écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Répression et collaboration avec l’occupant en Cisjordanie
Les résistants palestiniens persécutés par leurs autorités

Le 1er Septembre, la police de l’Autorité palestinienne [AP, de Ramallah] a lancé une vaste campagne d’arrestations sans précédent contre les Palestiniens affiliés au parti Hamas en Cisjordanie occupée. Les rafles font suite à des attaques qui ont eu lieu plus tôt dans la semaine contre des colons israéliens à Hébron et Ramallah.

5 septembre 2010

Les services [dits] de sécurité préventive et les services des renseignements généraux de l’Autorité Palestinienne ont enlevé et emprisonné au moins 350 Palestiniens de tous les gouvernorats de Cisjordanie, selon un communiqué de presse d’Al Haq, un groupe palestinien de défense des droits de l’homme.

Quatre colons israéliens de la colonie de Beit Hagai ont été tués mardi soir près de la ville d’Hébron. Ils ont été abattus alors qu’ils circulaient sur la route 60 [exclusivement juive], qui relie Jérusalem aux colonies dans le sud de la Cisjordanie occupée. Environ 24 heures plus tard, deux colons israéliens ont été blessés par balles dans leur voiture alors qu’ils roulaient près de Ramallah et la colonie juive de Hashachar Kochav.

Les Brigades al-Qassam - l’aile militaire du Hamas - ont revendiqué la responsabilité totale de ces deux attaques, selon l’agence Ma’an News. Ma’an a rapporté que les Brigades al-Qassam ont publié une déclaration présentant la fusillade comme une réponse « normale et légale aux agressions sionistes contre les civils palestiniens » et disant que « l’objectif des opérations est de repousser les agressions des occupants contre la bande de Gaza et la Cisjordanie » (« Le Hamas revendique l’attaque de Ramallah », 1 Septembre 2010).

Al-Haq déclare que la campagne d’arrestations de l’Autorité palestinienne contre les personnes affiliées au Hamas en Cisjordanie, a été « exécutée sans les mandats d’arrêt appropriés » et a violé plusieurs lois relatives aux procédures d’arrestation et de détention.

« Le nombre total de personnes arrêtées sans mandat est susceptible d’être significativement plus élevé », a ajouté Al-Haq. « Toutefois, il n’est pas possible d’obtenir un chiffre exact des détenus, aucun dossier n’est conservé sur les personnes détenues et libérées dans les 24 heures. Des centaines de personnes restent actuellement en détention. »

Le jeudi 2 Septembre, le quotidien israélien Haaretz a signalé que l’Autorité palestinienne avait arrêté deux Palestiniens de la région d’Hébron, accusés par l’Autorité palestinienne d’être en lien avec l’attaque de mardi (« Les autorités palestiniennes : Nous avons arrêté deux suspects ... » ). [Espérons qu’ils survivront aux séances de torture que doivent leur imposer en ce moment les supplétifs de l’AP - N.d.T]

Les tirs contre des colons et la dure répression contre les partisans du Hamas se déroulent alors qu’aux États-Unis, à Washington, ont lieu des pourparlers directs entre l’Autorité palestinienne [de Ramallah] et Israël. Tous les partis politiques palestiniens qui s’y sont opposés, dont le Hamas, ont été dénoncés par l’Autorité palestinienne. La semaine dernière, les supplétifs de l’AP ont interrompu et dispersé une conférence à Ramallah, en attaquant responsables et militants des partis politiques opposés.

Al-Haq a déclaré que « le caractère radical et arbitraire des arrestations d’opposants politiques démontre que ces mesures sont alimentés par l’opportunisme politique plutôt que par de véritables préoccupations de sécurité. En fait, cette campagne fait partie d’un ensemble de politiques répressives adoptées par l’Autorité palestinienne pour étouffer la dissidence politique et créer un sentiment d’intimidation dans la société palestinienne. »

Le groupe a ajouté qu’il « condamnait cet usage arbitraire du pouvoir par l’AP et qu’il réaffirmait que la règle de droit et les droits fondamentaux des individus ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel des intérêts politiques. »

Pendant ce temps, dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est occupé, le 1er Septembre, des centaines de participants, dont des habitants palestiniens de Silwan, des Israéliens et des militants internationaux, se sont réunis pour s’opposer à une conférence visant à promouvoir « l’intérêt archéologique » du quartier.

Un nombre croissant de colons israéliens ont régulièrement volés des maisons palestiniennes à Silwan, sous le couvert d’une institution israélienne d’archéologie, Elad, qui conduit la charge pour pousser les Palestiniens hors de la zone et labelliser Silwan comme « Cité de David » [l’habituel délire millénariste de ces racistes fous-furieux - N.d.T]. Elad était l’organisateur de la conférence de mercredi à Silwan.

Le journaliste Joseph Dana a rapporté sur son site Internet que la police israélienne des frontières et les forces spéciales, appelées Yasam, « ont été déployées et ont utilisé la violence physique pour interdire aux manifestants de s’approcher de l’entrée. »

« La protestation est restée totalement non-violente alors que les forces de Yasam attaquaient les manifestants à plusieurs reprises, les jetant à terre comme des poupées de chiffon avant de les arrêter », a écrit Dana. « À un moment donné, un colon a littéralement conduit sa voiture dans un groupe de manifestants, voulant rouler sur les gens » (« Israël contre Israël ... » , 2 Septembre 2010).

La manifestation de mercredi suit des affrontements et des kidnappings à Silwan la semaine dernière. Le lundi, des affrontements ont éclaté lorsque la police municipale israélienne, la police des frontières et des agents de renseignement, ont attaqué plusieurs quartiers de Jérusalem-Est occupée, arrêtant et enlevant des Palestiniens accusés d’avoir participé à des affrontements de la semaine précédente, selon Ma’an. Les habitants du quartier ont indiqué que les affrontements de la semaine dernière ont commencé après que des colons israéliens aient fait irruption dans la mosquée locale d’al-Ein le 26 août (« Des affrontements signalés dans Silwan » , 30 août 2010).

Rapport, The Electronic Intifada , 3 septembre 2010.

Traduit de l’anglais par Claude Zurbach (05.09.2010) :
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9354

Texte original en anglais (03.09.2010) :
http://electronicintifada.net/v2/article11506.shtml

Toutes les versions de cet article :
- Mass arrests, clashes follow settler shootings