écrits politiques
English    Français    Italiano    Español    Deutsch    العربية    русский    Português
Des abus dont nos médias ne parlent jamais
Prisonniers palestiniens en Israël
À la suite du récent accord annoncé pour un échange de prisonniers entre Israël et le Hamas, et avec la poursuite de la grève de la faim des Palestiniens dans les prisons israéliennes, IMEU propose la fiche récapitulative suivante sur les Palestiniens emprisonnés en Israël.
14 octobre 2011

Deux femmes s’embrassent alors qu’elles prennent part, au siège de la Croix-Rouge internationale à Gaza, à une manifestation appelant à la libération de leurs fils détenus dans les prisons israéliennes (Photo : Reuters/Mohammed Salem)

Généralité : faits et chiffres

•Depuis qu’Israël a commencé son occupation militaire de la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza après la guerre de 1967, Israël a emprisonné plus de 700’000 Palestiniens, soit environ 20 % de la population.

Selon les services pénitentiaires d’Israël, fin août 2011, il y avait approximativement 5’200 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, dont 272 dans le cadre de la détention administrative, sans accusation ni procès. Selon le Centre palestinien pour les droits de l’homme (PCHR), le nombre de Palestiniens dans les prisons israéliennes dépasse actuellement les 6’000.

•Ceux contre lesquels sont portées des accusations sont passibles des tribunaux militaires, des tribunaux que les organisations des droits de l’homme critiquent pour ne pas respecter les règles minimum requises pour un procès équitable.

•Selon le rapport annuel d’Amnesty International pour 2011 sur Israël et les Territoires palestiniens occupés : « Les Palestiniens dans les (territoires occupés) soumis au système judiciaire militaire d’Israël continuent d’être confrontés à un large éventail de violations de leur droit à un procès équitable. Ils sont régulièrement interrogés sans un avocat et, bien qu’ils soient des civils, ils sont traduits devant des tribunaux militaires, et non des tribunaux ordinaires. »

•Le même rapport d’Amnesty indique : « Les allégations répétées de tortures et autres mauvais traitements, y compris sur des enfants, sont fréquemment relevées. Parmi les méthodes les plus couramment citées, il y a les coups, les menaces auprès des détenus et de leurs familles, les privations de sommeil et l’imposition de postures douloureuses pendant de longs moments. Des aveux qui auraient été obtenus sous la contrainte ont été acceptés comme preuve par des tribunaux militaires et civils israéliens ».

•2’000 prisonniers palestiniens ont récemment entamé une grève de la faim pour protester contre les conditions dans lesquelles ils sont détenus.

Détention administrative

•Israël utilise une procédure dite de détention administrative pour emprisonner des Palestiniens sans inculpation ni procès.

•Il y a actuellement environ 270 Palestiniens en détention administrative.

•Bien qu’il n’y en ait aucun à l’heure actuelle en détention administrative, les autorités israéliennes n’en ont pas moins, par le passé, utilisé cette procédure à l’encontre des enfants palestiniens, aussi bien que des adultes.

Enfants prisonniers

•Depuis septembre 2000, Israël a arrêté et emprisonné plus de 7’000 enfants palestiniens.

•Comme tout Palestinien des territoires occupés, ils sont traduits devant les tribunaux militaires israéliens.

•En août 2011, il y avait 180 mineurs palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Parmi eux, 34 avaient entre 12 et 15 ans.

•Les enfants palestiniens sont fréquemment arrêtés au milieu de la nuit par les soldats israéliens, enlevés à leurs parents, et rapidement interrogés sans la présence d’un tuteur ni d’un avocat.

•Selon un rapport récent d’une ONG israélienne, Sans frontières juridiques, qui a suivi les cas de 71 enfants palestiniens alors qu’ils étaient en cours de procédure dans le système judiciaire militaire israélien :

- l’infraction la plus courante est le lancement de pierres et de cocktails Molotov ; dans la plupart des cas, aucune pierre n’a été véritablement lancée, ou l’a été sans toucher de cible, ou sans causer de dommage ; en aucun cas, en provoquant un grave préjudice ;

- dans 94 % des cas, les enfants ont été détenus en détention préventive et n’ont pas été libérés sous caution ;

- dans 100 % des cas, les enfants ont été reconnus coupables d’une infraction ;

- 87 % des enfants ont été soumis à une forme ou une autre de violence physique pendant leur détention.

•Sous la pression d’organisations des droits de l’homme et d’avocats des droits des enfants, l’armée israélienne a récemment annoncé qu’elle relevait l’âge à partir duquel les Palestiniens sont traités comme des adultes de 16 à 18 ans, toutefois des critiques se plaignent qu’ils sont toujours soumis à la même injustice et aux mêmes traitements violents que les Palestiniens adultes.

IMEU (Institute for Middle East Understanding)
11 octobre 2011.

Traduit de l’anglais par JPP (14.10.2011) :
http://www.info-palestine.net/article.php3 ?id_article=11307

Texte original en anglais (11.10.2011) :
http://imeu.net/news/article0021592.shtml

Toutes les versions de cet article :
- Palestinian Prisoners in Israel