écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Orrnella Guyet une bien étrange journaliste !
Attaquer le messager plutôt que le message, une vieille ficelle qui marche toujours !

Militant de gauche et anti-raciste, quelle ne fut pas ma surprise de me voir dépeint, dans un article anonyme paru il y a quelques temps sur Internet, comme d’extrême-droite et antisémite.

10 juillet 2012

L’article s’appuyait sur une suite de faits tronqués et déformés, sinon carrément inventés, et révélait ce faisant une intéressante atmosphère de panique chez les adversaires de l’association ReOpen911 [1] (association qui, rappelons-le, demande la réouverture de l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001).

Préambule
Les opinions exprimées dans l’article appartiennent à l’auteur et ne concernent pas l’association ReOpen911. L’association ne traite que des attentats du 11 septembre 2001. Le “nous” représente en général uniquement l’auteur.

Partie 1 : Un tissu d’âneries


Annonce d’une conférence sur le 11 septembre 2001, au “Local” à Paris.
Le lieu est d’extrême-droite, pas la conférence !

Falsification n° 1 : Est-il permis d’aller chez Serge Ayoub ?

Le premier point porté contre moi par l’article anonyme [2], et tendant donc à prouver que je serais d’extrême-droite et antisémite, est d’avoir assisté à une conférence sur le 11-Septembre au “Local”, un club parisien tenu par Serge Ayoub, militant d’extrême-droite. Petit problème : ce reproche serait valable si l’inverse s’était produit, c’est-à-dire si ReOpen911 avait offert une tribune à Serge Ayoub pour présenter son mouvement. Or, c’est bien le 11-Septembre qui s’est invité chez Serge Ayoub ! Le lien est dans l’autre sens ! La conférence a bel et bien porté sur le 11-Septembre et aucun propos tendancieux n’a été émis ni par le conférencier, ni par le public.

Quand bien même le “Local” serait un repère d’antisémites (ce que je n’ai pas constaté), il y aurait au moins deux raisons de s’y rendre :

1. Pour vérifier les accusations d’antisémitisme.
L’accusation d’antisémitisme étant parfois employée pour discréditer des gens qui ne le sont absolument pas (nous y reviendrons, et j’en fais présentement l’expérience), il est toujours utile de vérifier de ses yeux, à la source, les propos ou discours déviants là où certains croient en voir. On ne perd jamais son temps à vérifier et nous verrons plus loin que les médias, malgré leur professionnalisme affiché, font parfois d’inquiétantes impasses.

2. Pour connaître l’adversaire.
On ne combat efficacement que ce que l’on connaît !

Deux formes d’antisémitisme

À propos de ce deuxième point, nous prions le lecteur de nous pardonner d’ouvrir ici une grande parenthèse qui rompt la linéarité de la réponse à l’article anonyme, mais dont l’intérêt est central et apparaîtra rapidement. Attention, ce qui va suivre n’a jamais été dit ni par SOS Racisme, ni par le MRAP, ni par les associations anti-racistes habituelles !

Fréquenter les antisémites permet d’identifier les bases de leur discours et de combattre plus efficacement ce dernier. Au fil des années, au hasard des rencontres et notamment lors de manifestations, j’ai pu en identifier différentes formes, et notamment les deux suivantes.

La première forme d’antisémitisme est la forme classique, telle qu’on l’imagine, autrement dit une expression particulière de xénophobie (haine de l’étranger). Cet antisémitisme va souvent de pair avec d’autres formes de xénophobie, par exemple l’islamophobie (qui se porte fort bien depuis le 11-Septembre, soit dit en passant). Cette forme se combat par le dialogue, par un discours universaliste et par les arguments anti-racistes habituels. J’ai moi-même participé à de nombreuses manifestations anti-racistes aux côtés de SOS Racisme, du MRAP, de la Ligue des Droits de l’Homme, etc. depuis ma jeunesse, du fait que ces positions étaient, si l’on peut dire, dans les gènes familiaux. Une autre approche consiste à discuter des causes économiques de l’immigration. Tout ceci doit naturellement être continué.

Une autre forme d’antisémitisme peut être décrite comme de l’antisionisme dévié ou de l’antisionisme mal exprimé. Il s’agit de pacifistes qui souffrent du drame vécu par les Palestiniens dans le conflit israélo-palestinien, et qui voient la source du conflit dans la nature confessionnelle de l’État d’Israël (État Juif). Ils reprochent à l’État d’Israël d’établir une hiérarchie entre les religions, ce qui crée des injustices, ce qui entretient le conflit. Cette analyse ne manque pas de pertinence. Mais ces personnes, qui pour certaines rejettent tout ce qui vient d’Israël, ont fini (ironiquement) par adopter une partie du discours des partisans d’Israël et par croire que l’objectif d’Israël est de servir la cause des Juifs. Ces personnes croient que les Juifs veulent un État confessionnel, et donc que les Juifs sont mauvais. C’est une contradiction (et une erreur) puisque ces personnes, simultanément, veulent sortir du conflit israélo-palestinien par la création d’un État multi-confessionnel, où tout le monde soit à égalité, et vouent une haine des Juifs. On ne peut, simultanément, dire que tout le monde est égal et que les Juifs sont différents !

À leur décharge, chacun aura pu constater à quel point le discours associant Israël à la cause Juive est prégnant dans notre société. Depuis le début, les partisans d’Israël brandissent l’étendard Juif, prétendent agir au nom des Juifs, pour sauver des Juifs, pour créer un refuge pour les Juifs, etc. “Attaquer notre projet, disent-ils, c’est attaquer les Juifs”. Or, les Juifs sont infiniment mieux protégés ici, en France, par l’éducation, l’entretien de la mémoire, en emmenant les lycéens visiter les camps, en animant une culture adéquate (films, expositions, documentaires, musées, Mémorial de Caen, etc.), en envoyant des Résistants dans les écoles, etc., qu’en Israël où l’on ne rappelle pas assez que le conflit israélo-palestinien a déjà emporté 10 000 Juifs.

Victimes Juives et israéliennes du conflit israélo-palestinien
“Guerre civile” (1947-mai 1948) environ 2 000 [3]
Conflit israélo-arabe (mai 1948-1949) 6 400 [4]
Guerre des Six Jours (1967) 776 à 883 [5]
Première Intifada (1987-1993) 160 [6]
Seconde Intifada (2000- ?) 1 062 [7]
Total environ 10 450

Est-ce là une façon de “protéger” ?

La dangerosité de la vie en Israël (roquettes, attentats, service militaire de 3 ans, etc.) participe sans doute à expliquer pourquoi la majorité des Juifs n’y vit pas. Or, non seulement les Juifs paient un lourd tribut sur place, mais le conflit israélo-palestinien a pour effet, et chacun ne le comprend que trop bien, de focaliser la colère du monde arabo-musulman sur les Juifs, ceci aboutissant à des actes et agressions antisémites ailleurs dans le monde. Les Juifs sont perdants sur toute la ligne.

Ce bilan calamiteux, et qui était hautement prévisible, nous oblige à envisager que les grandes puissances qui ont soutenu la création de l’État d’Israël et qui ont aidé le jeune État, poursuivaient d’autres objectifs que la protection des Juifs. Objectifs qui sont à rechercher sur le terrain géopolitique et sur lesquels nous reviendrons.


Les Territoires Palestiniens – dont le pluriel n’a jamais été aussi approprié.
Le plan de paix à deux États se heurte à des difficultés territoriales quasiment insolubles.

Nous comprenons maintenant pourquoi le militant anti-raciste doit s’adapter. Il ne sert à rien de convaincre le deuxième groupe de l’universalité de l’homme, puisque c’est précisément ce qu’il demande ! Ce groupe souhaite que soit mis fin à toute politique attribuant des avantages particuliers à une religion. Mais, soumis à l’influence du discours dominant faisant d’Israël une cause Juive, cet universalisme s’exprime mal. Ceci est à la source de nombreux malentendus avec les militants anti-racistes.

Mettre fin au conflit israélo-palestinien, ce qui bien sûr est la priorité, fera disparaître les ressentiments que ce conflit engendre dans différentes régions du monde. Participant régulièrement à des manifestations pour demander la paix en Israël-Palestine et ayant d’autre part milité au Parti Anti-Sioniste (parti universaliste, favorable à un État unique multi-confessionnel), je milite donc à la fois contre la première forme d’antisémitisme et contre la seconde. Se limiter à la première forme reste évidemment utile, mais incomplet.

Pour conclure et revenir à Serge Ayoub, je n’ai constaté aucun antisémitisme au Local et n’ai par conséquent rien à ajouter.

Falsification n° 2 : Le film “The 9/11 black box” et Thierry Meyssan

Un autre élément à charge brandi contre moi par l’article anonyme est mon accueil favorable d’un film iranien dressant un portrait élogieux de Thierry Meyssan : “The 9/11 black box” (La boite noire du 11-Septembre). Ici, faute d’autre chose, l’article s’appuie sur des calomnies pour en lancer d’autres. Nous reviendrons ultérieurement sur Thierry Meyssan.

Falsification n° 3 : Mon “enthousiasme” pour Maria Poumier

Il m’est aussi reproché, toujours dans le cadre de la projection de “The 9/11 black box”, d’avoir apprécié une intervention de Maria Poumier, personnalité décriée par l’article anonyme. Or :
1. L’intervention de Maria Poumier, qui invitait les français et occidentaux présents dans la salle à appréhender un point de vue Musulman et iranien sur les faits présentés, était l’exact opposé de la xénophobie (et encore moins antisémite). Sa déclaration satisfaisait pleinement toute personne souhaitant une meilleure compréhension entre les cultures.
2. Je me suis enthousiasmé pour une déclaration de Maria Poumier, pas pour Maria Poumier. Je connais Maria Poumier uniquement de nom et de visage. Les accusations d’antisémitisme étant parfois utilisées à tort pour discréditer certaines personnes, et considérant par ailleurs que toute personne a droit à une défense, je me garderai de tout jugement hâtif concernant Maria Poumier, jusqu’à plus ample informé.
Le peu que Maria Poumier ait donné à voir ce jour-là était non seulement irréprochable, mais fort pertinent.

Falsification n° 4 : La “dictature” iranienne

L’article anonyme souligne avec un malin plaisir que le film “The 9/11 black box” a été financé par l’Iran. Or, ce pays n’est pas du tout la dictature que prétend l’article anonyme. Il s’y déroule notamment et depuis longtemps, des élections libres. Par contre, c’est évidemment ce que tentent de faire croire les pays occidentaux, qui se préparent à attaquer l’Iran pour son pétrole. L’Iran possède les quatrièmes réserves mondiales de pétrole conventionnel (le plus facile à extraire et qui génère les plus grandes marges bénéficiaires), ainsi que de l’uranium. Ce pétrole est notoirement convoité par les États-Unis, mais nous y reviendrons.

Par ailleurs, apprécier UN film iranien ne signifie pas approuver tous les aspects de la République Islamique d’Iran !

Falsification n° 5 : “Ma” tribune sur le site VoxNR

Un autre élément levé contre moi est une tribune [8] (en réalité, un article sur le 11-Septembre) que j’aurais publiée sur le site Internet VoxNR, site que l’article anonyme situe à l’extrême-droite. C’est faux. Je ne suis pas à l’initiative de cette publication (une reprise) et j’ignore par ailleurs l’orientation politique de ce site.


Le site d’information alternatif Mondialisation.ca : pacifiste et de gauche.

Falsification n° 6 : Mon référencement du site Mondialisation.ca

L’article anonyme reproche ensuite à mon site Internet iceberg911 [9] de référencer le site d’information Mondialisation.ca [10]. Celui-ci serait, selon l’article anonyme, d’extrême-droite. Or, regardons tout simplement une une de Mondialisation.ca : un article pro-cubain (un régime d’extrême-droite, peut-être ?), différents articles dénonçant la guerre en Libye et défendant la souveraineté du peuple libyen (demander le respect du droit international est-il d’extrême-droite ?), des articles pacifistes sur le conflit israélo-palestinien (pacifisme = extrême-droite ?), un article entretenant la mémoire du 11 septembre 1973, celui de Pinochet (dénoncer l’extrême-droite est-il d’extrême-droite ?), un article sceptique sur la version officielle du 11-Septembre (exigence de démocratie = extrême-droite ?)… À l’évidence, Mondialisation.ca n’a rien d’extrême-droite, et c’est même tout l’inverse ! Consultant régulièrement ce site, je peux témoigner que sa position est tout à fait à gauche, et pacifiste.

Dans la même veine, l’article anonyme me reproche de référencer sur iceberg911 les sites Alter Info [11], le Réseau Voltaire [12] et le site de Jean-Pierre Petit [13], tous placés à l’extrême-droite par l’article anonyme. Or, une fois encore, un simple balayage des sujets traités par ces sites permet de se rendre compte qu’ils n’ont, à l’évidence, rien à voir avec l’extrême-droite.

Falsification n° 7 : Le site Internet Alter Info

Le site d’information alternatif Alter Info est orienté sur l’international, domaine où la distinction gauche-droite s’efface devant l’opposition entre impérialistes (partisans de la conquête du monde par leur camp) et légalistes (partisans du respect du droit international et de la souveraineté des États, en un mot : les pacifistes). Alter Info, qui est pacifiste, s’est également spécialisé dans la défense des Musulmans, et se montre critique autant envers la gauche qu’envers la droite lorsqu’il évoque l’actualité nationale. Rien, absolument rien n’est d’extrême-droite sur ce site, que je consulte quasi quotidiennement. Cependant, ce site donne souvent la parole à ceux qui doutent de la version officielle des attentats du 11-Septembre. Peut-être est-ce là ce qui lui est reproché par l’article anonyme ?

Falsification n° 8 : Le site Internet du Réseau Voltaire

Nous reviendrons plus loin sur Thierry Meyssan, fondateur du Réseau Voltaire, mais précisons déjà, et comme chacun peut le constater en se rendant sur le site, que ce réseau de journalistes spécialisés dans la géopolitique travaille sur une ligne légaliste, c’est-à-dire pacifiste, et penche à gauche. Rien, absolument rien n’est d’extrême-droite sur ce site, et ce serait bien mal connaître Thierry Meyssan que de le croire. Je consulte ce site quasi quotidiennement et peux en témoigner.
Le Réseau Voltaire ne fait aucune “fixation” sur Israël et ne parle pas de religion. Il publie des analyses et des informations ignorées par les grands médias occidentaux, concernant toutes les régions du monde. Le Réseau Voltaire est aussi, et surtout, l’une des principales sources de contestation de la version officielle du 11-Septembre.

Falsification n° 9 : Le site de Jean-Pierre Petit

À nouveau, l’article anonyme place un site internet à l’extrême-droite et m’accuse de l’avoir référencé. Or, cette qualification d’extrême-droite est à nouveau particulièrement fausse puisque Jean-Pierre Petit, un scientifique français, publie sur son site un contenu non politisé, centré sur l’actualité scientifique, y compris (et c’est tout à son honneur) sur certains sujets difficiles : le 11-Septembre, Fukushima, etc. Sur le 11-Septembre, Jean-Pierre Petit, avec le talent qu’on lui connaît, a réfuté de larges pans de la version officielle. Peut-être est-ce là la cause de l’agacement de l’article anonyme ?


Les Cafés Hyper-Républicains, qui rassemblent des souverainistes de gauche, proposent chaque mois un regard sur l’actualité nationale ou internationale.

La conférence d’Alexis Kropotkine et Hubert Marty-Vrayance aux Cafés

L’article anonyme me reproche ensuite mon enthousiasme pour une conférence sur le 11-Septembre donnée en septembre 2011 à Paris par Alexis Kropotkine et Hubert Marty-Vrayance, co-auteurs d’un livre sorti à l’occasion du 10ème anniversaire des attentats. Un livre au titre provocateur : “Le 11 septembre n’a pas eu lieu” (éditions Le Retour aux Sources, 2011). Il est reproché aux deux conférenciers d’avoir travaillé avec des médias que l’article anonyme décrit comme d’extrême-droite : la revue Nexus, la radio Ici & Maintenant et l’émission Web Enquête & Débat.
À nouveau, tout est faux.

Falsification n° 10 : La revue Nexus

La revue Nexus porte un regard (très) alternatif sur la science, la médecine et les mystères en tous genres. Il n’est pas interdit de garder vis-à-vis d’elle une certaine prudence. Cela étant, cette revue, peu politisée au demeurant, n’est pas d’extrême-droite, bien au contraire, et il suffit pour s’en convaincre de consulter quelques couvertures. Les sujets traités sont par exemple : les crop circles, la désinformation sur la grippe A, la décrépitude de la démocratie étasunienne, les rêves lucides, la piste ufologique dans l’affaire Kennedy, les énergies sales, les banques et la crise, l’exologie, la spiritualité, l’au-delà… Ésotérique, peut-être, mais soucieux de la démocratie, certainement. Par contre (et cela commence à faire série…), la revue Nexus a eu le courage de publier très tôt des articles contestant la version officielle du 11-Septembre (par exemple le n° 49, en 2007).

Falsification n° 11 : La radio Ici & Maintenant

La radio Ici & Maintenant [14] est généraliste et aborde des sujets fort variés : géopolitique, science, santé, pratique, économie, astronomie, OVNIs, etc. On est bien en peine de trouver la moindre trace étayant les accusations de l’article anonyme. En revanche, ce qui est reproché à cette radio est peut-être son rôle pionnier sur le 11-Septembre, puisque cette radio, remplissant le rôle que les grands médias ne jouaient pas, a ouvert très tôt son antenne à des personnalités contestant la version officielle du 11-Septembre : William Rodriguez en 2007, Webster G. Tarpley en 2009, et surtout Thierry Meyssan dès 2002.

Falsification n° 12 : L’émission Web Enquête & Débat

Si Jean Robin, qui a fondé Enquête & Débat [15], est effectivement à droite ou très à droite (et défend d’ailleurs des positions contraires à celles de ReOpen911, notamment la version officielle du 11-Septembre et la stigmatisation de l’Islam), son site a une vocation plus variée, défend la liberté d’expression et donne la parole à des personnes de différentes opinions. C’est sous cet angle que l’interview de Hubert Marty-Vrayance doit être interprétée. Interviewer une personne ne signifie pas partager ses points de vue ! Accepter une interview non plus.

Falsification n° 13 : Les Cafés Hyper-Républicains… le sont vraiment

En invitant Alexis Kropotkine et Hubert Marty-Vrayance pour parler de 11-Septembre, les Cafés Hyper-Républicains ont rempli le devoir d’informer auquel les grands médias répondent si mal sur ce thème du 11-Septembre. Ils ont animé la démocratie. Par ailleurs, la position des Cafés est plutôt à gauche et souverainiste (ligne de Jean-Pierre Chevènement), et au-dessus de tout soupçon par rapport aux accusations habituelles de l’article anonyme.

Lors de cette conférence qui, est-il besoin de le préciser, contestait la version officielle des attentats du 11-Septembre, Alexis Kropotkine et Hubert Marty-Vrayance ont montré leur attachement à la démocratie, à la vérité et à la justice. Ils souhaitent que la vérité sur ces événements soit établie, vérité dont Hubert Marty-Vrayance espère qu’elle stoppe la politique brutale menée par les États-Unis et l’OTAN depuis 2001 (guerres, lois liberticides, pratiques d’un autre âge, etc.). Leur démarche même imprime un démenti formel aux insinuations de l’article anonyme.


Affiche du Parti Anti-Sioniste de Dieudonné (2009).
Le PAS préconise un État unique multi-confessionnel pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Falsification n° 14 : Dieudonné et le plan de paix oublié

Mon soutien au Parti Anti-Sioniste (PAS), créé par l’humoriste Dieudonné en 2009 à l’occasion des élections européennes, est logique dans la mesure où j’en partage les deux principales directions :
1. L’adhésion au plan de paix avec un État unique multi-confessionnel pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.
Mettre toutes les religions sur un pied d’égalité est le geste le plus réconciliateur qui soit, et c’est pourquoi ce plan est celui qui a les meilleures chances d’établir durablement la paix. Outre ses problèmes de continuité territoriale rapidement évoqués plus haut, le plan de paix à deux États aura l’inconvénient de créer un vis-à-vis tendu que n’importe quelle allumette transformera en un retour des violences.
2. La réhabilitation de Dieudonné, victime d’attaques malhonnêtes et injustes. Nous y reviendrons.

Ce soutien est mal interprété par l’article anonyme, qui ajoute de gros guillemets autour du terme “antisioniste” pour bien suggérer qu’il s’agirait en fait d’antisémitisme. Amalgame classique qui ignore le fait qu’un État multi-confessionnel relève précisément d’une vision universaliste de l’homme, vision opposée à la vision ethnico-religieuse. Et de fait : de toutes les actions (conférences, distribution de tracts, etc.) auxquelles j’ai participé durant la campagne du Parti Anti-Sioniste, je n’ai jamais été témoin de propos antisémites. Jamais. Une immense lassitude quant à l’interminable conflit israélo-palestinien était par contre parfaitement perceptible…


Le Parti Anti-Sioniste prône un plan de paix à un État en Israël-Palestine, sur le principe de l’égalité entre tous (page 24 du livret-programme).

Par ailleurs, et ce qui ne gâche rien, au Parti Anti-Sioniste il est tout à fait possible d’évoquer ses doutes sur la version officielle des événements du 11-Septembre, doutes largement partagés par les militants.

Israël et États-Unis : qui dirige l’autre ?

Pour autant, je ne partage pas toutes les analyses entendues chez Dieudonné. Un point de clivage consiste à savoir qui d’Israël et des États-Unis, dicte sa politique étrangère à l’autre. Je crois fermement que les États-Unis dominent. Ayant parfois rencontré, chez Dieudonné et ailleurs, des personnes qui pensent qu’Israël dirige, je me permets d’ouvrir à nouveau une longue parenthèse pour éclaircir ce point. En préambule, je crois utile de préciser qu’il est important de pouvoir discuter calmement et courtoisement de n’importe quel sujet, en argumentant, sans s’invectiver et en s’efforçant d’écouter l’interlocuteur, et que débattre librement est un privilège précieux de la démocratie. Privilège dont les dictatures sont privées et dont le (ou les) auteur(s) de l’article anonyme ne semblent pas vouloir non plus puisqu’ils ont refusé toutes les propositions de débat qui leur ont été faites…

Comme le rapporte Gilles Munier dans son livre “Les espions de l’or noir” (éditions Alphée, 2009), depuis le tout début du XXe siècle les grandes puissances s’activent secrètement au Moyen Orient pour y “défendre leurs intérêts”, comme on dit. Le pétrole y fait depuis longtemps tourner les têtes.

Le principal argument en faveur d’une domination par les États-Unis tient tout simplement dans le poids économique comparé des deux pays. Un pays à très haut niveau de vie comme les États-Unis, comptant 300 millions d’habitants, a des besoins d’approvisionnement en énergie, notamment, d’un tout autre ordre de grandeur que ceux d’un pays ne comptant que 7 millions d’habitants – Israël. La taille des États-Unis, leur niveau de vie, crée pour eux une nécessité impérieuse de rechercher dans le monde l’énergie, les ressources naturelles, les marchés, etc. nécessaires à leur maintien et à leur expansion. À expansion égale, les besoins d’Israël sont infiniment moindres, et ne sont d’ailleurs qu’une fraction de ceux de la France (65 millions d’habitants).

La nécessité de sécuriser leurs approvisionnements énergétiques revêt, pour les États-Unis, une acuité toute particulière à l’orée du Pic Pétrolier [16]. Or, nous y sommes : ce Pic est imminent. Survenu probablement en 2008 pour le pétrole conventionnel, selon les chiffres corrigés de l’AIE [17], il est attendu sans doute entre 2013 et 2016 pour tous liquides [18]. Franchir le Pic Pétrolier signifie le décrochement de l’offre par rapport à la demande, en d’autres termes qu’il n’y aura plus assez de pétrole pour tout le monde… Mauvaise nouvelle s’il en est ! Le choc risque d’être rude pour les économies des pays développés, notamment aux États-Unis où les besoins sont énormes et où les consommateurs sont habitués à des prix très bas. Nul doute que les États-Unis n’attribuent pas des budgets colossaux à leurs militaires pour des prunes…

Ces questions d’énergie ont fortement influencé la politique étrangère des États-Unis depuis le 11-Septembre, pour ne pas dire qu’elle l’ont dictée. Politique qui profite bel et bien aux États-Unis, pas à Israël : ce sont bien des bases militaires étasuniennes qui sont ouvertes dans les régions riches en pétrole. Ce sont bien des multinationales étasuniennes qui profitent des marchés et des contrats (Halliburton, Blackwater, Unocal, etc.). Les États-Unis ont un besoin crucial de ressources (pétrole, marchés, etc.), qu’Israël et les autres pays développés ont aussi mais pour des volumes moindres.

Sachant que les dépenses militaires des États-Unis représentent quasiment 50 % de celles du monde, si cet arsenal est au service d’Israël, comment penser que 50 % des budgets militaires mondiaux sont nécessaires pour protéger une nation représentant 0,1 % de la population ? Il est beaucoup plus raisonnable de penser que cet arsenal est bien au service des États-Unis.


Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a demandé en 2010 à l’ONU une enquête indépendante sur les événements du 11-Septembre [19], une enquête qu’il n’est pas le seul Chef d’État à souhaiter [20].

L’Iran, réserve de pétrole de l’Oncle Sam

L’Iran illustre de façon particulièrement éclatante la domination des États-Unis dans la région et le rôle de diversion d’Israël. Le discours ambiant décrit l’Iran comme une abominable dictature, dirigée par un fou haineux rêvant de détruire Israël. Or, en coulisses les dirigeants israéliens savent pertinemment que l’Iran, qui n’a attaqué personne depuis 40 ans, ne menace aucunement Israël, pays dont on rappellera simplement qu’il possède 300 têtes nucléaires. Certaines hautes personnalités israéliennes admettent d’ailleurs que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, n’a jamais appelé à “rayer Israël de la carte” [21], une fausse déclaration qui tourne en boucle et montre surtout que les journalistes ne vérifient pas assez leurs sources. Cette fausse déclaration n’est qu’un des épisodes d’une campagne de dénigrement lancée depuis des années contre l’Iran, campagne qui prépare une guerre et dont le grand journaliste Seymour Hersh révélait dès 2008 qu’elle bénéficiait de budgets colossaux de la part des États-Unis [22]. Budgets qui ont d’ailleurs augmenté sous Obama. Mais si l’Iran ne menace pas Israël, où est alors le problème ? Le problème, comme évoqué plus haut, est que le Pic Pétrolier contraint les États-Unis à l’action et que le sous-sol iranien est riche en pétrole. Les néo-conservateurs, souvent issus du monde du pétrole et parfaitement informés de la problématique du Pic Pétrolier, se cachent à peine de considérer le sous-sol iranien comme leur appartenant déjà [23], comme ils considéraient d’ailleurs dès 2001 que le pétrole irakien leur appartenait aussi (suivant les cartes détenues par Dick Cheney, rendues publiques par la suite). Nous le voyons, une guerre en Iran (dont nous souhaitons de toutes nos forces qu’elle n’ait pas lieu) ne servirait aucunement les intérêts d’Israël, au contraire car la région serait gravement déstabilisée, mais assurément ceux des États-Unis.

Mais (et c’est ici que les choses se compliquent) les grandes puissances font croire à leurs opinions publiques qu’il s’agit de protéger Israël, car il est évidemment plus noble de mener une guerre pour protéger des innocents que pour se livrer à un pillage…

L’ultime preuve que les États-Unis sont les maîtres du jeu est que ceux-ci, pour mener leurs différentes guerres, font appel à tour de rôle à leurs différents alliés : Grande-Bretagne, France, Qatar, etc. Pourquoi, sinon pour éviter d’apparaître trop souvent sur le devant de la scène et de passer pour l’éternel va-t-en-guerre ? En envoyant ses alliés, les États-Unis (dont les services secrets ne restent pas inactifs et qui fournissent toutes les armes nécessaires) font en sorte d’éviter de concentrer sur eux la colère de l’hémisphère sud.
Si les alliés sont sages, ils ont droit à une part du butin.

Un contre-argument habituel consiste à évoquer le lobby pro-israélien, lobby effectivement surpuissant aux États-Unis [24]. Mais ce lobby n’est pas pro-israélien puisque, d’une part, sa puissance est tout à fait disproportionnée par rapport aux besoins réels d’un petit pays de 7 millions d’âmes, et d’autre part dans la mesure où ce lobby, comme nous venons de le voir avec l’Iran, ne sert en réalité pas les intérêts d’Israël. Ce lobby devrait plutôt s’appeler le “lobby colonial”, ou lobby des compagnons d’armes des États-Unis.

Nous comprenons maintenant pourquoi le plan de paix à un État unique multi-confessionnel en Israël-Palestine, pourtant heurté au coin du bon sens, est si embarrassant : si Israël est une sorte de porte-avions américain, qui pense que les États-Unis donneront les clés d’un de leurs porte-avions ?

Falsification n° 15 : De soit-disant insultes antisémites

Sans doute pour se donner un peu de réalisme alors qu’il apparaît de plus en plus déconnecté des réalités, l’article anonyme me prête d’avoir lancé, en compagnie de militants du Parti Anti-Sioniste, des insultes à caractère antisémite. Ceci est une pure invention.

Ceci nous rappelle les détails croustillants, mais complètement inventés, que Tony Blair avait personnellement fait ajouter dans le rapport de ses services de renseignement sur les soit-disant armes de destruction massive irakiennes, afin de faire frémir d’horreur ses compatriotes et de les entraîner dans la guerre. Tony Blair avait notamment fait ajouter que l’Irak était capable de frapper la Grande-Bretagne en 45 minutes [25]. Rien ne vaut une petite image choc pour mieux jouer sur les émotions !

Falsification n° 16 : L’article de David Duke

Avec une constance méritoire, l’article anonyme tente encore de me relier à l’extrême-droite au motif d’avoir voulu relayer un article de David Duke, décrit par l’article anonyme comme d’extrême-droite. J’ignore qui est David Duke mais l’article en question était factuel et ne contenait aucun propos pernicieux. L’une de ses informations principales provenait notamment d’un journal israélien tout à fait sérieux, le Haaretz [26].

Il va de soi, cela dit, que nos efforts pour comprendre le plus précisément possible ces dramatiques attentats du 11-Septembre, ne signifient pas que nous épousons les positions politiques des auteurs et journalistes qui produisent sur le sujet. D’ailleurs, poussons le raisonnement jusqu’au bout : si Serge Ayoub pense que la Terre est ronde, dois-je penser que la Terre est plate pour avoir à tout prix une opinion différente ? L’article anonyme doit comprendre que ces attaques ad hominem ne mènent nulle part, en tout cas pas à la compréhension des attentats du 11-Septembre. Si encore l’article anonyme apportait la preuve d’une information faussée par la position politique de la personne qui la rapporte, nous conviendrions naturellement qu’il faille la corriger (comme n’importe quelle information fausse). Mais l’article anonyme n’apporte rien de tel.

… Et nous en avons terminé. 16 points d’attaque à mon encontre, tous faux.

Et surtout, que d’omissions ! Mes affinités se situent depuis toujours chez les pacifistes, les écologistes et la gauche (je suis membre d’ATTAC et j’ai été membre du Mouvement de la Paix), mouvements au sein desquels j’ai participé à d’innombrables actions, dont j’ai d’ailleurs rendu compte dans le même fil que celui dont l’article anonyme extrait ses informations… [27] Il serait intéressant de savoir au nom de quoi l’article anonyme ne retient que mes rares contacts avec l’extrême-droite !

Partie 2 : Décrédibiliser les porteurs d’informations embarrassantes


Nombre d’occurrences du nom de différentes personnalités de gauche et de droite sur le forum de ReOpen911. Comme chacun le constate, le forum incline à gauche.

ReOpen911, une association apolitique… qui penche à gauche

L’article anonyme ne visait pas seulement mon insignifiante personne mais également d’autres membres et sympathisants de l’association ReOpen911, toujours sur le même mode (accusation d’extrême-droite, d’antisémitisme, etc.). Des militants que je connais bien et qui, comme moi, sont tombés des nues en découvrant ces portraits complètement faux. Le tableau général qui en ressortait tendait évidemment à suggérer que l’association ReOpen911 était, plus ou moins, d’extrême-droite.

La réalité est à l’opposé : bien qu’apolitique par ses statuts [28], l’association ne peut nier une inclination à gauche, qui se traduit notamment par le fait qu’elle n’a jamais travaillé avec la droite, même modérée. La droite organise ses propres conférences, par exemple. Des sympathisants de droite modérée s’en sont parfois agacés, et à raison puisque l’association est censée être apolitique. Cette inclination à gauche est cependant regardée d’un bon oeil par le Conseil d’Administration, qui pense ainsi se prémunir contre d’éventuelles attaques calomnieuses…

De quel bord sont les “théories du complot” ?

Cette obsession qu’a l’article anonyme à voir l’extrême-droite partout (et surtout lorsque quelqu’un conteste la version officielle du 11-Septembre, on l’a compris), semble reposer sur l’idée selon laquelle une “théorie du complot” est forcément d’extrême-droite. Or, il n’en est rien :
– La théorie selon laquelle les banques privées s’entendent pour siphonner les finances publiques, est une théorie du complot de gauche.
– La théorie selon laquelle des laboratoires détiennent de merveilleuses technologies extraterrestres qui pourraient faire notre bonheur à tous, mais les gardent secrètes, est une théorie du complot apolitique (ni de gauche, ni de droite).
– La théorie selon laquelle des Musulmans radicaux se préparent à renverser la République et à instaurer la Charia, est une théorie du complot islamophobe.
– La théorie selon laquelle les forces de l’ordre introduisent des agents provocateurs dans les manifestations de gauche (respectivement, de droite) pour les faire dégénérer, est une théorie du complot de gauche (respectivement, de droite).
– Etc.
Les “théories du complot” peuvent donc relever de toutes sortes de courants : de gauche, de droite, anti-écologistes, etc.

Soulignons qu’au sens littéral, une théorie du complot n’est pas forcément fausse. L’expression est cependant souvent utilisée avec cette connotation négative, afin d’expédier la question. C’est pourquoi il est préférable d’utiliser des termes moins ambigus comme hypothèse, piste, etc.

Rappelons enfin que l’association ReOpen911 ne défend aucune théorie et acceptera les conclusions de la nouvelle enquête, dès lors que celle-ci sera menée de façon honnête et rigoureuse.

L’association ReOpen911 et le dialogue avec le public

L’association, en-dehors de fournir un énorme travail de sélection d’information (articles, vidéos, livres, etc.) à destination du public francophone, anime un débat au travers, notamment, de ses conférences et projections, partout en France et dans le monde francophone (Belgique, etc.). Autant d’occasions pour le public de nous rencontrer, de prendre la parole, de poser des questions, de contester nos arguments, etc.
Un aspect particulier de nos activités sont les expositions mobiles, installées en pleine rue, à Paris comme en province (des initiatives semblables ont d’ailleurs lieu aux États-Unis). Ces expositions répondent aux mêmes objectifs de dialogue avec le public, avec un volume de temps plus important.


Exposition mobile de ReOpen911 à Lyon en 2010.


Exposition mobile de ReOpen911 à Herblay, région parisienne, en 2010.


Exposition mobile de ReOpen911 à Paris en 2012.

Afin que le public puisse s’exprimer le plus librement possible et poser toutes les questions qu’il souhaite, nous avons exclu d’entrée de jeu tout matériel de sonorisation (micro, etc.). Nous voulons ainsi nous placer au même niveau que le public, public qui parfois en sait plus que nous sur tel ou tel aspect. L’un des intérêts de ces expositions est en effet de nous mettre parfois en présence de professionnels (pilotes de ligne, pilotes militaires, ingénieurs en bâtiment, experts en démolition contrôlée, etc.), dont les connaissances dépassent les nôtres. Bien que souvent, sur le 11-Septembre, ce soit l’inverse. Cela permet de consolider nos informations et, parfois, de corriger certains points de détail. De façon plus générale, nous nous efforçons de répondre le plus complètement possible aux questions du public et ne comptons pas notre temps.

Cette démarche n’est-elle pas démocratique ? Pourquoi les auteurs de l’article anonyme ne viennent-ils pas nous rencontrer à l’une de ces expositions (toutes les deux semaines sur Paris), faire valoir leurs arguments ? Ils pourront vérifier à cette occasion que ReOpen911 ne promeut aucune idéologie pernicieuse.


Militants de ReOpen911 à la Marche Mondiale pour la Paix, à Paris en 2009.

Le succès de l’association ReOpen911 dérange

Ne soyons pas naïfs : les calomnies de l’article anonyme arrivent à un moment où l’association ReOpen911 marque des points et gagne en audience (pas en crédibilité car celle-ci a toujours été haute). Le dixième anniversaire des attentats a vu, dans les grands médias (presse, mais aussi télévision), des avancées notables et réjouissantes [29]. Les journalistes ont moins peur de parler du 11-Septembre. La parole se libère petit-à-petit. Les français sont désormais 58 % à douter de la version officielle et 14 % savent qu’une troisième tour s’est effondrée au World Trade Center [30] : des résultats inespérés étant donné les moyens infiniment modestes de l’association !
Cela étant, du chemin reste à faire.

Depuis 5 ans, l’association a répondu à tous ses contradicteurs. Victorieuse sur le plan des arguments, irréprochable sur le plan éthique (l’association est pacifiste et droits-de-l’hommiste), consensuelle et modérée dans sa position (la demande d’une nouvelle enquête), l’association ReOpen911 dérange certains et en particulier, les partisans de la “guerre au terrorisme” (en réalité, guerre du pétrole). Quand toutes les attaques loyales ont échoué, que reste-t-il ?

Les efforts de l’article anonyme pour nous dénigrer montrent que nos adversaires sont à court d’arguments et que toutes les autres approches ont échoué. Il ne leur reste que les calomnies : nous compatissons !


Le journaliste français Thierry Meyssan anime une initiative mondiale pour la paix, la conférence Axis for Peace, à Bruxelles en 2005.

Un cas d’école : Thierry Meyssan

Restons dans le 11-Septembre et les campagnes de calomnies pour évoquer, comme promis, le cas de Thierry Meyssan. Cette affaire est à ce point restée dans les mémoires que l’on utilise parfois l’expression « être meyssanisé » pour signifier qu’une personne est la cible de calomnies particulièrement persistantes et virulentes. [31]

Thierry Meyssan est journaliste et militant. Dès les premiers jours suivant les attentats du 11-Septembre, et pendant des mois, il rassemble un solide dossier contredisant le discours officiel. Il publie en 2002 son fameux livre “L’effroyable imposture” (aujourd’hui réédité chez Demi-Lune [32]). Scandale. Politiquement de gauche (membre du Parti Radical de Gauche, PRG), secrétaire et co-fondateur du Comité national de vigilance contre l’extrême-droite (une association qui chapeautait toutes les associations anti-racistes de France), l’homme pense qu’il peut ouvrir le front de la contestation de la version officielle du 11-Septembre en France, sans encourir les sempiternelles campagnes de diffamation qui surviennent souvent en pareil cas, à l’encontre des porteurs d’informations embarrassantes (qu’ils soient témoins ou journalistes). Il se trompait. Les premières semaines, plusieurs télévisions l’invitent pour commenter les révélations de son livre. Sur les plateaux, Meyssan surclasse ses contradicteurs [33].

C’est précisément parce que rien ne semblait pouvoir l’arrêter que les partisans de l’impérialisme étasunien (conquête du monde par les États-Unis) lancent alors de violentes accusations. Toujours les mêmes : extrême-droite, antisémitisme… Aucun propos antisémite émanant de Meyssan n’est bien sûr invoqué, et pour cause, et ses adversaires doivent user d’allusions et d’insinuations, avec des expressions vagues comme par exemple parler de ses “thèses nauséabondes”, etc. Des arguments ad Hitlerum qui font référence à l’horreur de l’Holocauste sans jamais justifier ce rapprochement. Ces attaques furent bientôt suffisamment répétées pour que le message passe : Meyssan était devenu un odieux mangeur d’enfants Juifs, et il devint bientôt impossible de l’inviter. Il était réduit au silence.
Thierry Meyssan vit aujourd’hui en exil.

L’article anonyme ne tente rien d’autre aujourd’hui que de rééditer contre l’association ReOpen911, l’opération réussie à l’époque contre Thierry Meyssan. Comme nous l’avons démontré, l’article anonyme attaque des personnalités, sites Internet, mouvements, etc. qui, comme Thierry Meyssan, contestent la version officielle du 11-Septembre ou relaient cette contestation. La liste continue d’ailleurs à s’allonger puisque récemment, l’élu et militant d’extrême-gauche René Balme, qui a lui aussi relayé sur son site Internet la contestation de la version officielle du 11-Septembre, vient à son tour de subir un lynchage médiatique [34]. La pression fut si forte qu’il dut fermer son site [35] – ce qui était le but recherché. Noter que le journaliste Pascal Riché, qui participa à cette chasse aux sorcières, est membre de la Fondation Franco-Américaine [36] et par ailleurs fondateur du site Rue89, qui publia par le passé un piteux dossier censé répondre aux arguments de ReOpen911 [37].

Alors que couper ou attaquer nos sites Internet serait une manoeuvre trop évidente, diaboliser est plus subtil. Le but de la diabolisation est de déclencher un réflexe de fuite chez le public de façon à ce que celui-ci n’accède plus à nos informations. Quelques dizaines d’années plus tôt, Thierry Meyssan aurait peut-être été assassiné. Aujourd’hui, mieux vaut le diaboliser :
1. Le résultat est le même puisque quasiment plus aucun journaliste n’invite Meyssan.
2. Mais Meyssan devient également un repoussoir, afin de décourager d’autres personnes de s’intéresser au 11-Septembre.

Là où un assassinat ne dissuade que les intellectuels qui seraient éventuellement tentés par la succession, la diabolisation s’adresse au public, qui grâce à Internet est désormais capable de rechercher l’information par lui-même. La diabolisation indique au public que c’est aussi mal de contester la version officielle du 11-Septembre que de contester l’Holocauste. Sans que jamais de lien entre ces deux sujets fort éloignés ne soit établi, bien entendu. On indique au public que s’il tombe sur une page qui conteste le récit officiel du 11-Septembre, mieux vaut la refermer tout de suite, sans l’avoir lue.

C’était bien essayé mais, hélas, les falsifications que cela impliquait concernant Meyssan étaient si grossières que le mensonge a depuis largement éclaté, contribuant à décrédibiliser des médias dont nous aurions pourtant grand besoin par ailleurs – pour nous expliquer le Pic Pétrolier, par exemple. Ah, non : si les médias nous parlaient du Pic Pétrolier, l’opinion ne risquerait-elle pas de comprendre que les guerres sont pour le pétrole ?

La liste s’allonge : Hubert Marty-Vrayance

Thierry Meyssan ne chuta pas seul. Hubert Marty-Vrayance, également victime de l’Inquisition, fut chassé des Renseignements Généraux pour avoir évoqué avec Meyssan ses doutes sur la version officielle du 11-Septembre (sic). Un épisode que l’intéressé relate en détail dans le livre cité plus haut.

Restons dans les campagnes de calomnies en abordant un second cas exemplaire : Dieudonné. Cela nous éloignera un peu du 11-Septembre, mais rien qu’un peu.


“Égalité zéro, Enquête sur le procès médiatique de Dieudonné”, par Olivier Mukuna (éditions Blanche, 2005).
Ou comment réduire un grand humoriste au silence.

Un second cas d’école : Dieudonné

Tout commença par un sketch à la télévision, sketch où Dieudonné caricaturait un colon israélien extrémiste. Après ce sketch, les partisans d’Israël décidèrent que c’en était trop et d’avoir la tête de Dieudonné, humoriste doué, pro-palestinien et qui risquait peut-être, un jour et à l’instar d’un Coluche, de lever un véritable mouvement en faveur de la paix en Israël-Palestine. La campagne contre Dieudonné prit la forme (pour ne pas changer) d’une pluie d’accusations pour antisémitisme, d’une parfaite mauvaise foi et basées sur des citations tronquées, déformées, etc. L’ensemble s’accompagnait, comme tout harcèlement qui se respecte, d’un train de plaintes en Justice. Ces plaintes se retournaient cependant contre les assaillants puisque l’intéressé gagnait (quasiment) à tous les coups.

Mais l’important n’était pas là. La densité des attaques (31 actions en Justice) n’était pas sans rappeler la technique utilisée par la banque internationale de compensation Clearstream à l’encontre de Denis Robert, journaliste qui dans un fameux livre intitulé “Révélation$” (avec un beau dollar à la fin), avait révélé l’existence de circuits occultes dans ladite banque, de la bouche même de celui qui avait conçu le système (aux Arènes ; ce livre est aujourd’hui réédité). Denis Robert recevait parfois la visite d’un huissier par semaine… Clearstream perdait invariablement ses procès mais l’essentiel était de fatiguer Denis Robert, d’occuper son temps et de l’atteindre au porte-monnaie (ses frais de Justice). La technique paya : dans un article coup de tonnerre, Denis Robert annonça, de guerre lasse, qu’il renonçait à tout jamais à parler de l’affaire Clearstream [38]. La victoire intellectuelle restait cependant acquise à Denis Robert, dont le travail journalistique fut qualifié par la Justice, dans son ultime décision, de parfaitement honnête.

De citation tronquée en citation déformée, la campagne de diffamation contre Dieudonné allait bon train, tout en exigeant cependant une certaine complicité ou paresse journalistique, comme nous allons le voir. Tantôt la phrase « Les Juifs, ça n’existe pas » était extraite de son contexte pour la faire passer pour antisémite, alors que ledit contexte n’avait aucune ambiguïté et que l’ensemble exprimait le fait que tous les hommes étaient égaux.
Tantôt on ajoutait des mots, comme lorsque Dieudonné avait dépeint des militants pro-israéliens qui avaient fait irruption dans son spectacle et l’injuriaient, par ces mots : « Ce sont des négriers reconvertis dans l’action terroriste ». Les adversaires de Dieudonné modifièrent la phrase, qui devint : « Les Juifs, ce sont… ». Et ainsi de suite. Quoi que dise Dieudonné, il y avait toujours quelqu’un pour lui faire dire autre chose.

Le sommet de la malhonnêteté fut atteint lors de l’affaire de la “pornographie mémorielle”, une manipulation montée par le site pro-israélien proche-orient.info. Le journaliste Belge Olivier Mukuna narre toute l’affaire dans son livre “Égalité zéro” (en illustration ci-dessus, page 49 et suivantes). En déplacement en Algérie, Dieudonné emploie au cours d’une interview l’expression de « pornographie mémorielle » pour qualifier l’exploitation de la mémoire de l’Holocauste. L’exploitation. Or, le site proche-orient.info, tout benoîtement, va supprimer “l’exploitation” et attribuer à Dieudonné d’avoir qualifié l’Holocauste de pornographie mémorielle. Poussant dès lors des hauts cris (parfaitement feints), le site alerte les médias français. L’AFP, qui normalement vérifie les informations, tend un piège à Dieudonné et lui demande de confirmer… qu’il a bien utilisé l’expression de “pornographie mémorielle”. Dieudonné acquiesce et le piège se referme : le scandale éclate dans les médias français, en l’absence de l’intéressé, toujours en Algérie. Le MRAP, SOS Racisme, l’UMP, le PS, Europe 1, Le Monde, Le Figaro, etc. tempêtent contre des propos… que Dieudonné n’a pas tenus. Personne ne vérifie l’information à la source ! Et malgré les antériorités, personne ne soupçonne l’embrouille ! Quand l’AFP publie enfin la dépêche corrective, 24 heures plus tard, c’est trop tard : la machine est emballée et ne s’arrêtera plus.
Et en effet : de quoi auraient eu l’air tous ces gens si la déclaration de Dieudonné avait été corrigée ?

Banni des médias, Dieudonné continue de rencontrer un succès public à toute épreuve. Une étape supplémentaire fut franchie pour tenter de mettre fin à cette insolence. À Liège le 9 mai 2012, une représentation fut interrompue par la police au prétexte d’antisémitisme. 200 CRS (sic) arrivèrent sur place pour créer un trouble à l’ordre public qui serait ensuite imputé à Dieudonné. Hélas, le public ne répondit pas à la provocation et aucune plainte ne fut enregistrée contre Dieudonné. On ne sut jamais ce que les autorités reprochaient au spectacle. [39]

Cet épisode faisait suite à une tentative de la même municipalité de Liège, un an plus tôt, de faire interdire le précédent spectacle. L’interdiction avait été cassée. Encore des accusations sans fondement…

Comme nous l’avons constaté, un point commun à plusieurs des personnes diabolisées (Thierry Meyssan, Dieudonné, Jean-Pierre Petit, Hubert Marty-Vrayance, Alexis Kropotkine, etc.) est de s’être intéressés aux attentats du 11-Septembre et d’avoir contesté le récit officiel. Attentats autour desquels flotte pourtant une indéniable odeur de mensonge d’État et de pétrole. Il est tellement plus facile d’attaquer en meute un seul homme, que d’enquêter…

Partie 3 : Où l’adversaire se dévoile


Chômeurs en Allemagne en 1932. Depuis 1930, une violente crise économique frappe le pays, poussant le chômage vers des sommets.

Le lit de l’extrême-droite, c’est la crise économique

L’aspect le plus étrange dans la démarche de l’article anonyme est de se prétendre « anti-fasciste », et de s’en prendre à ReOpen911 et/ou à différents mouvements. La focalisation sur des personnalités et mouvements jugés d’extrême-droite (nous l’avons vu, en réalité souvent à gauche ou très à gauche, mais peu importe pour le raisonnement qui suit) laisse à penser que les auteurs de l’article anonyme entendent contrer l’extrême-droite en l’attaquant (ou plus précisément, en l’insultant, puisque l’article anonyme n’apporte strictement aucun argument de fond, et comment le pourrait-il d’ailleurs puisque la plupart des personnes visées sont de gauche !). Cette approche laisse entendre que l’extrême-droite a de bons arguments, sait se montrer persuasive et risquerait, si l’on n’y faisait rien, d’entraîner les démocraties dans des régimes totalitaires, le public se laissant berner par ses arguments simplistes, populistes, flattant les bas instincts, etc.
Rien n’est plus faux.

La démocratie se tourne vers les extrêmes non pas séduite par leurs discours, mais lorsque les partis modérés échouent, lorsque la crise est si profonde que l’opinion publique ne peut plus décemment reconduire les partis modérés et se dit qu’après tout, “ça ne peut pas être pire” avec les extrêmes.

Pourquoi les deux extrêmes (gauche et droite) ont-elles atteint des sommets lors des élections en Grèce en 2012 ? À cause de la crise économique. [40] Pourquoi les Allemands ont-ils amené Hitler au pouvoir en 1933 ? À cause de la crise économique…

Pas à cause de la rhétorique antisémite d’Hitler ! Comme le rapporte l’historien britannique Ian Kershaw, spécialiste de la seconde guerre mondiale, dans son ouvrage majeur “L’opinion allemande sous le nazisme” (éditions du CNRS, 2010), les Allemands sont venus à l’antisémitisme par le nazisme, et non l’inverse.

Durant les années 20 en Allemagne, l’économie était sur une phase ascendante, grâce à une bulle de crédits d’ailleurs, et le parti nazi (NSDAP) ne pesait rien. Personne n’écoutait Hitler. Mais cette bulle de crédits portait les ferments des événements qui allaient suivre puisque, en 1929, la crise boursière que l’on sait éclata aux États-Unis, entraînant en 1930 l’éclatement de la bulle allemande. Les conséquences furent dramatiques et des millions d’Allemands se retrouvèrent à la rue. C’est là, et seulement là, que l’opinion publique se tourna vers l’extrême-droite (l’extrême-gauche étant déjà haute), extrême-droite qui en fin de compte prit l’avantage mais seulement en 1933, l’extrême-gauche ayant mené course en tête jusque-là. Hitler s’empressa d’ailleurs de jeter les communistes et les syndicalistes dans le premier camp, celui de Dachau, en 1933.

Cet épisode traumatisa à ce point les Allemands qu’il explique, encore aujourd’hui, l’intransigeance Allemande quant au fait de laisser filer l’inflation, et pourquoi l’Allemagne n’accepta d’entrer dans l’euro qu’à la condition que le contrôle de l’inflation soit inscrit dans le marbre de la banque centrale européenne. Par comparaison, la banque centrale étasunienne a un double objectif, le contrôle de l’inflation ET l’emploi.


La fulgurante montée d’Hitler, nourrie par la crise économique et le chômage. [41]
Le pays est en route vers l’enfer !

Par conséquent, nous voyons bien que la meilleure protection contre l’avènement d’une dictature, de droite comme de gauche, consiste en une bonne politique économique, réduisant les injustices et préparant l’avenir. Lutter contre les extrémismes, c’est lutter contre tout ce qui les nourrit : le chômage, la précarité, le phénomène des travailleurs pauvres, les disparités, etc. C’est pousser les partis modérés à une gestion honnête et transparente des affaires du pays. C’est être vigilant et dénoncer les erreurs afin qu’elles ne se reproduisent pas (crises, bulles, etc.). Lutter contre les extrêmes, c’est se mobiliser sur l’économie et le social !

L’association altermondialiste ATTAC [42] ne fait pas autre chose. Cette association produit d’un côté des analyses économiques, dénonçant les excès du libéralisme et émanant de son Conseil Scientifique. D’un autre côté, elle organise ou participe à différents événements (conférences, universités, manifestations, etc.), afin de toucher le grand public et d’oeuvrer à l’éducation populaire. Une association dont je suis membre depuis 2003.
La justice sociale, voilà la plus sûre façon d’éloigner les dictatures, ET aussi d’écouter les écologistes car la situation de 1932 n’est pas celle de 2012, et la problématique du Pic Pétrolier est pour nous…

La politique anti-Juive d’Hitler fut une diversion au sens où le malheur des Allemands ne provenait pas des Juifs (mais d’une mauvaise gestion économique, on l’a compris). La politique anti-Juive des nazis relevait de la désignation d’un bouc-émissaire. Or, si l’antisémitisme est donc, dans ce cadre, une diversion, que dire de l’anti-fascisme primaire tel que le pratique l’article anonyme ?

Nous voyons ici que la démarche des auteurs de l’article anonyme n’a rien à voir avec la lutte contre les extrêmes – à supposer que l’honorable lecteur ait eu encore des doutes à ce stade. Cependant, une preuve supplémentaire apparut ensuite puisque l’article visant ReOpen911 fut suivi par d’autres, dévoilant progressivement une ligne idéologique.


Qui a peur des pacifistes ?

Bellicisme et libéralisme

D’autres articles anonymes parurent sur le même site, attaquant, toujours sur le même mode, d’autres mouvements et personnalités parmi lesquels des intellectuels aussi respectés et irréprochables que Michel Collon et Jean Bricmont, le mouvement des Indignés, etc. Ce faisant, ces articles trahissaient petit-à-petit leur idéologie. Car si une “erreur” pouvait à la limite s’envisager concernant le premier article sur ReOpen911 (avec beaucoup d’efforts…), la répétition du même schéma ôtait progressivement les doutes. Or, donc, lorsque l’on place côte-à-côte les personnes et mouvements que ces articles anonymes successifs ont tenté de dénigrer, et qu’on y juxtapose leurs principales positions, un curieux phénomène apparaît :

ReOpen911 : pacifiste, réouverture de l’enquête sur le 11-Septembre.
– Michel Collon : pacifiste, extrême-gauche.
– Viktor Dedaj : pacifiste, extrême-gauche.
– René Balme : pacifiste, extrême-gauche.
– Jean Bricmont : pacifiste, de gauche.
– Étienne Chouard : démocratie, de gauche, réformer l’Europe.
– François Asselineau : démocratie, de gauche, sortir de l’Europe. (*)
– Les Indignés : démocratie, plutôt à gauche.

((*) Asselineau est à gauche sur le plan économique ; il préconise par exemple la re-nationalisation d’EDF. Il rassemble cependant autant à gauche qu’à droite, sur le thème de la sortie de l’Europe)

Les pacifistes et la gauche ! Voilà la cible ! L’idéologie qui anime les auteurs des articles anonymes était enfin dévoilée : leur contraire, à savoir le bellicisme et le libéralisme. Mais les événements allaient bientôt le confirmer.

Menaces et intimidations

Dans le sillage des articles anonymes (très peu repris sur Internet, d’ailleurs, même par les sites les moins exigeants), s’anima une petite troupe de militants, souvent très jeunes et qui, chauffés à blanc, tentèrent différentes actions “coup de poing” fort incongrues en démocratie. La première victime de ces basses manoeuvres fut François Asselineau, dont une conférence à Lyon fut annulée du fait du « climat de violence » créé par ces calomnies. [43]

Le suivant fut Michel Collon, dont une conférence était programmée à Paris en novembre 2011. Un mystérieux groupuscule dénommé “Missak et Mélinéea” surgit du néant et inonda la CGT, qui hébergeait la conférence, de messages de menaces. La CGT céda [44]. Le groupuscule ne cacha pas sa joie (… d’avoir attenté à la liberté d’expression et de réunion, sans doute).

Plus tard, ces jeunes embrigadés, toujours chauffés à blanc par les calomnies anonymes, firent irruption dans une conférence donnée à Paris par Jean Bricmont, le 31 mars 2012. Ces jeunes ne prirent pas le micro, ne donnèrent aucune explication ni argument, et tentèrent de s’en prendre physiquement à Jean Bricmont. Arrêtés avant d’atteindre l’estrade, ils furent évacués par la police. [45]

Auparavant, le premier article anonyme (celui contre ReOpen911) avait pris soin de donner mon lieu de résidence, après m’avoir dépeint à peu près comme le plus grand fasciste que la Terre ait jamais porté. Un message subliminal particulièrement limpide à l’intention des jeunes embrigadés ci-dessus qui, s’ils veulent faire une bonne action, ont compris qu’ils peuvent venir m’attendre à la porte de chez moi armés des « manches de pioche » gentiment évoqués dans les menaces lancées à Viktor Dedaj [46].

Cependant, la riposte s’organisait et des plaintes en Justice furent déposées [47] (43), dont l’une déboucha sur la fermeture du site calomniateur [48]. Celui-ci ré-ouvrit cependant ailleurs et continue de publier, toujours sous anonymat.

Mais qui se cachait donc derrière ces articles anonymes ?


Le site Indymedia Paris, autrefois alternatif, est désormais aux mains d’un groupuscule néo-conservateur.

Ornella Guyet, agent de l’ombre

La réponse vint en deux temps. Parallèlement aux articles étaient lancées des attaques similaires contre le site d’information Le Grand Soir [49] et l’UPR (le mouvement politique de François Asselineau), mais émanant du site Internet (autrefois) alternatif Indymedia Paris [50] et d’une mystérieuse journaliste, Marie-Anne Boutoleau. Or, une enquête de l’UPR établit que Marie-Anne Boutoleau était le pseudonyme d’une journaliste dénommée Ornella Guyet, laquelle était par ailleurs devenue administratrice du site Indymedia Paris. (43) Le virage idéologique à 180° d’Indymedia Paris n’échappa d’ailleurs pas aux autres Indymedia [51], et notamment à Nantes [52]. L’UPR révéla aussi qu’Ornella Guyet était liée aux milieux républicains étasuniens (droite étasunienne) et que les sites Indymedia étaient financés en partie par des fonds étasuniens.

Indymedia Paris était justement l’un des rares sites qui reprenaient les articles anonymes dont nous parlons. Ils partageaient les mêmes “cibles”. Et Indymedia Paris lui-même publiait des articles dont le style ressemblait à s’y méprendre au style inimitable des articles anonymes, articles où par exemple les termes de « fasciste » et de « confusionnisme » reviennent sans cesse. Mêmes cibles, même vocabulaire, mêmes procédés… Comment ne pas voir derrière toutes ces initiatives une seule et même personne souhaitant donner l’illusion d’une pluralité ? De toute évidence, et à moins d’une soeur jumelle, Ornella Guyet était à l’origine de toutes ces attaques, tantôt sous le pseudonyme de Marie-Anne Boutoleau, tantôt sous anonymat, tantôt (mais plus rarement) sous son vrai nom.
Elle semble cependant aidée d’un collègue [53].

En attendant que l’identité du (ou des) auteur(s) des articles anonymes soit révélée, nous garderons cette hypothèse.

Ornella Guyet, acceptez un débat !

Pour lever le doute, et aussi parce que cela devrait être, en démocratie, la chose la plus simple à organiser, nous lançons un défi à Ornella Guyet : acceptez un débat public, face caméra et sans coupure, avec l’une des personnes qui vous l’ont proposé : Michel Collon (44), Charles Aissani et François Belliot (la liste peut probablement s’allonger). Ornella Guyet, vous serez mise au défi de maintenir vos accusations à l’encontre de ces différentes personnes. Vous serez mise au défi, également, de présenter vos arguments sur le 11-Septembre, par exemple en vous confrontant à Charles Aissani et François Belliot, sympathisants de ReOpen911 et fins connaisseurs du dossier. Ceci comblera un grand vide puisque actuellement, vous n’avez jamais donné votre opinion ni sur le 11-Septembre, ni sur les autres thèmes dont s’occupent les personnes que vous dénigrez. Nous ne vous avons jamais entendue sur le fond. Ornella Guyet, serez-vous capable de débattre ?

Yves Ducourneau
iceberg911.net, 13 juillet 2012.


Principaux articles sur l’affaire Ornella Guyet :

• “En réponse à Article 11”, par Dazibaoueb, le 30 mars 2011.
http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=22026&rech=40829

• “Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter”, par Le Grand Soir (Viktor Dedaj), le 16 avril 2011.
http://www.legrandsoir.info/analyse-de-la-culture-du-mensonge-et-de-la-manipulation-a-la-marie-anne-boutoleau-ornella-guyet-sur-un-site-alter.html#reactions

• “"L’antifasciste" Boutoleau et la très américanophile "Professor" Ornella Guyet”, par l’UPR (François Asselineau), le 14 juin 2011.
http://www.u-p-r.fr/actualite/upr/qui-veut-nuire-a-lupr-dr-jekyll-mrs-hyde-lantifasciste-boutoleau-et-la-tres-americanophile-professor-guyet

• “Les honteux stratagèmes d’une manipulatrice démasqués”, par Silvia Cattori, le 27 juin 2011.
http://www.silviacattori.net/article1693.html

• “Lettre à une journaliste”, par Jean Bricmont, le 21 février 2012.
http://www.legrandsoir.info/lettre-a-une-journaliste.html



[2Auquel nous ne ferons aucune publicité !

[3“Guerre civile de 1947-1948 en Palestine mandataire”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_civile_de_1947-1948_en_Palestine_mandataire

[4“Guerre israélo-arabe de 1948-1949”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%E8re_Guerre_isra%E9lo-arabe

[5“Guerre des Six Jours”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Six_Jours

[6“Première Intifada”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%E8re_Intifada

[7“Seconde Intifada”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Seconde_Intifada

[8“11 Septembre : le citoyen face aux experts”, par Yves Ducourneau, le 10 décembre 2008 ; original sur ce site.
http://www.voxnr.com/cc/tribune_libre/EkkllAZVFAZNZzDKRQ.shtml

[17“Nouvelles du pic pétrolier !” par Benoît Thévard, le 24 février 2012.
http://www.avenir-sans-petrole.org/article-nouvelles-du-pic-petrolier-100044711.html

[18“Conférence ASPO 2012 (1ère partie) : la crise pétrolière est toujours imminente” par Benoît Thévard, le 7 juin 2012.
http://www.avenir-sans-petrole.org/article-conference-aspo-2012-1ere-partie-la-crise-est-toujours-imminente-106564250.html

[19“Discours de Mahmoud Ahmadinejad à la 65ème Assemblée générale de l’ONU”, par Réseau Voltaire, le 23 septembre 2010.
http://www.voltairenet.org/Discours-de-Mahmoud-Ahmadinejad-a,167062

[20“Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi avait appelé à une nouvelle enquête sur le 11-Septembre”, par ReOpen911 News, le 27 juin 2012.
http://www.reopen911.info/News/2012/06/27/le-nouveau-president-egyptien-appelle-a-une-enquete-sur-le-11-septembre/

[21“Meridor : Iran never called to wipe out Israel”, par Dudi Cohen, le 17 avril 2012.
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4216986,00.html

[22“L’administration Bush intensifie ses manœuvres secrètes contre l’Iran”, par Seymour Hersh, le 30 juin 2008, The New Yorker.
http://questionscritiques.free.fr/dossiers/Seymour_Hersh/Iran_Etats-Unis_Cheney_guerre_300608.htm

[23“PNAC : "Reconstruire les défenses de l’Amérique" traduit par ReOpen911”, par ReOpen911, le 6 juin 2008.
http://www.reopen911.info/11-septembre/reconstruire-les-defenses-de-lamerique-traduit-par-reopen911/

Ce texte est suffisamment cynique pour mériter quelques extraits. Le PNAC, un groupe de réflexion néo-conservateur, écrit dans ce document que « À long terme, l’Iran pourrait s’avérer une menace aussi grave pour les intérêts américains dans le Golfe que l’a été l’Iraq. Et même si les relations entre les États-Unis et l’Iran venaient à s’améliorer, conserver des forces pré-positionnées dans la région resterait un élément essentiel de la stratégie américaine compte tenu des intérêts à long terme des États-Unis dans la région. » (page 17)

Les intérêts, pas la sécurité.
Mais en quoi l’Iran menace-t-il donc ces intérêts ? Et bien, toujours selon le document, « d’après la CIA, nombre de régimes profondément hostiles à l’Amérique – Corée du Nord, Iraq, Iran, Libye et Syrie – « possèdent déjà ou sont en train de mettre au point des missiles balistiques » susceptibles de menacer les alliés des États-Unis et les forces américaines déployées outre-mer. » (page 52).

Diable, l’Iran serait alors capable de protéger son pétrole !

[24“Le lobby israélien”, par John Mearsheimer et Stephen Walt, le 20 mars 2006.
http://www.ism-france.org/analyses/Le-Lobby-Israelien-article-4470

[25“La terreur fabriquée made in USA”, par Webster G. Tarpley, 2006, éditions Demi-Lune, page 40.
http://www.editionsdemilune.com/laterreurfabriquemadeinusa-p-6.html

[26“11-Septembre : le grand bluff ?”, par Sacha Sher, 2006, page 157.
http://www.iceberg911.net/le-grand-bluff-sacha-sher.pdf

[27“[PARIS] et sa région”, forum de ReOpen911.
http://forum.reopen911.info/t5752-paris-et-sa-region.html

[28Règlement intérieur de l’association ReOpen911, le 7 mai 2011, pages 4 et 5.
http://www.reopen911.info/asso/Reglement-Interieur-ReOpen911.pdf

[29“Les 10 ans du 11-Septembre : est-ce la fin de la censure dans les médias français ?”, par ReOpen911 News, le 2 novembre 2011.
http://www.reopen911.info/News/2011/11/02/les-10-ans-du-11-septembre-est-ce-la-fin-de-la-censure-dans-les-medias-francais/

[30“Sondage H.E.C. pour ReOpen911 : 58% des Français doutent de la version officielle des attentats du 11-Septembre”, par ReOpen911, le 8 septembre 2011.
http://www.reopen911.info/11-septembre/sondage-h-e-c-pour-reopen911-les-francais-et-le-11-9-11-questions-sur-le-11-septembre/

[31“Thierry Meyssan : un journaliste d’investigation compétent, intègre et scandaleusement ostracisé", par Silvia Cattori, le 7 décembre 2007.
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=7580

[32“L’Effroyable Imposture” suivi de “Le Pentagate”, par Thierry Meyssan, 2007, éditions Demi-Lune.
http://www.editionsdemilune.com/leffroyable-imposture-suivi-de-le-pentagate-p-12.html

[33Émission “C dans l’air”, par Yves Calvi, le 21 mars 2002, France 5.
http://www.dailymotion.com/video/x78liw_thierry-meyssan-c-dans-l-air-1-3_news

[34“Réponses du maire de Grigny René Balme et du site Oulala.net à la « chasse aux conspis » lancée par Rue89”, le 4 juin 2012.
http://www.reopen911.info/News/2012/06/04/reponses-du-maire-de-grigny-rene-balme-et-du-site-oulala-net-a-la-chasse-au-conspis-lancee-par-rue89/

[35“Epitaphe”, par la Rédaction d’Oulala.net, le 24 juin 2012 (copie ici).
http://www.oulala.net/Fin/

[36“Pascal Riché”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Rich%E9

[37“Rue89 échoue à l’examen du 11 Septembre !”, par ReOpen911, le 5 février 2009.
http://www.reopen911.info/11-septembre/rue89-echoue-l-examen-du-11-septembre/

[38“Affaire Clearstream : "Je jette l’éponge"”, par Denis Robert, le 11 juin 2008.
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/affaire-clearstream-je-jette-l-40931

[39“Conférence de presse de Dieudonné le 25/05/2012 au Théâtre de la Main d’Or”.
http://themouseland.over-blog.org/article-conference-de-presse-de-dieudonne-25-05-2012-au-theatre-de-la-main-d-or-105927388.html

[40“Désinstallation de la démocratie en Grèce”, par Olivier Berruyer, le 8 mai 2012.
http://www.les-crises.fr/desinstallation-democratie/

[41“Adolf Hitler”, Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Adolf_Hitler

[43“"L’antifasciste" Boutoleau et la très américanophile "Professor" Ornella Guyet”, par l’UPR, le 14 juin 2011.
http://www.u-p-r.fr/actualite/upr/qui-veut-nuire-a-lupr-dr-jekyll-mrs-hyde-lantifasciste-boutoleau-et-la-tres-americanophile-professor-guyet

[44“Calomniateurs d’Indymédia Paris et Cie, je vous propose un débat public !”, par Michel Collon, le 15 novembre 2011.
http://www.michelcollon.info/Calomniateurs-d-Indymedia-Paris-et.html

[45“Compte-rendu de la conférence Collon / Bricmont”, par Yves Ducourneau, le 1er avril 2012.
http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=1639

[46“Retour sur une offensive téléguidée contre Le Grand Soir”, par Le Grand Soir, le 14 mai 2011.
http://www.legrandsoir.info/Retour-sur-une-offensive-teleguidee-contre-Le-Grand-Soir.html

[47“Communiqué de Vincent Vauclin : Dépôt de plainte pour injure publique”, par Vincent Vauclin, le 15 septembre 2011.
http://la-dissidence.org/2011/09/15/communique-de-vincent-vauclin-depot-de-plainte-pour-injure-publique/

[48“"Oui, Viktor Dedaj du Grand Soir est un antisémite !" (Ornella Guyet & Co toujours en mode mensonge & diffamation)”, par Viktor Dedaj, le 13 mars 2012, commentaire de Maxime Vivas à 9h16.
http://www.legrandsoir.info/oui-viktor-dedaj-du-grand-soir-est-un-antisemite-ornella-guyet-co-toujours-en-mode-mensonge-diffamation.html

[51“Le maccartysme nouveau est arrivé…”, anonyme, le 14 novembre 2011.
http://www.legrandsoir.info/le-maccartysme-nouveau-est-arrive.html

[52“Les Sionistes d’Indymedia Paris on coulé leur propre site”, par Indymedia Nantes, le 8 avril 2011.
http://www.nantes.indymedia.org/article/23455

[53Émission du 18 octobre 2011, radio Sons en lutte.
http://sonsenluttes.net/spip.php?article355&fb_source=message