écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Un article de John Mearsheimer
« Pilier de défense » : Un pilier construit sur du sable

En réaction à la recrudescence récente d’échanges de tirs entre Israël et les palestiniens de Gaza, Israël a décidé de jouer l’escalade de la violence en assassinant le chef militaire du Hamas, Ahmad Jabari. Le Hamas, qui n’avait joué qu’un rôle mineur dans ces échanges de tirs, et qui semblait même intéressé à travailler à un cessez-le-feu de longue durée, a réagi comme on pouvait s’y attendre en tirant des centaines de roquettes sur Israël, quelques unes tombant même près de Tel Aviv.

22 novembre 2012

Sans surprise, les Israéliens ont menacé d’élargir le conflit et d’envahir éventuellement la bande de Gaza pour renverser le Hamas et éliminer la menace des roquettes.

Il existe une possibilité que l’opération « Pilier de défense » - c’est ainsi que les Israéliens désignent leur aggression actuelle - se transforme en conflit à grande échelle. Mais même dans ce cas, elle ne mettra pas un terme aux problèmes d’Israël avec Gaza. Après tout, Israël avait lancé une guerre dévastatrice contre le Hamas pendant l’hiver 2008-2009 (l’opération « Plomb durci ») et le Hamas est toujours au pouvoir et continue à tirer des roquettes sur Israël. Pendant l’été 2006, Israël était parti en guerre contre le Hezbollah afin d’éliminer ses missiles et d’affaiblir la situation politique au Liban. Cette offensive a échoué elle aussi : le Hezbollah a beaucoup plus de missiles aujourd’hui qu’il n’en avait en 2006 et son influence au Liban est probablement supérieure à ce qu’elle était en 2006. « Pilier de défense » aura sans doute le même résultat.

Israël peut recourir à la force contre le Hamas de trois manières différentes. Tout d’abord, il peut essayer de paralyser l’organisation en tuant ses dirigeants, comme il l’a fait quand il a assassiné Jabari il ya deux jours. La décapitation de l’organisation ne fonctionnera pas, cependant, car il ne manque pas de subalternes pour remplacer les chefs assassinés, et les nouveaux chefs sont parfois plus capables et plus dangereux que leurs prédécesseurs. Les Israéliens s’en sont aperçus au Liban en 1992, quand ils avaient assassiné le chef du Hezbollah, Abbas Moussaoui, seulement pour découvrir que son successeur, Hassan Nasrallah, était un adversaire encore plus redoutable.

Deuxièmement, les Israéliens peuvent entrer dans Gaza et en prendre le contrôle. L’armée israélienne pourrait le faire assez facilement, renverser le Hamas et mettre fin aux tirs de roquettes à partir de Gaza. Mais elle devrait alors occuper Gaza pendant les années à venir, car s’ils repartaient, le Hamas reviendrait au pouvoir, les attaques à la roquette reprendraient, et Israël se retrouverait à la case départ.

Une occupation de Gaza rencontrerait une résistance farouche et sanglante, ainsi que les Israéliens ont pu l’apprendre dans le sud du Liban entre 1982 et 2000. Après 18 ans d’occupation, ils avaient reconnu leur défaite et retiré toutes leurs troupes. Cette expérience est la raison pour laquelle l’armée israélienne n’a pas essayé d’envahir et de conquérir le sud du Liban en 2006 et Gaza en 2008-9. Rien n’a changé depuis lors qui pourrait faire d’une invasion à grande échelle de Gaza aujourd’hui une alternative viable. Occuper la bande de Gaza reviendrait également à placer 1,5 millions de Palestiniens de plus sous contrôle officiel d’Israël, ce qui aggraverait la fameuse « menace démographique ». Ariel Sharon avait retiré les colons israéliens de la bande de Gaza en 2005 pour réduire le nombre de Palestiniens qui vivent sous drapeau israélien ; revenir en arrière maintenant serait un revirement stratégique énorme.

La dernière option, celle qui a été préférée, est le bombardement avec des avions, de l’artillerie, des missiles, des mortiers et des roquettes. Le problème, cependant, est que cette stratégie ne fonctionne pas comme annoncé. Israël l’a utilisée contre le Hezbollah et le Hamas en 2006 et en 2008-9, mais les deux organisations sont toujours bien présentes et armées jusqu’aux dents avec des roquettes et des missiles. Il est difficile de croire qu’un seul spécialiste de défense sérieux en Israël pense qu’une nouvelle campagne soutenue de bombardement contre Gaza permettra de renverser le Hamas et de mettre définitivement fin aux tirs de roquettes.

Alors de quoi s’agit-il ? Au niveau le plus élémentaire, les actions d’Israël à Gaza sont inextricablement liées à ses efforts pour créer un Grand Israël qui s’étend du Jourdain à la mer Méditerranée. Malgré les palabres sans fin sur une solution à deux États, les Palestiniens n’obtiendront pas leur propre État, notamment parce que le gouvernement Netanyahou y est fermement opposé. Le premier ministre et ses alliés politiques sont foncièrement déterminés à transformer les territoires occupés en partie intégrante d’Israël. Pour y parvenir, les Palestiniens de la Cisjordanie et de Gaza seront forcés de vivre dans des enclaves pauvres similaires aux Bantoustans de l’Afrique du Sud gouvernée par les blancs. C’est quelque chose que les Juifs israéliens ont bien compris : une enquête récente a révélé que 58 pour cent d’entre eux pensent qu’Israël pratique déjà l’apartheid contre les Palestiniens.

La création d’un Grand Israël va cependant générer des problèmes encore plus importants. En plus de nuire énormément à l’image d’Israël dans le monde, la quête d’un Grand Israël ne brisera pas la volonté des Palestiniens. Ils demeurent farouchement opposés non seulement à l’occupation, mais aussi à l’idée de vivre dans un État d’apartheid. Ils continueront à résister aux efforts d’Israël pour leur refuser l’autodétermination. Ce qui se passe à Gaza est l’une des dimensions de cette résistance. Un autre est le projet de Mahmoud Abbas de demander à l’Assemblée générale des Nations Unies le 29 Novembre de reconnaître la Palestine en qualité d’État non membre. Une telle reconnaissance inquiète les dirigeants d’Israël, parce qu’elle pourrait éventuellement permettre aux Palestiniens de porter plainte contre Israël devant la Cour pénale internationale. Ainsi, le rêve d’un Grand Israël force Tel Aviv à trouver des façons de tenir les Palestiniens en respect.

Les dirigeants israéliens ont une stratégie en deux volets pour régler leur problème palestinien. Tout d’abord, ils comptent sur ​​les États-Unis pour fournir une couverture diplomatique, en particulier au sein des Nations Unies. La clé du maintien du soutien de Washington est le lobby pro-israélien qui fait pression sur les dirigeants américains pour qu’ils se rangent du côté israélien contre les Palestiniens et qu’ils en fassent le moins possible pour stopper la colonisation des territoires occupés.

Le deuxième volet est le concept du « mur de fer » de Zeev Jabotinsky : une approche qui dans son essence appelle à réduire les Palestiniens à se soumettre. Jabotinsky avait compris que les Palestiniens résisteraient aux efforts sionistes pour coloniser leurs terres et les soumettre dans le même temps. Il soutenait néanmoins que les sionistes, puis Israël, pourraient punir les Palestiniens si sévèrement que ces derniers reconnaîtraient que toute résistance serait vaine.

Israël a recours à cette stratégie depuis sa fondation en 1948, et Plomb durci comme Pilier de défense sont des exemples de sa mise en pratique. En d’autres termes, l’objectif d’Israël dans les bombardements de Gaza n’est pas de renverser le Hamas ou d’éliminer ses roquettes, deux objectifs irréalisables. Les attaques en cours dans la bande de Gaza font en réalité partie d’une stratégie à long terme visant à contraindre les Palestiniens à renoncer à leur demande d’autodétermination et à se soumettre à la domination israélienne dans un État d’apartheid.

L’engagement d’Israël dans la stratégie du Mur de Fer se reflète dans le fait que ses dirigeants ont dit à maintes reprises depuis que Plomb Durci a pris fin en Janvier 2009 que l’armée israélienne aurait éventuellement à retourner à Gaza et à infliger une autre raclée aux Palestiniens. Les Israéliens ne vivaient pas dans l’illusion que le conflit de 2008-9 avait mis le Hamas hors de combat. La seule question pour eux était de savoir quand commencerait la prochaine expédition punitive.

Le moment choisi pour la présente opération est facile à expliquer. Pour commencer, le président Obama vient de remporter un second mandat malgré la tentative transparente de Netanyahu pour aider Mitt Romney à remporter les élections. L’erreur commise par le Premier ministre est susceptible d’avoir affecté ses relations personnelles avec le président Obama et pourrait même menacer la « relation spéciale » des États Unis avec Israël. Une guerre dans la bande de Gaza, cependant, est un bon antidote à ce problème, parce que Obama, qui va faire face à d’énormes défis économiques et politiques dans les mois à venir, n’a guère d’autre choix que de soutenir sans réserve Israël à la garde et à mettre les torts sur les Palestiniens.

Le premier ministre israélien a sa propre échéance électorale en janvier et, comme l’écrit Mitchell Plitnick, « Le gambit de Netanyahou consistant à nouer une alliance électorale avec le parti fasciste Yisrael Beiteinu est loin d’avoir donné les résultats espérés dans les sondages. » Une guerre contre Gaza permet non seulement à Netanyahou de montrer sa fermeté quand il est question de la sécurité d’Israël, mais elle a probablement un effet de « ralliement autour du drapeau » qui améliore ses chances de réélection.

Néanmoins, Pilier de défense n’atteindra pas son but ultime d’obtenir des Palestiniens qu’ils renoncent à leur quête d’autodétermination et qu’ils acceptent de vivre sous la botte des Israéliens. Ce n’est tout simplement pas réalisable, les Palestiniens ne vont jamais accepter d’être assignés à une poignée d’enclaves dans un État d’apartheid. Malheureusement, cela signifie que Pilier de défense ne sera probablement pas la dernière fois qu’Israël bombarde la bande de Gaza.

À longue échéance cependant, les campagnes de bombardements pourraient cesser, parce qu’il n’est pas certain qu’Israël réussira à subsister en tant qu’État d’apartheid. En même temps qu’à la résistance palestinienne, Israël est confronté au fait qu’il est peu probable que l’opinion internationale soutienne un État d’apartheid.

Ehud Olmert avait dit en novembre 2007, alors qu’il était premier ministre, que si « la solution à deux États échoue », Israël se retrouvera devant une « lutte à la sud-africaine », et « dès que cela se produira, ce sera la fin de l’État d’Israël ». On pourrait penser que les dirigeants israéliens comprennent dans quelle direction ils avancent et en viennent à permettre aux Palestiniens d’avoir leur propre État. Mais il n’y aucun signe en ce sens ; au contraire Israël persiste stupidement à s’appuyer sur des opérations militaires comme Pilier de défense pour briser les Palestiniens.

John Mearsheimer
London Review of Books, 16 Novembre 2012.


John J. Mearsheimer est professeur de sciences politiques à l’Université de Chicago. Il est coauteur de l’ouvrage : « Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine » (publié aux Editions de la Découverte)

Toutes les versions de cet article :
- ‘Pillar of Defence’: A Pillar Built on Sand