écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Conférence de suivi de Durban de l’ONU
Déclaration de principe par le Comité National Palestinien de la campagne de Boycott

A l’occasion de la Journée Internationale de Solidarité avec le peuple palestinien, des centaines d’organisations et d’associations de la société civile internationale soutiennent la déclaration de principe intitulée : « Unis contre l’Apartheid, le Colonialisme et l’Occupation : Dignité et justice pour le peuple palestinien ».

29 novembre 2008

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée Internationale de Solidarité avec le peuple palestinien, la société civile palestinienne, représentée par le Comité National Palestinien de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BNC), lance sa déclaration de principe en tant que document de base pour la lutte contre le racisme, lors de la conférence de suivi de la Conférence de Durban de l’ONU, et au-delà.

Cette déclaration de principe s’appuie sur les mécanismes des droits de l’Homme de l’ONU et sur les conclusions et recommandations d’experts indépendants qui ont exprimé leur préoccupation au sujet de l’institutionnalisation de la discrimination raciale et de l’Apartheid par Israël.

Elle affirme que, 60 ans après la Nakba de 1948, et après 41 ans d’occupation israélienne de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et la Bande de Gaza, il y a une nécessité urgente de réexaminer la nature particulière du régime d’Israël à l’égard des Palestiniens. Cet examen démontrera qu’il s’agit d’un régime d’apartheid colonial et d’occupation.

Cette position, qui reflète une prise de conscience grandissante parmi la société civile palestinienne et mondiale, a été adoptée récemment au Forum de la société civile à Bilbao (Pays Basque) et approuvée par des mouvements et associations du monde entier, parmi lesquels le Mouvement des Travailleurs sans Terre (MST) au Brésil, le Réseau de Solidarité Espagnol RESCOP, le Comité Européen de Coordination des ONG sur la Palestine (ECCP), la Guilde Nationale des Avocats et le Parti des Verts aux Etats-Unis, ainsi que par les associations juives antisionistes, en particulier le Réseau Juif Antisioniste International (IJAN).

La société civile palestinienne et internationale apprécie et soutient la déclaration du Président de l’Assemblée Générale des Nations Unies, qui a récemment, avec courage et sans aucune ambigüité, condamné l’Apartheid israélien dans les termes suivants :

"Il est important que nous, à l’ONU, utilisions ce terme [...]. C’est l’ONU, après tout, qui a adopté la Convention Internationale contre le Crime d’Apartheid, rendant clair pour tout le monde que de telles pratiques officielles de discrimination doivent être proscrites, où qu’elles se produisent [...]
Il y a plus de vingt ans, nous, aux Nations Unies, avons repris l’initiative de la société civile lorsque nous avons convenu que des sanctions étaient nécessaires pour assurer des moyens de pression non-violents sur l’Afrique du Sud afin qu’elle mette fin à ses violations.
Aujourd’hui, peut-être que nous, aux Nations Unies, devrions envisager de suivre la voie d’une nouvelle génération de la société civile, qui demande une campagne non-violente de boycott, de désinvestissement et de sanctions afin de faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à ses violations
."

En 2001, les États-Unis et Israël ont quitté la Conférence Mondiale contre le Racisme qui se déroulait à Durban en Afrique du Sud, car elle s’était permis de critiquer Israël comme responsable de racisme et de discrimination raciale.

L’ONU organisera une Conférence de suivi de Durban à Genève, du 20 au 24 avril 2009, pour examiner les progrès réalisés dans le monde depuis le sommet antiraciste de 2001.

Israël, les États-Unis et le Canada ont déjà annoncé qu’ils n’y participeront pas ; ils font pression sur la communauté internationale pour exclure du débat le racisme et la nature discriminatoire du régime israélien.

A l’occasion de la Journée Internationale de Solidarité avec le Peuple Palestinien, nous demandons aux gens de conscience dans le monde d’assumer leur responsabilité morale de mettre fin aux nombreuses formes d’oppression exercées par Israël à l’encontre de la population autochtone de la Palestine, faisant renaître ainsi l’espoir que la liberté, l’autodétermination et la paix puissent prévaloir bientôt.

La Déclaration de principe, y compris la liste des signataires, est disponible en anglais, en arabe, en espagnol et en italien.

Le Comité National Palestinien de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BNC)
[The Palestinian BDS National Committee (BNC)]
Le 29 novembre 2008.

Traduit de l’anglais par JPH pour silviacattori.net

Texte original en anglais :
http://www.bdsmovement.net/?q=node/222