écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Courrier adressé au Monde diplomatique
Controverse au sujet de l’intervention militaire en Libye

Marc-Antoine Coppo nous a transmis copie du courrier qu’il a adressé à Ignacio Ramonet en réponse à l’article "Massacrer à bon droit ?"


10 octobre 2011

Monsieur Ramonet,

Je vous remercie d’avoir rouvert le débat sur l’intervention en Libye en publiant sur le site Mémoire des Luttes que vous dirigez un long et intéressant article du journaliste Pierre Lévy intitulé "Contre la banalisation et la normalisation de l’ingérence" [1].

Cependant, votre réponse lapidaire au texte de Pierre Lévy intitulée "Massacrer à bon droit ?" [2] m’a fortement déçu. Je vous ferai principalement le reproche suivant. Dans votre réponse, vous écrivez d’emblée que « Cinq mois après avoir écrit "Libye, le juste et l’injuste", je ne vois pas une virgule à y changer. Et ce ne sont certainement pas les arguments avancés par Pierre Lévy qui m’inciteraient à le faire. »

Je comprends parfaitement que vous n’ayez pas été séduits par les arguments souverainistes intransigeants exposés par Pierre Lévy. Moi-même, je pense qu’on ne peut s’affranchir d’une réflexion sur la nature et la légitimité des régimes politiques ni écarter a priori toute idée d’intervention militaire. Néanmoins, un paragraphe (au moins) de votre article "Libye, le juste et l’injuste" [3] aurait, selon moi, mérité d’être sérieusement révisé. Ainsi, vous écriviez que :

« Dans de semblables circonstances, tout autre dirigeant raisonnable aurait compris que l’heure de négocier et d’abandonner le pouvoir avait sonnée. Pas le colonel Kadhafi. Au risque le plonger son pays dans une guerre civile, le "Guide", au pouvoir depuis 42 ans, expliqua que les manifestants étaient "des jeunes qu’Al-Qaida avait drogués en versant des pilules hallucinogènes dans leur Nescafé..." Et ordonna à ses forces armées de réprimer les protestations à coups de canon. La chaîne Al Jazeera montra les avions militaires mitraillant des civils. »

Ce faisant, vous repreniez à votre compte des "informations" diffusées par la chaine qatarie Al Jazeera qui ont été assez rapidement infirmées par la suite, comme le reconnaissait un article de Natalie Nougayrede paru dans Le Monde du 11 mars [4] dont je cite un extrait : « Des civils, des manifestants ont été ciblés par les forces du colonel Kadhafi. Des habitants, dont des enfants, ont été blessés dans des combats. Mais les informations - un temps diffusées - selon lesquelles des bombardements aériens auraient provoqué un carnage parmi les habitants n’ont pas été vérifiées. La situation sur le terrain reste difficile à évaluer. Nul ne semble savoir si le Guide libyen cherche à doser ses actions ou bien si des éléments des forces armées lui ont désobéi et ont retenu leurs tirs ».

Il me semble que l’honnêteté intellectuelle dont vous faites preuve habituellement aurait dû vous conduire à reconnaître que vous aviez été abusé par une forme de propagande de guerre et à publier un correctif. Votre réponse au texte de Pierre Lévy vous en donnait l’occasion et je regrette vivement qu’elle n’ait pas été saisie. Vous persistez à ne voir dans le Guide libyen qu’un massacreur de son peuple et en ceux qui prônent une approche plus nuancée et circonstanciée de son action autant d’apologistes des massacres. Ceci n’est ni juste ni constructif.

Marc-Antoine Coppo
Universitaire
Nice, 10 octobre 2011.



[4« L’ingérence, une politique tributaire d’images chocs dans les médias », Le Monde du 11 mars 2011.