écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Ilan Pappé n’ira pas au Salon du livre de Paris

L’historien israélien Ilan Pappé refuse de cautionner le Salon du livre. Il ne participera pas au débat animé par Dominique Vidal, le 18 mars 2008, au Salon du livre de Paris. Il vient d’annoncer qu’il décline l’invitation de l’édition « La Fabrique ».

3 mars 2008 | - : Israël Lobbies


Ilan Pappé

Alors que les intellectuels Palestiniens appellent depuis 2005 les citoyens du monde à boycotter l’Etat d’apartheid d’Israël [1], ainsi que tout évènement où celui-ci est célébré, comme cela fut fait contre le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud, force est de constater qu’en France, on n’a entendu aucun parti ou association traditionnelle appeler au boycottage du Salon du livre de Paris où, cette année, Israël est l’invité d’honneur !

Il est surprenant de voir que la maison d’édition « La Fabrique », dont le directeur Eric Hazan milite dans le cadre des associations de défense des Palestiniens, ait pris l’initiative d’organiser la venue d’écrivains israéliens au Salon du livre de Paris alors que depuis décembre 2007 il y a eu des appels au boycottage [2].

Michel Warshawsky et le journaliste du Monde Diplomatique Dominique Vidal -deux militants qui occupent une place importante dans le débat et l’orientation du mouvement de solidarité- seront également présents !

Être présent au Salon du livre, appeler le public à venir, fusse-t-il pour débattre de manière critique et rappeler "l’autre Nakba", dans ce contexte où de nombreux intellectuels et écrivains appellent au boycottage, n’est ce pas une manière de faire échouer cette action de protestation ?

Ilan Pappé, convié à ce salon avec d’autres écrivains israéliens - Amira Hass, Avi Shlaim, Idith Zertal, Michel Warschawski - par l’Edition « La Fabrique » (et "Fayard"), annonce en ces termes, pourquoi il décline l’invitation :

« Chers Amis,

Comme vous le savez sans doute, le Salon du Livre de Paris, cette année, est dédié au soixantième anniversaire d’Israël.

Je supposais, et j’espérais, que les manifestations organisées par « La Fabrique » [3] ne s’intégreraient pas dans le cadre de ce Salon. J’avais tort, et j’ai été attristé d’apprendre qu’elles en font partie intégrante.

La décision d’associer le Salon du Livre, cette année, à la célébration des soixante années d’Indépendance d’Israël ont amené beaucoup d’écrivains et d’artistes progressistes, Palestiniens et plus généralement Arabes, à s’en retirer, et à boycotter cette manifestation. On est fondé à supposer que les agressions génocidaires récentes d’Israël contre la bande de Gaza ne pourront qu’amener beaucoup de leurs collègues à faire de même.

Dans de telles circonstances, je ne saurais, en ce qui me concerne, participer à ce Salon, ni de près, ni de loin. Je suggère que nous convenions ensemble d’une nouvelle date, en-dehors des journées de tenue du Salon du Livre, afin de ne pas être associés à sa célébration de l’indépendance d’Israël, ainsi qu’à son total déni de la Nakbah palestinienne.

Toutefois, je comprendrais que « La Fabrique » et d’autres participants ne partagent pas cette position, auquel cas, je me retirerai –personnellement – de ces festivités.

Sincèrement, bien à vous

Ilan Pappé
2 Mars 2008 »

Silvia Cattori

Post-Scriptum (du 9 mai 2008).

En Italie, les militants qui défendent honnêtement la Palestine (sans chercher en même temps à protéger les acquis d’Israël) se sont engagés résolument à tout entreprendre pour boycotter le salon du livre de Turin, répondant, de cette façon, aux vœux des Palestiniens (*). En France, rien de tout cela. Bien au contraire : des journalistes progressistes, comme Dominique Vidal, des militants politiques, comme Michel Warschawsky, des éditeurs « de gauche », comme Eric Hazan, qui se présentent comme « défenseurs de la cause palestinienne », n’ont aucunement appelé au boycottage et se sont – de fait – scandaleusement associés à ce salon.

Leur comportement, dans cette affaire, démontre, à ce jour, s’il en était besoin, qu’ils se moquent des appels des Palestiniens à boycotter toute manifestation où Israël, est célébré et que, au fond, ils n’acceptent pas que l’on appelle à boycotter Israël comme avait été boycotté, jadis, le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud. Alors que le régime d’apartheid instauré par Israël est infiniment plus cruel.

(*) Voir : http://www.silviacattori.net/article443.html




Toutes les versions de cet article :
- Ilan Pappé no irá al Salón del Libro de París