écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Juif agressé - Affaire "RER D" Bis
Manuel Valls et la fable du "nouvel antisémitisme"

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, invité sur la radio communautariste juive, Radio J, a lancé une violente charge contre les Français de confession musulmane sans véritablement les nommer.

10 juillet 2012


Manuel Walls avec ses amis du Conseil Représentatif des Institutions juives de France

Le ministre est allé jusqu’à affirmer sans sourciller qu’il existerait dans les banlieues françaises un « antisémitisme nouveau », et que les habitants de ces quartiers « considèrent le juif comme l’ennemi ». La direction nationale du Parti Socialiste n’a pas jugé bon de dénoncer ces propos scandaleux qui portent pourtant atteinte à l’image et à l’honneur de la communauté musulmane dans son ensemble.

Les Français de confession musulmane qui se sont sentis agressés par les propos du ministre regrettent aujourd’hui amèrement le soutien massif apporté au candidat socialiste François Hollande à l’occasion de l’élection présidentielle. Beaucoup d’entre eux assurent avoir été abusés.

Par ailleurs, on apprend aujourd’hui dans le journal Midi Libre que les deux présumés agresseurs du train Toulouse-Lyon, qualifiés « d’antisémites » par Manuel Valls ainsi que par les médias avant même le début de l’enquête judiciaire, contestent totalement le caractère antisémite de cette rixe.

Dans son récit, Yassine, un des jeunes hommes interpellés explique en être venu aux mains parce que le jeune juif, âgé de 15 ans, parlait « constamment dans son téléphone ». Il lui aurait alors demandé d’aller communiquer « dehors ». Après s’être toisés du regard, les deux jeunes hommes auraient réglé le différend sur une plate-forme qui sépare deux wagons. « Il m’envoie un coup de tête, je lui envoie une droite, il se jette sur moi au niveau de la ceinture », témoigne Yassine au Midi Libre. Les deux garçons se seraient alors retrouvés par terre. C’est à ce moment, selon la version livrée par Yassine, que son « collègue » intervient pour les « séparer ». « Ça a duré 40 secondes » , assure-t-il.

Mis en examen samedi pour violences aggravées, tout comme son ami, Yassine regrette les « proportions » prises par cette affaire qui rappelle étrangement l’affaire dite du RER D [1] « Moi, je sais que je n’ai rien dit » , affirme-t-il. « Ce qui m’énerve dans cette société d’aujourd’hui, c’est que deux Français qui se battent, c’est 24 heures de garde à vue, deux Arabes qui se battent, c’est 24 heures de garde à vue. Mais si c’est un Arabe et un Juif qui se battent, tu peux prendre dix ans ».

France-multiculturelle - 10 juillet 2012



[1Une femme a fait croire en 2004 à une agression antisémite dont elle aurait été victime dans le RER. Le CRIF et autres personnnalités juives avaient tout de suite mis l’accent sur le danger de « la menace antisémite ». La femme, avouera ensuite avoir inventé cette histoire.