écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Syrie : Le point de vue de journalistes arabes
La cohésion de la Syrie face à l’offensive turco-occidentale

Malgré les immenses moyens de subversion financiers et médiatiques et de renseignements, mis en place par les États-Unis, leurs alliés européens et arabes et la Turquie, la situation en Syrie reste sous le contrôle du régime, avec la reprise en main par l’armée de la région de Jisr al-Choughour, contrôlée par des extrémistes armés et la poursuite des réformes politiques et administratives profondes dont les résultats concrets commencent à se faire sentir.

13 juin 2011

Le plan fomenté contre la Syrie était pourtant élaboré avec beaucoup de minutie. Un document britannique confidentiel, dévoilé par un Centre de recherches, révèle que le président de la commission des Affaires étrangères au Sénat américain, John McCain, aurait demandé à ses conseillers de rencontrer des opposants syriens dans plusieurs capitales, notamment à Londres, Paris et Istanbul, ainsi qu’aux États-Unis, pour les encourager à s’organiser et élaborer un plan qui va crescendo pour déstabiliser et décrédibiliser le régime et le pousser à la faute.

Le point fort de ce plan consistait à s’emparer d’une région puis de constituer un petit fief sur le territoire syrien pour en faire le bastion des insurgés et une tête de pont pour l’intervention de l’Occident. Il prévoit aussi de trouver une figure, jeune de préférence, pour dénoncer les horreurs du régime, Les opposants feraient de cette région « libérée » leur capitale, un peu comme l’est Benghazi pour les rebelles libyens.

Ce plan a d’abord été mis en œuvre à Deraa, une ville choisie en raison de sa proximité avec la Jordanie. Il y a eu ensuite l’affaire montée en épingle du jeune Hamza Khatib, un adolescent qui avait participé à une manifestation et qui a été retrouvé mort. Les médias dirigés se sont saisis de l’affaire, assurant que le garçon avait été torturé, alors que le médecin légiste le niait fermement.

Devant l’échec du plan à Deraa, le choix s’est porté sur une autre zone frontalière, au Liban celle-ci. A Tall Kalakh, des groupes armés ont pris le contrôle de la ville et poussé les habitants à l’exode vers le Liban, pour créer un « drame humanitaire » justifiant une intervention occidentale. C’est sous ce prétexte humanitaire que l’Otan et l’Occident étaient intervenus dans le Nord de l’Irak, au début des années 90, et en ex-Yougoslavie, à la fin de la même décennie. Nouvel échec, en raison de la riposte vigoureuse mais ciblée de l’armée syrienne, qui fait preuve d’une cohésion remarquable face aux menaces de démembrement de la Syrie et de guerre civile programmée.

Après l’échec de cette nouvelle tentative, les États-Unis et leurs alliés ont utilisé les grands moyens, faisant entrer en scène la Turquie. Celle-ci a d’abord accueilli sur son sol, à Antalya, non loin de la frontière avec la Syrie, une réunion d’opposants syriens hétéroclites. Juste après la fin de cette réunion, une escalade sans précédent a eu lieu sur le terrain, couronnée par la prise de contrôle de Jisr al-Choughour, non loin de la frontière turque. Mais dans cet épisode, les groupes extrémistes ont montré leur vrai visage, massacrant 120 membres des forces de sécurité syriennes, dont certains ont été décapités.

Les autorités turques ont immédiatement monté un camp pour accueillir les réfugiés, facilitant l’arrivée de journalistes du monde entier pour diffuser les images du « drame humanitaire ». Dans le même temps, la France et la Grande-Bretagne se débattaient au Conseil de sécurité pour faire voter une résolution condamnant le régime syrien. Faut-il des preuves supplémentaires pour montrer à quel point les parties de ce plan sont synchronisées entre des acteurs régionaux et internationaux pour atteindre l’objectif fixé qui est d’affaiblir la Syrie, voire de la démembrer, si possible ?

Les responsables turcs affirment, pour justifier leurs ingérences, que les problèmes de la Syrie concernent la Turquie, les tissus sociaux des deux pays étant extrêmement étroits, notamment par le biais des communautés kurdes et alaouites. Mais leurs arguments humanitaires ne masquent pas leurs visées sur le territoire syrien.

Face à ce troisième épisode, le régime syrien a réagi avec un mélange de fermeté et d’ouverture, accélérant le processus de réformes et décidant de reprendre le contrôle de Jisr al-Choughour. Il a aussi envoyé des messages indirects à Ankara, affirmant qu’il ne tolèrerait aucune atteinte à la souveraineté nationale.

Le bras de fer se poursuit donc, mais le régime reste soudé, gardant l’appui des institutions, notamment l’armée, le parti Baas et la classe commerçante et la grande masse des citadins.

Les stratèges de Langley ont manqué d’imagination. Ils pensaient qu’ils pourraient reproduire facilement le modèle libyen en Syrie. Mais c’était mal connaitre l’attachement des Syriens à l’unité et la souveraineté de leur pays et ignorer à quel point le sentiment national est ancré dans leur mémoire collective. Sinon, comment expliquer le fait que trois mois après le début des troubles, et en dépit des moyens énormes déployés, pas un seul officier, diplomates, hommes politiques ou responsable du Baas, n’ait fait défection. Face à cette cohésion, les médias dirigés ont été contraints d’inventer des histoires de dissidences, comme celle de l’ambassadrice de Syrie à Paris, Lamia Chakkour, ou du pseudo-lieutenant Abdel Razzak Tlass. De tristes histoires à dormir debout qui ne font l’honneur ni de France 24 ni d’Al-Jazeera.

La Syrie est un pays qui joue un rôle-clé dans des dossiers cruciaux de la région, en Irak, en Palestine, au Liban, en Jordanie et même en Turquie. Il ne sera pas facile de la faire tomber, même pour les plus brillants stratèges israélo-américains.

Evénements

L’armée syrienne a entièrement repris le contrôle de la ville de Jisr al-Choughour après en avoir expulsé les groupes extrémistes armés. Selon la télévision d’État, de violents heurts ont éclaté entre des unités de l’armée et les membres des bandes terroristes, durant lesquels un soldat a été tué et quatre autres blessés. Deux insurgés armés ont été tués et des dizaines d’autres arrêtés. Certains se sont enfuis vers la frontière turque.

L’armée a également désamorcé des explosifs et des charges de dynamite posés par ces groupes armés sur les ponts et dans les rues.

Parallèlement, les troupes régulières ont découvert dans une fosse commune les dépouilles de membres de forces de l’ordre du quartier général de la Sécurité, massacrés la semaine dernière. « Les groupes armés avaient mutilé les cadavres, dont certains étaient décapités ».

La télévision syrienne a diffusé les aveux du rebelle Anwar Nafeh al-Douche, l’un des membres des groupes armés qui a raconté les étapes du massacre perpétré contre les forces de police.

Le 6 juin, les autorités avaient affirmé que 120 policiers avaient été tués à Jisr al-Choughour par des groupes armés, dont 82 dans l’attaque du QG de la sécurité.

New Orient News (Liban)
Tendances de l’Orient No 35, 13 juin 2011.