écrits politiques

English    Français    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português


La Syrie d’Al-Assad, un des derniers obstacles à la domination israélienne

Après nous avoir assuré du caractère absolument pacifique de l’opposition syrienne, l’immense majorité des médias a présenté les groupes armés dissidents en Syrie comme étant des « combattants de la liberté », des défenseurs des « droits de l’homme » et de la « démocratie ». Mais la composante islamiste radicale de cette « opposition » n’ayant pu être occultée indéfiniment, un nouvel argument a été mis en avant pour légitimer sa présence.

9 décembre 2012

Face à une population arabe ou musulmane dans son immense majorité hostile à l’État hébreu, la pseudo opposition syrienne et ses soutiens affirment que Bachar Al-Assad aurait été « un lâche face au néocolonialisme occidental, voire un de ses collaborateurs ». Ce qui justifierait donc à leurs yeux le renversement du gouvernement syrien comme étant une étape de la lutte contre l’occupant israélien.

L’analyse présentée par le site Karbalaqsa dans six vidéos « Syrie Versus Israël », réfute ce dernier argument en retraçant des faits historiques sur les relations syro-israéliennes ainsi que la traduction de discours ou interventions d’acteurs de la résistance antisioniste.


Les trois documents ci-après traitent de la manière dont a été relayé en France ce discours légitimant l’éviction d’Al-Assad

-  Tariq Ramadan et les combattants islamistes en Syrie même discours mensonger, même propagande


-  La position pro Al-Assad de l’Europe et des États-Unis selon Tariq Ramadan


-  Quels intérêts Tariq Ramadan sert-il en vérité ? Le massacre de Hama revisité par Nabil Ennasri


Les trois documents suivants traitent des réseaux internationaux travaillant à la déstabilisation de la Syrie

-  Histoire de la Syrie face aux Frères musulmans, les USA et Israël (de Hama 1982 à 2011)


-  Antisionisme et résistance palestinienne : Comparaison entre la Turquie et la Syrie


-  Les conséquences d’une intervention étrangère en Syrie