écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Usage du gaz sarin par le Front al-Nosra
La Russie inflexible face aux manipulations de la Turquie et de l’ONU

Le ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov, a affirmé que son pays attend des éclaircissements de la Turquie sur la saisie du gaz sarin en possession des milices armées du Front al-Nosra ; et déplore la non ouverture d’une enquête par l’ONU - comme demandé par Damas et Moscou - sur l’usage d’armes chimiques dans la zone de Khan al-Assel en Syrie.

Dans une conférence de presse, le 31 mai, Lavrov a exprimé sa vive déception devant la manipulation des Nations Unies au sujet de sa demande de conduire une enquête sur le recours aux armes chimiques dans la zone de Khan al-Assel dans la banlieue d’Alep. Il a affirmé que Moscou avait averti à plusieurs reprises de l’usage d’armes toxiques en Syrie, en insistant sur la nécessité d’ouvrir une enquête sur l’usage de substances chimiques ou toxiques dans la dite zone.

De son côté, le ministère syrien des affaires étrangères avait demandé, dans deux messages identiques, adressés au Conseil de sécurité et au secrétaire générale de l’Onu, d’envoyer une mission technique neutre et honnête dans le village de Khan al-Assel qui avait été l’objet d’une attaque à la roquette contenant des substances chimiques.

Dans le même contexte, le porte-parole du ministre russe des affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, a exprimé l’inquiétude de la Russie en apprenant l’arrestation, en Turquie, d’extrémistes qui portaient le gaz "sarin". Loukachevitch a à son tour appelé à ouvrir une enquête pour connaitre tous les détails de cette affaire et de mettre tout en oeuvre pour empêcher les terroristes d’utiliser ces substances dangereuses en Syrie, ceci devant conduire à une intervention étrangère contre elle.

Il a qualifié d’ "inacceptable" l’usage des armes chimiques, affirmant que Moscou avait attiré l’attention sur les provocations dangereuses des groupes terroristes et extrémistes quant aux armes de destruction massive, notamment celles chimiques, de manière à ouvrir la porte à une intervention militaire en Syrie.

Les médias turcs ont affirmé que les services de renseignement turcs avaient saisi, à Adana au sud de la Turquie, 2 kg de gaz sarin, des munitions, des documents et des informations numériques, en possession de 12 éléments de Front al-Nosra lié à al-Qaïda.
...
Dans une déclaration accordée aujourd’hui, Ushakov a insisté que la Russie ne fournit pas à la Syrie d’armes interdites.

Le représentant permanent de la Russie auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov, a mis en garde contre la décision de l’UE sur la levée de l’embargo imposé à l’exportation des armes à l’opposition en Syrie, qui perturbe les efforts pour parvenir à une solution politique de la crise et tenir une conférence internationale sur la Syrie à Genève.
...
Or, l’Union européenne a approuvé lundi dernier la levée de l’embargo sur les armes à destination des groupes terroristes armés en Syrie, qualifiés "d’opposition armée ".

sana.sy