écrits politiques
English    Français    Italiano    Español    Deutsch    العربية    русский    Português
Documents compromettants pour l’Autorité Palestinienne
Quand les services secrets anglais proposent de kidnapper les dirigeants du Hamas et d’en faire payer les coûts à l’UE...

Le gouvernement britannique a fourni un soutien financier à deux forces de sécurité du Fatah pourtant connues pour utiliser la torture.


27 janvier 2011

Policiers britanniques en Palestine occupée

Les documents palestiniens révèlent que le gouvernement britannique a joué un rôle important dans l’équipement et le financement des forces de sécurité palestiniennes dont plusieurs ont été compromises dans l’usage de la torture et autres abus.

Plus incroyable encore, le service de renseignement britannique MI-6 a proposé d’enlever des membres du Hamas et du Jihad islamique palestiniens, un projet extraordinaire - et illégal - dans lequel l’Union européenne aurait payé les coûts de leur détention.

Sous la rubrique « dégrader les capacités des groupes rejectionnistes », le document du MI-6 suggère :

« ... la rupture des communications entre leurs dirigeants et de leurs capacités de commandement et de contrôle, la détention des principaux officiers de rang intermédiaire ; et la confiscation de leurs arsenaux et ressources financières à l’intérieur des Territoires occupés. Les États-Unis et - officieusement - les moniteurs du Royaume-Uni feraient leurs rapports à la fois à Israël et au Quartet. Nous pourrions aussi explorer l’internement temporaire de leader du Hamas et du PIJ [Jihad Islamique], en s’assurant qu’ils soient correctement traités, avec un financement de l’Union Européenne. »

Une annexe au document décrit la façon dont le gouvernement britannique pourrait aider l’Autorité palestinienne. Il comprend des plans britanniques de saisie des armes à feu et roquettes en Cisjordanie et à Gaza, de coupure des sources de financement des « groupes du refus » comme le Hamas, et la réduction de la contrebande d’armes par des tunnels dans la bande de Gaza.

Le financement de l’AP

Il est difficile de dire lesquelles de ces idées ont été effectivement mises en pratique. Mais deux documents ultérieurs de l’année qui suit suggèrent que, à tout le moins, le gouvernement britannique a fourni des fonds pour les forces de sécurité palestiniennes.

Un document du Foreign Office britannique fournit « une synthèse des travaux concernant le projet dans lequel le Royaume-Uni est engagé avec les Forces de sécurité palestiniennes. » Il précise l’utilisation de centaines de milliers de dollars fournis en assistance à la sécurité de l’Autorité palestinienne.

On notera en particulier deux allocations de 90 000 dollars : l’une pour la force de sécurité préventive, l’autre pour le Service général du renseignement.

Ces deux services ont été liés à des violations à grande échelle des droits humains dans les Territoires Occupés. Human Rights Watch (HRW) a signalé en juillet 2008 que la Sécurité préventive avait réalisé la plupart des arrestations de militants du Hamas en Cisjordanie. « La plupart des arrestations étaient illégales », a rapporté le groupe, « et les individus arrêtés ont parfois été soumis à de mauvais traitements au moment de leur arrestation ou à la torture pendant les interrogatoires. » Le Service général du renseignement a également été compromis dans des cas de torture.

« Les forces les plus violentes dans leurs abus, disent des associations locales, sont la Sécurité préventive et le Service général du renseignement. La plupart des violations décrites dans le présent rapport ont été commis par une de ces deux forces », a conclu le HRW.

Dans une déclaration à Al Jazeera, le bureau britannique des Affaires étrangères a prétendu qu’il prenait les allégations de torture « très au sérieux. »

« [Le bureau du ministre des Affaires étrangères Alistair] Burt a soulevé la question des violations des droits humains quand il a rencontré [le Premier ministre palestinien Salam] Fayyad la semaine dernière et il a demandé une assurance concrète que les allégations feraient l’objet d’une enquête et que les mesures appropriées seraient prises. Le Premier ministre Fayyad a tout garanti. »

Gregg Carlstrom
aljazeera.net
25 janvier 2011.

Traduit de l’anglais par Info-Palestine.net (27.01.2011) :
http://www.info-palestine.net/article.php3 ?id_article=10042

Article original en anglais (25.01.2011) :
http://english.aljazeera.net/palestinepapers/2011/01/2011125123356396297.html