écrits politiques

English    Français    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Courrier de lecteur envoyé au quotidien Le Monde
Droit de réponse à Marie Mammarbachi-Seurat

Quelles que soient nos opinions et même nos convictions, nous sommes peut-être en droit de nous poser la question « pourquoi tant d’acharnement sur les chrétiens du Moyen Orient » ? Vaste question que je ne prétends pas aborder. Je me contenterais ici de répondre à Marie Mammarbachi-Seurat dont l’article paru dans « Le Monde » le 17 septembre 2011 (*) jette l’opprobre sur les chrétiens syriens et les invite au silence

24 septembre 2011

Droit de réponse à Marie Mammarbachi-Seurat
par Mouna Alno-Nakhal

Au fil des jours, tous les médias et toute sorte de publications d’éminentes personnalités désignent la région du Moyen et Proche Orient par « les pays arabo-musulmans ». Marie Mammarbachi-Seurat vient rappeler au monde qu’il s’agit là d’un raccourci bien commode qui pourrait aider à concrétiser des alliances en cours et a priori contre nature. Mais son mérite s’arrête là !

En effet, après Michel Kilo et Fayçal El Kassem, elle laisse à penser qu’une minorité chrétienne délibérément ignorée sur l’échiquier mondial et régional est en capacité de se mettre sournoisement au travers des aspirations légitimes du peuple syrien, aspirations qui, selon ses dires, ne pourraient se concrétiser que par « une ingérence des Arabes et des Occidentaux qui tarde à venir » !

Pire encore, cette minorité « danse » tandis que certains de ses patriarches « collaborent avec les despotes » poussant le vice jusqu’à tenter d’instaurer un dialogue !

Non Marie ! Ta notoriété, tes origines, ton double « je », ton histoire personnelle aussi douloureuse soit-elle, et même les exactions du régime, ne t’autorisent pas à désigner comme bouc émissaire une société qui s’est passée de nous et de t’en prendre à un paradis réel ou imaginaire que nous avons perdu.

Je dis « nous », et je précise que si en Syrie je ne peux me définir administrativement qu’à travers le registre des syriaques, tout simplement parce que le mariage civil n’existe pas, je suis née syrienne. Comme toi !

Aujourd’hui, j’ai le privilège d’ouvrir mon cœur et mon esprit à deux patries et j’ai accepté la règle qui a voulu que je ne porte qu’une seule des deux nationalités : la française. Par conséquent, en tant que citoyenne française laïque d’origine syrienne et responsable, je suis en droit de m’élever raisonnablement contre l’inconséquence de ton article hurlant : « Honte aux chrétiens syriens ! ». Il figure en page 16 du journal « Le Monde » du 18- 19 septembre 2011, après sa mise à jour sur le site web sous la rubrique « Faut-il intervenir en Syrie ? »

Quel est donc le décryptage suggéré à l’opinion publique française par ton intermédiaire ? Qu’une éventuelle « guerre humanitaire » sous couvert de la « responsabilité de protéger certaines catégories de civils bien ciblées » serait une nouvelle source de fierté pour nos compatriotes, après celle de nos exploits récents ? Qui utilise qui ?

As-tu pris le temps de te poser la question avant de te raviser si rapidement pour jeter un opprobre, à la fois injuste et propice aux manipulations malfaisantes telles qu’en témoigne l’histoire de la région à travers les siècles ? Ne nous dis surtout pas que ton « attaque » est justifiée par le fait que les chrétiens d’Alep seraient les seuls à danser encore et malgré tout, comme si tu avais oublié toutes les crises conjurées par un semblant d’insouciance, le cœur meurtri et le sourire aux lèvres. Quant à tes craintes de ce qu’ils pourraient « penser tout bas… au sujet des musulmans », je te dispenserais de tout commentaire en te renvoyant à tes propres écrits.

Abstraction faite de tout parti pris en ce qui concerne le drame syrien, et quelle que soit la tournure que prendront les événements, reconnais que si ton article était pris au sérieux, il contribuerait à écarter à jamais non seulement la paix civile mais aussi l’idée même de la laïcité, seule garante de la non-dislocation de la société syrienne, « dislocation » que tu évoques avec tant de légèreté. À ta façon, tu danses !

Mouna Alno-Nakhal - Biologiste
21/09/2011

(*) "Honte aux chrétiens syriens !" Le Monde, le 17 septembre 2011 http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/17/honte-aux-chretiens-syriens_1573742_3232.html


Voir également :
Syrie : une réponse à Madame Marie Mammarbachi Seurat
http://www.chretiensdelamediterranee.com/article-syrie-une-reponse-a-madame-marie-mamarbachi-seurat-84914893.html