a tout à craindre que l’enfant que j’ai connu, timide et enjoué, ne soit pas rendu avant longtemps à la tendresse de sa famille.

Silvia Cattori