écrits politiques

English    Français    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Assassinat d’Assas al-Madhoun
L’Autorité palestinienne copère avec l’occupant israélien

Les documents comprennent un échange de notes manuscrites de 2005 entre l’Autorité Palestinienne et Israël au sujet du plan d’assassinat d’un combattant palestinien à Gaza.


27 janvier 2011


Hassan al-Madhoun des Brigades Al-Aqsa [organisation liée au Fatah], et un haut dirigeant du Hamas avaient été tués par des missiles israéliens en 2005. (Photo : Getty)

L’Autorité palestinienne [AP] a montré sa bonne disposition à coopérer avec Israël pour assassiner son propre peuple, indiquent les documents palestiniens [révélés par Al Jazeera].

Parmi les documents se trouvent des notes manuscrites en arabe, révélant un échange en 2005 entre l’Autorité palestinienne et Israël à propos d’un plan pour assassiner un combattant palestinien nommé Hassan al-Madhoun, qui vivait dans la bande de Gaza.

Al-Madhoun [né en 1973] était une figure de proue au sein de la Brigade des martyrs d’Al Aqsa, un mouvement lié au Fatah qui à ce moment-là détenait encore le pouvoir à Gaza. Al-Madhoun était accusé par Israël d’avoir planifié des attaques meurtrières dans le port israélien d’Ashdod et le passage de Qarni entre Gaza et Israël.

Lors d’une réunion du comité mixte sur les fugitifs à la mi-2005 à Tel Aviv entre Shaul Mofaz, alors ministre israélien de la défense, et Nasser Youssef, ministre de l’intérieur de l’AP, il a été demandé à celui-ci de faire assassiner al-Madhoun.

Mofaz : « [...] Hassan Madhoun, nous connaissons son adresse et Rasheed Abou Shabak [chef de l’organisation de sécurité préventive à Gaza] la connaît aussi. Pourquoi ne pas le tuer ? Le Hamas a tiré [des roquettes Qassam] en raison des élections et c’est un défi pour vous et un avertissement à Abu Mazen [Mahmoud Abbas, le président de l’AP]. »

Youssef : « Nous avons donné des instructions à Rasheed [Abu Shabak] et nous verrons. »

Mofaz : « Depuis que nous en avons parlé, il [Hassan Madhoun] a planifié une opération, et c’était il y a quatre semaines, et nous savons qu’il veut frapper Qarni ou Erez [un autre passage frontalier entre Gaza et Israël]. Il n’est pas du Hamas et vous pouvez le tuer. »

Youssef : « Nous y travaillons, l’endroit n’est pas facile, nos capacités sont limitées, et vous n’avez pas donné [en contrepartie ? N.d.T] quoi que ce soit. »

Mofaz : « Je comprends que rien n’a été fait dans la bande [de Gaza]. »

Moins d’un mois après cette réunion, le 1er novembre 2005, al-Madhoun était assassiné dans sa voiture par un missile tiré depuis un hélicoptère Apache israélien dans le ciel de Gaza. L’attaque avait également servi à assassiner un militant recherché du Hamas et blessé trois autres personnes.

Le lendemain, Mofaz, qui à cette époque était à Washington, s’était engagé à faciliter la vie des Palestiniens et à chercher la paix avec le président Abbas.

« Nous voulons traiter avec le président Abbas », avait déclaré Mofaz après une rencontre avec Condoleezza Rice, alors secrétaire d’État, avant d’aller à la Maison Blanche pour s’entretenir avec Stephen Hadley, conseiller à la sécurité nationale.

« Nous attendons de voir comment l’Autorité palestinienne se comportera avec les groupes terroristes », avait déclaré le ministre israélien.

(...)

Les documents palestiniens semblent révéler deux principaux motifs dans la collaboration de l’Autorité palestinienne avec Israël et dans la répression contre les dissidents.

Tout d’abord, cela sert à maintenir la suprématie politique du mouvement [le Fatah] à un moment où il est remis en question. Deuxièmement, c’est une volonté de signaler aux États-Unis qu’il veut rester un partenaire de confiance dans les pourparlers de paix, quel qu’en soit le prix.

Saeb Erekat, négociateur en chef de l’Autorité palestinienne a reconnu le prix à payer pour obtenir l’approbation des États-Unis et la confiance israélienne, lors d’une réunion le 17 septembre 2009, avec David Hale, l’envoyé états-unien au Moyen Orient.

Erekat : « Nous avons eu à tuer des Palestiniens pour imposer une seule autorité, une seule force armée et la primauté du droit. Nous continuons à remplir nos obligations. Nous avons investi du temps et fait des efforts et tué des gens de notre peuple pour maintenir l’ordre et la primauté du droit. »

(...)

Il n’est pas évident de savoir à quels meurtres Erekat fait allusion, mais la discussion sur le projet d’assassiner al-Madhoun n’est qu’un exemple de la façon dont, depuis la mort de Yasser Arafat, la politique du Fatah est passée de la résistance à Israël à la collaboration.

Les documents palestiniens montrent comment les Brigades des martyrs d’Al Aqsa, un moment le fer de lance de la lutte contre l’occupation israélienne, ont été transformées en un organisme qui permet [au Fatah] de se maintenir.

Pendant les pourparlers d’Annapolis en 2008, Ahmed Qoreï, ex-premier ministre palestinien connu aussi sous le nom d’Abou Ala, et son homologue israélienne Tzipi Livni, ont discuté de la collaboration entre les Brigades et les forces israéliennes.

« Les Brigade des martyrs d’Al Aqsa font partie du mouvement du Fatah et elles ont accepté de faire partie de l’appareil de sécurité actuel, même si ce n’était pas ma position quand j’étais premier ministre. Je voulais que les Brigades restent comme elles étaient pour affronter le Hamas », a déclaré Qoreï à Livni.

Avec l’objectif commun de détruire le Hamas, les documents palestiniens révèlent jusqu’à quel point l’Autorité palestinienne, les États-Unis et Israël étaient prêts à travailler ensemble, et jusqu’à quel point l’Autorité palestinienne a lié le sort du Hamas à sa propre survie politique.

« [...] parvenir à un accord est une question de survie pour nous. C’est le moyen de vaincre le Hamas », a dit Erekat à Marc Otte, représentant de l’Union Européenne, en Juin 2008.

Plus tôt cette même année, le 22 janvier, Qoreï avait déclaré à Livni : « Nous allons vaincre le Hamas si nous parvenons à un accord, et ce sera notre réponse à leur affirmation que la reconquête de nos terres ne peut se faire qu’à travers la résistance. »

David Poort
aljazeera.net
25 janvier 2011.

Traduit de l’anglais par Info-Palestine.net (27.01.2011) :
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=10045

Texte original en anglais (25.01.2011) :
http://english.aljazeera.net/palestinepapers/2011/01/201112512109241314.html

Toutes les versions de cet article :
- The al-Madhoun assassination