écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU déclare que les Palestiniens sont des "animaux"
Israël ne respecte pas les vivants. Il pourrait au moins respecter les morts

Où sont les défenseurs des Droits de l’homme et les organisations antiracistes généralement prompts à accuser les honnêtes gens qui mettent en évidence les abus d’Israël "d’antisémitisme" ? Pourquoi ne les entend-t-on pas dire "stop à la barbarie", laissant ainsi toute latitude à Israël pour continuer à exécuter ses basses œuvres en toute impunité ? Pourquoi, quand il s’agit d’Israël, ils n’exhortent pas le Conseil des Droits de l’Homme et le Conseil de sécurité de condamner ses crimes ?

25 août 2003 | - : Gaza Lobbies Palestine Rôle des ONG


Dan Gillerman, ambassadeur d’Israël à l’ONU

Hier soir, je regardais les nouvelles sur CNN.

J’étais atterrée en voyant ces images horribles d’hommes, de femmes, d’enfants, que les avions israéliens étaient en train de massacrer à Gaza.

Les Palestiniens ne comptent donc pour rien ? Ils ne peuvent même pas se sentir en confiance et en harmonie avec leur ciel, tant il est devenu synonyme d’horreur. L’horreur que les pilotes israéliens font régner en survolant jour et nuit Gaza, la terreur qu’ils distillent à tout instant dans le cœur des gens qu’ils y emprisonnent.

Comment le monde des humains peut-il continuer de tolérer que des Etats puissent frapper des humains d’une manière aussi bestiale ?

J’étais là devant ce sinistre spectacle tétanisée par l’effroi, et très en peine, en pensant aux victimes de ces bombardements, quand est apparu un invité juge et partie ; le sinistre Dan Gillerman, ambassadeur israélien auprès des Nations Unis à New York.

Dan Gillerman en parlant des Palestiniens a martelé par deux fois : "Ce sont des animaux, ce sont des animaux…" sans que cela ne suscite aucune réaction de ses interlocuteurs de CNN !

Il a disait cela, sans gène, avec violence, avec satisfaction, avec haine et dégoût et au moment même où, à Gaza, les gens choqués ramassaient leurs cadavres et leurs blessés déchiquetés en hurlant leur douleur.

Dan Gillerman est un ambassadeur. Un haut représentant de l’Etat juif d’Israël. S’il dit cela comme il le dit, c’est que les citoyens d’Israël sont d’accord, dans leur très grande majorité, avec son propos démentiel.

Cela montre ce que nous savions déjà : que les extrémistes israéliens, dans leur grande majorité, sont intimement convaincus que les Palestiniens sont comme cela a été dit et jamais démenti ; des "animaux à deux jambes."

Le mot est officiellement avancé désormais également dans l’enceinte de l’ONU, en ce 24 août 2003. Cela veut dire, que si les Palestiniens sont des "animaux", Israël peut les massacrer et les piétiner en toute impunité ; et nous, qui sommes révoltés à juste titre, nous devons nous taire et ne pas verser une larme pour des gens qu ?Israël l’arrogant, l’occupant, réduit au rang d’animaux, à des sous-hommes.

C’est à cela que nous conduit insensiblement la théorétique de l’ambassadeur de l’Etat juif Israël. A accepter comme légitime l’écrasement de toute personne qui lui résiste. (Nous l’avions déjà compris quand dès nos premiers articles exposant la vraie nature de l’Etat juif d’Israël nous avions appris que des représentants d’associations juives, comme Pierre Stambul à l’UJFP, avaient vite fait d’intervenir auprès des médias électroniques qui nous publiaient en nous qualifiant « antisémite ». Morale de l’histoire : nos textes heurtaient et mettaient à nu bien évidemment une narration biaisée qui consiste à condamner la politique d’Israël, tout en préservant ses acquis illégaux.)

Si un ambassadeur Palestinien avait osé proclamer, après le massacre par des Israéliens que ces derniers étaient des "animaux", question de le justifier, tout l’appareil politique médiatique et toutes les ONG, Amnesty, HRW, se seraient dressés pour crier au scandale. Qu’attendent-ils pour condamner le racisme et les crimes d’Israël que Dan Gillerman justifie ? Les êtres humains n’ont-ils pas la même valeur selon qu’ils sont Palestiniens ou Israéliens ?

Devons-nous abandonner les Palestiniens à leur sort cruel et soutenir l’occupation militaire, la colonisation, le Mur de l’apartheid et la politique raciste d’Israël sous peine d’être considérés "antisémites" ?

Nous de ce monde là nous n’en voulons pas.

Dans le monde d’aujourd’hui, il n’y a pas d’autre Etat qui exerce une tyrannie d’une telle cruauté sur un peuple sans défense.

L’Etat d’Israël est le seul Etat qui ose défier les gouvernements du monde en ne respectant aucune des lois et aucun des principes qui régissent les règles les plus élémentaires de l’humanité. Tout cela dure depuis 60 ans.

Silvia Cattori